Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Premier jet de texte d'ambiance pour "Tales of a Ghostly Mel

Modérateurs : tonym301, taybott, Tirodem, Modérateurs

Premier jet de texte d'ambiance pour "Tales of a Ghostly Mel

Message par tonym301 » Ven 02 Mars 2012, 07:51

"L’origine de la flamme du Blues ?

N'écoutez donc pas ces conneries de bonnes femmes, qu'on se raconte au coin d'une fileuse à coton, à l'abri des patrons et des maris. Vous n’avez pas fait tout ce chemin pour apprendre ce qu’on se dit tous les dimanche matin à l’église.
Ils ont bon dos, les crues du fleuve, les incendies de grange et le Malin…

[ …]

La flamme du Blues, elle se situe en bord de fleuve. Dans un méandre qui apparait certains soirs, au carrefour de deux cours d'eau. Un méandre à cheval entre le monde des hommes et celui des esprits.

La flamme du Blues, c'est un grand brasier bleu qui illumine la nuit et qui se reflète à la surface de l'eau.

Son foyer, c'est le Malheur. Le Drame. La Tragédie. Dans son âtre, on trouve les âmes de tous les musiciens, morts et à naître, qui brûlent déjà leur mélancolie sur un crépitement mélodieux.

Ses flammèches sont la passion mourante qu'on a pour une première aimée qu'on ne revoie jamais.

Ses braises sont comme les yeux rougis de parents à qui l'on apprend que leur fils ne reviendra jamais de la guerre.

Dans sa fournaise, on trouve le dernier souvenir d'un pauvre bougre lynché sur une croix de bois par des salauds encagoulés.

[…]

Quand le vent souffle sur la flamme du Blues, et que ces cendres incandescentes s'envolent dans un tourbillon, la nuit s'illumine de toutes ces merveilleuses tristesses.

Celle d'un homme bon qui consacre sa vie aux autres avant de se faire poignarder dans un wagon de marchandises pour trois dollars et un peu de pain.

Celle d'un salopard qui meurt en se demandant si, finalement, l'Enfer existe ou non.

Celle d'un musicien crevant seul dans la misère et donc les pièces maîtresses n'ont été entendues que par les quatre murs de sa hutte.

Celle d'un homme de main loyal qu'on abat froidement dans le dos en l'accusant d'une trahison qu'il n'a jamais commise pour couvrir un "fils de".

[…]

Quand le vent arrête de souffler sur la flamme du Blues, celle-ci s'intensifie. Et tandis qu'elle grandit, c'est le monde entier qui se tait.

Alors, à ces moments, certains soirs de pleine lune, on entend les complaintes de tous ces pauvres bougres, gémissant ou mugissant. Dans la nuit, ils demandent à Dieu comment ils en sont arrivés là, et pourquoi ils ont subi cela.

Et à chaque fois, face à leurs maux, Dieu reste silencieux. Et seul le vent leur répond. Il leur répond que c'est la vie.

Alors ils murmurent, ils chuchotent, ils conspirent. Ils se demandent « et si », ils chantent une deuxième chance, et malgré leurs malheurs, dans leur après-vie, pour l’éternité, ce qu’ils auraient pu faire si les grandes Fileuses leur donnaient une seconde chance.

Et cette seconde chance n’arrive jamais… Alors, au mois d’après, à nouveau, ils pleurent, mélancoliques; et, au mois d’après, à nouveau, ils espèrent, optimistes, faute de mieux.

[…]

Quant à nous, Diables Bleus, nous ne réjouissons pas du malheur de ces gens. Le malheur ne nous convient qu’à une seule condition : qu’il soit beau et puissant. Quand deux âmes sœurs se trouvent mais ne peuvent se garder, nous sommes derrières elles, et quand elles pleurent, on verse aussi une larme et puis on applaudit. La mélancolie est notre nourriture, et le petit théâtre de la vie des hommes, notre garde-manger.

Quand il y a la guerre, il n’y a pas de beauté. Alors, avec un dollar en argent dans la main, nous nous éclipsons, et nous préférons boire de l’eau boueuse au bord du fleuve et dormir au creux de vieux arbres morts. I’d rather drink muddy water and sleep in a hollow log…

Et quand les guerres se terminent, nous sillonnons les routes du Sud des Etats-Unis. Peuplant la nuit des campagnes, nous traversons les champs et fouillons les vieilles cabanes pour retrouver les instruments cassés des musiciens morts seuls. Nous récupérons les manches brisés, les cordes cassées, les archers pliés et les harmonicas rouillés. Nous retrouvons les objets sur lesquels des hommes ont chanté la tristesse, puis nous retournons les soirs de pleine lune au carrefour de deux cours d’eau, en longeant le grand fleuve. Et quand nous retournons dans le royaume des esprits, nous jetons dans l’âtre tous ces vecteurs de mélancolie. Et, à nouveau, la flamme du Blues brûle, son feu est ravivé, et les destins brisés virevoltent comme autant de cendres incandescentes au milieu de la nuit.

Nous sommes les gardiens et les garants de la flamme du Blues dans le Royaume des Esprits.

[…]

Parfois, il nous arrive de rencontrer un homme ou une femme qui possède cette sorte de mélodie positive, cette tristesse constante qui les pousse à mettre un pied devant l’autre sans peur du lendemain et sans regret de la veille. Et, parfois, lorsqu’ils peuvent nous voir, il nous arrive de faire un bout de chemin avec eux.

Ceux-là sont promis à un grand destin, tragique et mouvementé. Et, à ceux-ci, en échange de leurs malheurs, c'est-à-dire d’un peu de leur âme, nous leurs confions, de leur vivant, un peu de cette flamme du Blues, autour d’un feu, à un carrefour.

[…]

Et toi, l’ami qui possède au fond de ton être qui te fait avancer : me laisserais-tu mettre un peu de flamme du Blues au fond de ton mal-âtre ? Cela ne te coûtera pas grand-chose… Du moins, pas beaucoup plus que ce que tu auras pu vivre jusqu’à ce jour, de quoi satisfaire les esthètes du malheur que nous sommes.

Grâce à ma flamme du Blues, les mélodies que tu joueras seront les plus magnifiques que tu n’aies jamais jouées… Car, en échange, les seuls malheurs que je t’imposerai seront les plus beaux du monde."

Ike, Blue Devil
(premier jet de texte d'ambiance pour "Tales of a Ghostly Melody")
Avatar de l’utilisateur
tonym301
Président AEN
 
Message(s) : 1018
Inscription : Mer 22 Sep 2004, 19:34
Localisation : Vincelles (89)

Retour vers Mississippi : tales of the spooky south

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.