Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Hein ? Qu'est-ce qu'y dit ? J'entends pas bien !

Modérateur: Modérateurs

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par sigfrid » Mer 07 Jan 2015, 23:37

Le crayon restera toujours la marque de la civilisation.
Mais c'est quand même regrettable de devoir subir la crasse stupidité des décérébrés pour s'en rappeler.

Je suis Charlie.
"Sans le changement quelque chose dort en nous qui rarement se réveille. Le dormeur doit se réveiller." - Dune, Frank Herbert
Avatar de l’utilisateur
sigfrid
 
Message(s) : 1120
Inscription : Lun 25 Juil 2005, 18:01
Localisation : Région parisienne

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Kakita Inigin » Jeu 08 Jan 2015, 00:03

Image
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.


Barde biclassé Secrétaire Voix de Rokugan
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
Trésorier AEN
 
Message(s) : 7431
Inscription : Mer 12 Mars 2008, 12:18

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Jeu 08 Jan 2015, 09:31

Kakita Inigin a écrit :Ce soir, on s'en fout.


Je comprend mais je n'étais pas au courant de l'attentat au moment où j'ai posté mes messages.

Comme dit Sigfrid, nous sommes tous Charlie Hebdo et je tiens à rappeler que la meilleure façon de le soutenir est de prendre un abonnement.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Jeu 08 Jan 2015, 10:52

L'UE, un nouvelle Byzance entourée d'ennemis

Suite à l'attentat contre Charlie Hebdo, ne nous apesantissons pas sur les conséquences.

Intéressons-nous aux causes:

1) Carte-Les principaux groupes armés islamistes dans le monde en septembre 2014

2) Carte-Les groupes armés islamistes en Afrique et au Proche-Orient

Cela, en tout cas, c'est la réalité, ce n'est pas de la "politique-fiction" comme dirait un autre.

Et cela, c'est pour le front sud.

On ne parle pas des narco-cartels à l'Ouest (ils commencent à s'implanter chez nous) et des pays de l'OTSC à l'Est.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Jeu 08 Jan 2015, 14:34

Kakita Inigin a écrit :J'ai l'impression que ça craint vraiment en Ukraine...


En parlant de l'Ukraine, un article interressant

Oui, il y a du racisme en Ukraine, mais nous sommes mal placés pour leur faire la morale

On entend régulièrement parler d'incidents racistes graves et choquants en Ukraine. Mais au moins, là-bas, il n'y a pas d'hypocrisie, explique un journaliste noir américain qui y a passé du temps.

Terrel Jermaine Starr est un journaliste américain, spécialiste des diasporas africaines dans le monde. Il est lui-même noir. Dans une longue tribune publiée sur le Washington post, il fait le récit de dix-huit mois passés en Ukraine, en 2009, pour aller à la rencontre des quelques 10.000 Africains de l'ex-pays de l'Union Soviétique, grâce à une bourse Fullbright (un programme d'étude financé par les Etats-Unis et les pays partenaires).

Un séjour au cours duquel il a été régulièrement la cible de commentaires et de préjugés racistes. Et ça commence dès sa sortie de l'avion. Alors qu'il avait préparé son arrivée en contactant à l'avance un agent immobilier, Serguei, ce dernier lui explique finalement que les propriétaires qu’il a approchés refusent d'avoir un locataire noir.

A chaque fois, la raison est explicitement énoncée. Aucun Ukrainien ne tente de noyer le poisson en prétextant que non non, il n'est pas raciste, la preuve, il a un ami noir, mais que là l'appartement n'est plus dispo, c'est con. A chaque fois, on lui explique que sa couleur de peau est le problème, jusqu’à ce qu’ils tombent enfin sur un type qui l’accepte.

Cette xénophobie assumée, Terrel Jermaine Starr l'expérimentera de nombreuses fois. Un jour, alors qu'il s'apprête à acheter un billet de train dans une gare pour se rendre à un cours, un policier l'interpelle: «Tu es nègre, et je sais que tu apportes de la drogue dans notre pays. Où est la drogue?». Après avoir longuement expliqué sa qualité d'étudiant et fourni les documents de sa bourse Fullbright il finira par pouvoir prendre son train.

Quelques années auparavant, alors qu'il se trouvait à Tblilissi, une étudiante géorgienne lui avait dit


      «J'adore les nègres! Ils sont malins, et ils chantent et dansent tellement bien!»

Lors de son plus récent séjour, des Ukrainiens l’ont pris pour le basketteur américain Allen Iverson (à qui il ne ressemble pas du tout) et il a été pris en photo 80 fois en deux jours. Il ne passe jamais inaperçu et il est abordé, à chaque fois, uniquement parce que sa peau est noire.

Malgré cela et l'accueil finalement reservé aux jeunes Africains, ça marche: selon le bureau ukrainien l'International Organization for Migration, 60.500 étudiants étrangers sont présents en Ukraine. Parmi eux, 10.000 seraient africains. Et un certain nombre d'entre eux sont en effet victimes du racisme d'une partie (et seulement d'une partie) de la population.

En 2013, une vidéo publiée par un groupe d’étudiants originaire du Congo-Brazzaville et installé à Ternopil, à l'ouest de l'Ukraine, avait révélé des actes de violences racistes perpetrés sur ces étudiants et surtout, la complicité de la police. Dans cette même ville, un journal local avait précédemment assimilé les Noirs et les arabes «à des singes libidineux».



Cette expression du racisme et de la xénophobie avait également été démontrée par un documentaire de la BBC réalisé à l'époque de l'Euro 2012 et intitulé Euro 2012: Stadiums of Hate.

Les journalistes avaient dépeint les supporters ukrainiens et polonais comme une horde de hooligans racistes et antisémites. Si les images tournées et les interviews de militants d'extrême-droite étaient bien réels, le documentaire a néanmoins abondamment été critiqué pour sa supposée partialité.

Une vision partiale

Volodymir Rydvan, représentant du ministère de l'intérieur ukrainien, avait par exemple qualifié le documentaire de provocation et rappelé que «le racisme et la xénophobie sont punis par le Code pénal en Ukraine. Les actes racistes sont considérés comme des crimes».

Il convient d'ailleurs de relever que cet Euro 2012 co-organisé par la Pologne et l'Ukraine n'a été émaillé d'aucun incident ni d'aucune agression à caractère raciste perpétrés par des supporters ukrainiens, tandis que les hooligans britanniques, allemands ou russes se sont eux largement illustrés.

Alla Lazareva, journaliste ukrainienne basée en France avait elle aussi critiqué le contenu du documentaire sans nier pour autant l'existence d'excités racistes dans les stades:


      «Je crois que, surtout, les médias ne savent pas trop quoi raconter sur l'Ukraine. Il choisissent donc la facilité: grossir exagérément des informations qui font scandale».

Plus surprenant, le footballer d'origine malienne Maïga Ibrahim Ali, installé à Donetsk, marié à une Ukrainienne, et lui même parfois victime d'insultes ou de cris de singe dans les stades, avait tenu à tempérer l'image que renvoyait le documentaire de la population ukrainienne dans une interview accordée à 20Minutes.fr :

      «Le problème dans ce pays, c’est que le noir est très mal connu. Ce n’est pas pour se moquer qu’on appelle le noir le nègre, ce n’est pas une question de racisme. C’est que les Ukrainiens ne connaissent pas la question. On leur explique à l’école depuis le soviétisme que le noir est de la race nègre. Ici ça arrive que les gens nous disent «Monsieur le Nègre, excusez-moi je voulais vous demander quelque chose». Ils ne comprennent pas que ce terme peut faire du mal, qu’il est offensant»

L'absence d'hypocrisie

Et c'est très précisément l'enseignement qu'a tiré Terrel Jermaine Starr de son séjour ukrainien. Il raconte par exemple que, quand il a expliqué à l'étudiante qui lui avait affirmé quelle adorait «les nègres» que le terme était très péjoratif et offensant, elle s'était immédiatement excusée et avait affirmé ne vouloir blesser personne.

Terrel Jermaine Starr va même plus loin en comparant la xénophobie décomplexée et née de l'ignorance de certains Ukrainiens au racisme plus sournois de la société américaine.

Il explique notamment qu'aux Etats-Unis, la police américaine jure ses grands dieux qu'elle ne traite pas les Noirs plus mal que les Blancs et que les études attestant du délit de faciès sont régulièrement récusées par les policiers. Tandis que le policier ukrainien qui l'a arrêté parce qu'il est Noir n'a pas fait semblant de trouver un autre prétexte pour le harceler. Et en ce sens, le racisme exprimé par certains Ukrainiens lui paraît plus facile à contrer que les préjugés racistes régnant aux Etats-Unis:


      «Je ne dis par que les relations entre les races sont meilleures en Europe de l'Est qu'aux Etats-Unis. En ce qui me concerne, c'était pareil voire pire. (...) Mais ce que j'ai apprécié dans ces pays de l'Est, et notamment en Ukraine, c'est que j'ai pu débattre à chaque fois de la question de race avec la population, alors que je n'ai jamais pu le faire aux Etats-Unis. Au lieu de rester enferrés dans leur ignorance des différences de cultures et de couleur de peau, les Ukrainiens étaient honnêtes sur leur naïveté et désireux d'en savoir plus sur les cultures différentes de la leur».

La récupération des dénonciations du racisme

Bien sûr, même s'il est assorti d'une certaine clémence à l'égard de la xénophobie dont il a été victime et s'il se montre très optimiste quant à l'ouverture d'esprit de ceux qui l'ont rejetés, le récit des propos racistes dont il a été l'objet peut paraître peu opportun, vu le contexte. De son propre aveu, Terrel Jermaine Starr craint que son témoignage soit récupéré pour «apporter de l'eau au moulin de ceux qui affirment que l'Ukraine et ses dirigeants sont fascistes».

«Ceux», c'est évidemment Vladimir Poutine et tous ceux qui croient les yeux fermés au mythe d'une insurrection à Maidan orchestrée par les néonazis, d'un gouvernement chevillé par l'extrême-droite. A ceux-là, on pourra rappeler qu'à l'issue des législatives qui se sont déroulées en octobre 2014, les partis d'extrême-droite ont remporté des scores dérisoires, (ce dont certains pays de l'UE ne peuvent se vanter).

( :!: )Enfin, le président russe Vladimir Poutine, celui-la même qui décrit ceux qui s'opposent à lui en Ukraine comme une horde de fascistes, est aussi celui qui noue une alliance solide avec l'extrême-droite européenne, notamment avec le Front national, dont on sait ce qu'il ferait des Africains vivant en France s'il parvenait au pouvoir. Et ce n'est pas exactement le goût du métissage et du multiculturalisme que la droite (extrême) française admire chez Poutine.


Source: Slate.fr

En tant que Français de couleur athée*, j’en profiterai pour rappeler certains faits :

1) Pour un nombre croissant d’Européens, une personne de couleur est forcément un musulman, un blanc étant forcément non musulman.
2) Pour un nombre croissant d’Européens, un musulman / une personne de couleur est forcément responsable de tout acte commis par un autre musulman.
3) Pour un nombre croissant d’Européens, un musulman / une personne de couleur est forcément un barbare et un partisan de l’islam radical. Sur le sujet, lire l'article Psychologie: Pourquoi l'Islam crée des jihadistes. de Dreuz. Je n'adhère pas à ces thèses dans la mesure où la majorité des musulmans que j'ai rencontré ou lu les contredisent par leurs actions.
4) L’attaque contre Charlie Hebdo va évidemment profiter au FN et assimilé grand pourfendeur de l’Islam / des « étrangers » (des Français de couleur).

Il faut se souvenir que les militants FN sont majoritairement des admirateurs de la Russie de Putine, "le bel exemple de la race blanche". C’était déjà le cas du temps de Jean-Marie, bien avant la Crise ukrainienne. Demandez-vous quelle est leur nation : le Peuple (multiracial français) … ou « la Nation blanche » ? Dans quel camp seront-ils en cas de conflit avec la Russie.

* Je ne peux évidemment pas dire à tout le monde que je vénère les genii de Gap, Auberon et Arnok. Pour les gens de la Banalité, c’est un désordre mental (…). Allez comprendre…
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Kakita Inigin » Jeu 08 Jan 2015, 20:48

Lame a écrit :Demandez-vous quel est leur nation :
Au FN ? Le fric, non ?
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.


Barde biclassé Secrétaire Voix de Rokugan
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
Trésorier AEN
 
Message(s) : 7431
Inscription : Mer 12 Mars 2008, 12:18

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Ven 09 Jan 2015, 09:26

Tu confonds trop facilement le FN avec l'aile droite de l'UMP. Il y a quand même quelques différences, tu sais. :roll:
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Ven 09 Jan 2015, 09:50

      "Si j'avais été là avec mes guerriers, j'aurais vengé Charlie Hebdo!"
      (Déclaration de Clovis aux médiums de Marianne)

Tout le monde se presse pour venger "les Moines blancs du Rire" qui siègent désormais à la droite de Saint-Coluche. Après la promesse de vengeance de feu Clovis, voici celle des Anges de données.

Attaque à «Charlie Hebdo»: Les Anonymous jurent de venger l'hebdomadaire

Après la contre-attaque des caricaturistes, celle des «hacktivistes»? Des membres d’Anonymous, ce collectif mondial et diffus de hackers activistes, ont annoncé leur intention de riposter après l’attentat au siège de Charlie Hebdo, dans un communiqué publié mercredi soir sur Pastebin. Leur cible: «les ennemis de la liberté d'expression».

Depuis mardi, le groupe d’Anonymous francophones baptisé Opération GPII s’en prenait au site du ministère de la Défense, fortement perturbé en raison d’une attaque par déni de service (saturation du site par un grand nombre de requêtes) dans le but de «venger» la mort de Rémi Fraisse. Alors que l’attaque du site gouvernemental devait reprendre mercredi, le groupe annonçait à 13h15 sur Twitter l’annulation de l’opération «suite à la fusillade qui a eu lieu à Paris» moins de deux heures plus tôt.


«La défense de ces libertés est la base même de notre mouvement»

En fin de journée, le communiqué tombait: désormais, le groupe d’Anonymous était décidé à venger Charlie Hebdo. En visant ceux qui bafouent le droit d’exprimer ses opinions, «par l'obscurantisme et le mysticisme». Ceux-là doivent s’attendre à «une réaction massive et frontale de notre part car le combat pour la défense de ces libertés est la base même de notre mouvement».

Baptisée «OpCharlieHebdo», la contre-attaque du groupe Opération GPII a des contours encore flous ce jeudi, certains sites spécialisés évoquant comme cibles potentielles les sites des organisations terroristes islamistes, les comptes Twitter de prêcheurs radicaux ou de militants de Daesh. Plusieurs pistes donc, mais une seule fausse piste: le compte à rebours un rien menaçant du site opcharliehebdo.com, estampillé «fake» par les Anonymous à l’origine de l’OpCharlieHebdo.

Source: 20minutes
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Kakita Inigin » Ven 09 Jan 2015, 14:01

Lame a écrit :Tu confonds trop facilement le FN avec l'aile droite de l'UMP. Il y a quand même quelques différences, tu sais. :roll:


Oui. A l'UMP, s'ils avaient de l'argent russe, comme le FN, ils auraient moins de problèmes. ;)

D'un autre côté, si tous leurs maires étaient tombes pour corruption et/ou détournement dargent public, comme le FN la dernière fois qu'ils ont pris des villes, ils auraient plus de problèmes.

C'est quand même super fort qu'un parti avec 100% de maires véreux arrive a se draper dans la toge de l'honnêteté outragee.

[ Post made via iPhone ]
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.


Barde biclassé Secrétaire Voix de Rokugan
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
Trésorier AEN
 
Message(s) : 7431
Inscription : Mer 12 Mars 2008, 12:18

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Ven 09 Jan 2015, 14:18

Quel avenir pour Charlie Hebdo? Les dessinateurs répondent

EN IMAGES - Alors que le journal satirique reparaît mercredi prochain, Le Figaro interroge des illustrateurs de presse sur le devenir de l'hebdomadaire dans nos kiosques sur le long terme.

C'est une certitude, Charlie Hebdo sortira bien dans les kiosques mercredi prochain, tiré à un million d'exemplaires, selon l'avocat Richard Malka. Un retour en force pour la prochaine édition de l'hebdomadaire qui fait couler autant d'encre dans la presse que de larmes dans le monde depuis près de 48 heures.

Mais qu'en est-il de l'avenir des numéros suivants? La question se pose très logiquement. «Si Charlie s'arrêtait, ce serait donner la victoire à la barbarie». Les mots d' Al Coutelis sont sans appel.

Pour ce dessinateur de presse français qui débuta à Pilote dans les années 1970, le journal satirique victime mercredi d'un effroyable bain de sang «doit absolument continuer à paraître avec d'autres talents qui se révéleront grâce à ses parutions futures de manière à ne pas donner raison aux assassins. Les auteurs de ces actes ont crié “On a tué Charlie”. Nous ne devons pas les laisser nous achever. Nous devons lutter contre l'obscurantisme» explique-t-il, avant de lâcher un soupir dans lequel seul l'espoir résonne: «De là où ils sont, les journalistes et les dessinateurs nous regarderont faire».

À l'heure où les slogans de soutien «Je suis Charlie» fleurissent partout aux coins des rues comme sur le Web, cet avis est largement partagé par l'étroite sphère des grands illustrateurs de la presse hexagonale, comme l'affirme l'artiste Enki Bilal au micro de RTL, n'hésitant pas à déclarer que «d'autres doivent reprendre le flambeau». Ceci étant dit, si Yan Lindingre reconnaît que «désormais, Charlie est LE journal à lire», le dessinateur ainsi que rédacteur en chef de la bande dessinée humoristique Fluide glacial rappelle tout de même que «la presse et les lecteurs doivent soutenir le journal sans être oppressants. Ils vont le continuer, j'en suis certain. Ils vont le faire en boitant, ils vont le faire à quatre pattes. Et quand ils vont se relever, on sera tous derrière eux». Ils? Les journalistes de Charlie qui ont échappé au tragique destin de leurs collègues, tombés le 7 janvier 2015.

Mais sur le long terme, qu'en sera-t-il des numéros suivants? Jean Dobritz confirme au Figaro qu'il y aura «une énorme solidarité sur les prochains numéros. Ce sera la trésorerie de Charlie, il faut les sortir. Après savoir si ça va durer, ce sera autre chose». Pour le dessinateur du Figaro, l'avenir de l'hebdomadaire s'annonce d'ores et déjà semé d'embûches tout simplement pour la raison suivante: «On ne remplace pas Cabu aussi facilement, ni Honoré, ni Wolinski, ni Tignous. Un journal, c'est un leader, et celui de Charlie s'appelait Charb. Il était la locomotive de Charlie. Ce sont de grands dessinateurs qui sont partis. Ils sont irremplaçables».

Un pessimisme certain puisant évidemment sa source dans l'émotion, puisque la France est encore sous le choc. Comme le souligne Dobritz «il n'y a qu'une trentaine de dessinateurs de presse en France. Nous nous connaissions tous. Cabu et moi, nous nous sommes connus la gueule ouverte en 1976» se souvient l'illustrateur.

Contacté par Le Figaro, François Boucq, auteur de bande dessinée, se rappelle de la désinvolture du journal lors de sa création: «Ce qui est bien Charlie, c'est que c'est une émanation de Mai 68. C'est la conquête de liberté, c'est la liberté de dessiner et de dire. La liberté d'expression la plus pure».


Un seul credo: continuer

Malgré son incapacité à prédire avec certitude un avenir sur le long terme pour Charlie Hebdo, Dobritz n'oublie pas d'en tirer la leçon: «dans ce genre d'évènement, le plus dangereux, le plus insidieux, c'est l'autocensure. Il ne faut pas se dire, “je ne veux pas faire ce dessin-là, parce que…”».

À l'heure actuelle, Al Coutelis appelle les journalistes français comme étrangers à «ne pas céder à la peur, ne pas reculer, ne pas s'écraser. Se bagarrer pas à pas contre la bêtise et contre la violence. Continuer à faire notre métier. C'est la seule réponse possible dans une nation comme la nôtre: ne pas créer la fracture que des gens voudraient créer».

Quant à Jean Dobritz, les tragiques événements lui font penser à une anecdote qu'il partageait dans l'intimité de son amitié avec Cabu. «En 1981, lorsque Mitterrand est arrivé à la tête du gouvernement, il y avait grande question qu'on posait à tous les dessinateurs: “Comment allez-vous faire pour dessiner dans la presse maintenant que le gouvernement est à gauche?” Cabu et les autres répondaient la même chose: On continue» raconte-t-il, avant de conclure par «aujourd'hui, ça n'a pas changé. Il faut qu'on continue».


Source: Le Figaro

Rappel:

Une fois encore, la meilleure façon de soutenir Charlie Hebdo est de prendre un abonnement. La faillite est plus dangereuse que le jihadisme.

Charlie manque d'abonnés en dépit des services rendus dans la lutte contre l'extrémisme religieux. Ne négligez pas l'importance du kulturkampf dans la lutte contre les jihadistes. Les jihadistes ne combattent pas qu'avec des bombes même si certains ne manquent pas de matos. Le jihadisme ne se combat donc pas qu'avec des bombes.

Ils ont versé leur sang: versons notre or.

P.S.: Al Qaïda a revendiqué les attaques.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 10 Jan 2015, 02:43

Je veux soutenir "Charlie Hebdo", comment faire ?

Dessiner, proclamer "Je suis Charlie", manifester ou faire un don : il y a plusieurs moyens de soutenir l'hebdomadaire satirique touché au coeur hier.

"Je suis Charlie", sur fond noir : l'image remplace massivement les photos de profil sur les réseaux sociaux. Elle dessine un sombre fil d'hommage et de résistance dans une France sous le choc de la tuerie de "Charlie Hebdo". Alors que le journal a perdu ses plus grands dessinateurs, vous voulez exprimer votre solidarité avec le titre satirique ? Voici comme faire.

# Dessiner

Chacun veut dire son horreur, sa peine, sa solidarité mais aussi son refus de l'amalgame. Des dessins apparaissent : les crayons levés au ciel lors des rassemblements de mercredi soir répondent au drame, dans l'esprit de l'hebdomadaire satirique, pour faire vivre la phrase de Charb après l'incendie dans les locaux de "Charlie" en 2011 : "C'est peut-être un peu pompeux ce que je vais dire, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux."

# Proclamer "Je suis Charlie"

La bannière en noir, gris et blanc, qui a fait le tour du monde, a été réalisée quelques minutes après l'attentat par Joachim Roncin, directeur artistique et journaliste musique du magazine "Stylist", et diffusée sur son compte Twitter.

Sur Twitter, il explique : "J'ai fait cette image parce que j'ai pas de mots".

L'image et l'expression précédée d'un hashtag #JeSuisCharlie sont partis comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Une page Facebook a été créée et à 20 heures mercredi, le hashtag avait déjà été utilisé quelque 620.000 fois.

L'image est également brandie dans tous les rassemblements. Et "L'Obs" propose depuis mercredi soir un poster en kit à accrocher à sa fenêtre.


# Se rassembler

Un deuil national a été décidé pour jeudi par le président de la République, François Hollande. Les drapeaux sont en berne pendant trois jours. Jeudi soir, à 20 heures, les lumières de la Tour Eiffel s'éteindront en hommage aux victimes.

De nouveaux rassemblements sont prévus jeudi. A Paris, la maire Anne Hidalgo appelle "tous les républicains et les défenseurs de la liberté" à un hommage place de la République à 18 heures.

Un Conseil exceptionnel de Paris doit se réunir vendredi matin pour faire "Charlie Hebdo" "Citoyen d'Honneur" de la ville.

D'abord prévu samedi, le grand rassemblement d'hommage se déroulera dimanche 11 janvier à Paris. Matignon a demandé ce changement de jour "afin de garantir les meilleures conditions de mobilisation et de sécurité". La "marche républicaine" partira à 15 heures de la place de la République pour se rendre place de la Nation.

Relayés par la page Facebook "Je suis Charlie", des appels à se rassembler sont aussi lancés à Lyon, Toulouse, Lille, Strasbourg…


# Mettre une bougie

Répandu sur internet, un appel à mettre une bougie sur le bord de sa fenêtre en hommage aux journalistes été entendu dans de nombreuses villes.

Une chaîne de SMS a également été lancée dans le même but, de même qu'une invitation sur Facebook.


# Faire un don

Le "Charlie Hebdo" de cette semaine est épuisé. Une réimpression est envisagée. Et les quelques survivants, réunis jeudi jeudi pour évoquer l'avenir de l'hebdomadaire, ont exprimé leur désir de continuer : "Il y aura quelque chose" la semaine prochaine, "on ne sait pas encore sous quelle forme", a d'abord affirmé Gérard Biard, rédacteur en chef du journal qui a survécu à l'attentat.

Richard Malka, l'avocat de l'hebdomadaire a ensuite confirmé : "Le journal 'Charlie Hebdo' sortira mercredi prochain et sera tiré à un million d'exemplaires". Le tirage habituel est de 60.000 exemplaires.

Concrètement, soutenir "Charlie", qui a connu d'importantes difficultés financières, ce sera :

- de l'acheter,

- de souscrire un abonnement, via le site Toutabo par exemple,

- de faire un don. Un site jaidecharlie.fr a été lancé vendredi pour recueillir des dons en ligne, à l'initiative de l'association Presse et Pluralisme. "Charlie Hebdo a besoin de vous pour survivre", écrit l'association qui réunit l'ensemble des organisations professionnelles de la presse. Elle permet de faire des dons défiscalisés aux médias.


Source: Le Nouvel Observateur
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 10 Jan 2015, 20:44

Note du scribe:

Les islamistes syriens se répartissent actuellement en quatre catégories:

-Les islamistes de l'Opposition syrienne qui ont noyauté les groupes armés "laïcs" ou "modérés" ou sont organisés en groupes "fédérés" (ex: brigades Al-ansar et Farouk)
-Les islamistes d'Al-Noshra, organisation syrienne d'Al-Qaïda.
-Les daechites et leurs organisations vassales, lesquels bénéficient du soutien des Talibans et de Boko Haram
-Le Front islamique syrien, dissidence islamiste de l'Opposition syrienne qui souhaite transformer la Syrie en un "Etat religieux juste".

Khorasan, le groupe djihadiste le plus dangereux en Syrie, selon Washington

Cette confrérie secrète compte une cinquantaine de combattants d'élite au sein du Front Al-Nosra, représentant d'Al-Qaeda en Syrie.

Nom de code : Khorasan. Ce serait le plus secret et le plus dangereux des groupes djihadistes présents en Syrie, selon les services de renseignement américains. Les Etats-Unis n'ont daigné reconnaître son existence que le 18 septembre dernier, quatre jours avant de bombarder ses positions -ainsi que celles de l'organisation Etat islamique- en raison de "l'imminence" d'une attaque visant "les Etats-Unis et les intérêts occidentaux". La réalité est un peu plus complexe. La cellule désignée sous le nom "Khorasan" est identifiée depuis plusieurs mois par les meilleurs connaisseurs de la galaxie djihadiste mondiale.

"Il ne s'agit pas d'une organisation autonome, mais d'une sorte de "fraternité" regroupant une cinquantaine de combattants d'élite au sein du Front Al-Nosra, qui est le représentant d'Al-Qaeda en Syrie, explique Dominique Thomas, spécialiste des mouvements islamistes radicaux. Ces vétérans du djihad, adversaires à la fois de l'organisation Etat islamique et du régime syrien, sont aussi susceptibles de préparer des actions violentes contre les Occidentaux. Ce sont des experts en techniques de guérilla et de combat urbain, mais aussi en explosifs."

Envoyés en Syrie par Ayman al-Zawahiri, successeur de Ben Laden à la tête d'Al-Qaeda, ses membres ont combattu en Afghanistan ces quinze dernières années. Le terme "Khorasan" désigne un territoire de l'époque médiévale qui englobait l'Afghanistan actuel.

A la tête de ces "frères d'armes" djihadistes se trouve un Koweïtien de 33 ans : Mohsen al-Fadhli. Recherché depuis 2004, l'homme était un proche de Ben Laden. Il aurait été l'un de ses rares compagnons à être dans le secret des attaques du 11 septembre 2001. La même année, il se terre avec le chef d'Al- Qaeda dans les grottes de Tora Bora, pilonnées par l'aviation américaine.

Al-Fadhli, impliqué depuis dans plusieurs attaques terroristes, est considéré par les Etats-Unis, comme une "high value target" (une cible de premier ordre), à l'instar d'Abou Bakr al-Baghdadi, le "calife" de l'organisation Etat islamique. Sa tête est mise à prix à hauteur de 7 millions de dollars (5,4 millions d'euros). Il aurait été tué dans les bombardements des 22 et 23 septembre. A voir.


Source: L'Express
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 24 Jan 2015, 14:00

Un scénario catastrophe: le 3e jihad


A titre d'information, je publie ce texte. Je ne cautionne par forcément tout ce qui y est dit.


Le 3ème Jihad

Scénario Catastrophe :

Jour J : Tout avait commencé quelques jours plus tôt par une profanation de quelques tombes musulmanes dans un cimetière de la région parisienne.
La veille, une manifestation pacifique d'un groupe d'imams avait attisé la haine de quelques extrémistes qui sont passés à l'acte en profanant par réciprocité quelques édifices religieux catholiques.

J+1 : Une contre manifestation pacifique organisée par des catholiques et des laïques dégénère gravement. Harcelés et agressés par des jeunes musulmans, les heurts sont violents : deux morts dont un prêtre et de nombreux blessés sont dénombrés dans les rangs des manifestants.

J+2 : Intervention d'une compagnie de CRS dans les quartiers sur lesquels il y a suspicion sur l'origine des agressions.

Nuit à J+2 : le quartier s'embrase, c'est une forme de guerre civile qui s'organise.

Nuit à J+3 : L'ensemble des quartiers à majorité musulmane s'embrasent à leur tour. Très vite un couvre feu est annoncé et mis en place.

J+4,5,6,7... Jour après jour, nuit après nuit, les violences se multiplient. Les quartiers sont à feu et à sang. Au petit matin, des descentes de police se multiplient pour arrêter les protagonistes présumés.

Des groupes sortent de leurs quartiers pour s'en prendre habitants des zones voisines.Les réactions s'enchainent.

L'état fait appel à l'armée pour rétablir l'ordre dans les principaux quartiers touchés. Après avoir dénombré de nombreux morts dans les rangs militaires, une autorisation tacite est donnée de tirer sur toute personne menaçante et bravant le couvre feu.
Les morts sont maintenant dans les rangs des insurgés.

A l'extérieur, dans les pays arabes, gouvernements et responsables religieux dénoncent ce qu'ils désignent comme un acharnement contre leur frères de la oumma. La solidarité tente de s'organiser et déjà les premiers immans décrètent le jihad contre la France et son gouvernement.

Vidéo-Le Troisième Jihad-VF 1re partie

Vidéo-Le Troisième Jihad-VF 2e partie

Vidéo-Le Troisième Jihad-VF 3e partie

Plus d'infos ici : http://www.thethirdjihad.com/

Et pour compléter l'information et prendre la mesure des relations à venir :

Vidéo-Vous serez tous musulmans


Source: Scénario catastrophe, le pire est à venir


De mon point de vue, ce qui est dit plus haut fais étrangement écho à un autre scénario.


Exclusif: Le Pentagone a un plan en cas d’invasion de zombies. Pour de vrai

Tout ce qu’il faut savoir sur la stratégie de défense de l’armée américaine pour protéger l’humanité des morts-vivants.

L’armée est depuis toujours l’organe du gouvernement américain qui a réponse à tout, constamment prête à parer à toute éventualité et capable de sortir au débotté un projet en réaction à presque n’importe quel événement, aussi inopiné soit-il. Les Russes ont lancé des missiles nucléaires et il vous faut une solution? On a ça. Un ambassadeur américain a été kidnappé par des narcotrafiquants? Pas de problème, on sait quoi faire. Il vous faut une stratégie détaillée pour survivre à une invasion de morts-vivants? Eh bien ça aussi, c’est prévu.

Aussi incroyable que cela paraisse, le département américain de la Défense a prévu l’éventualité d’une attaque de zombies et le cas où les forces armées devraient éliminer des créatures avides de chair humaine afin de «préserver le caractère sacré de la vie humaine (...) des humains non-zombies.»

Au fin fond du réseau informatique secret de l’armée se dissimule un document non classifié que s’est procuré Foreign Policy, appelé «CONOP 8888.» Il s’agit d’un plan de survie à une attaque de zombies, un manuel d’instructions pour les cerveaux militaires chargés d’isoler la menace représentée par un véritable catalogue de morts-vivants—des poules-zombies aux zombies végétariens en passant par les «zombies magiques maléfiques»–afin de les détruire.

«Ce plan établit l’attribution des missions dans le cadre d’une planification de mesures d’urgences fictives afin de permettre au centre de commandement stratégique des États-Unis de mettre au point un (plan) exhaustif de lancement d’opérations militaires visant à préserver les humains «non-zombies» des menaces posées par une horde de zombies», explique le résumé du plan CONOP 8888. «Parce que les zombies représentent une menace pour toute vie humaine non-zombie, (le centre de commandement stratégique) sera préparé à préserver le caractère sacré de la vie humaine et à conduire des opérations d’aide à toute population humaine—y compris à des adversaires traditionnels.»

L’opération CONOP 8888, également appelée «Counter-Zombie Dominance» et datée du 30 avril 2011, n’est absolument pas une blague, même si, évidemment, elle prête à rire. Comme le soulignent ses auteurs dans la section «Avertissement» du document, «ce plan n’est pas du tout une plaisanterie.»

En 2009 et 2010, les planificateurs militaires affectés au centre de commandement des États-Unis, le U.S. Strategic Command, d’Omaha, dans le Nebraska, cherchaient à imaginer un document original organisant la protection des citoyens dans l’éventualité d’une attaque de quelque nature que ce soit. Les officiers décidèrent que les zombies leur serviraient de muses. «Les planificateurs ... savaient que les exemples d’entraînements utilisés dans ces plans doivent prendre en compte les répercussions politiques qui surviennent lorsque le public croit à tort qu’un scénario fictif est un vrai plan d’action» écrivent les auteurs, qui ajoutent: «Plutôt que de prendre un tel risque en ayant recours, pour former nos troupes d’appoint, aux scénarios fictifs «Tunisie» ou «Nigeria» utilisés à la (Joint Combined Warfighting School), nous avons choisi un scénario totalement impossible que personne ne pourrait prendre par erreur pour un véritable plan.»

Le capitaine de vaisseau Pamela Kunze, porte-parole du centre de commandement stratégique, tout en reconnaissant l’existence de ce document sur un «site Internet sécurisé», s’est efforcée de nous expliquer que le guide de survie aux zombies n’était qu’une idée très créative conçue à des fins d’entraînement. «Le document est identifié comme un outil d’entraînement utilisé dans le cadre d’un exercice de formation interne dans lequel les étudiants apprennent les concepts de base de la planification militaire et le développement des ordres grâce à un scénario fictif destiné à l’entraînement» écrit-elle dans un mail. «Ce document n’est pas un plan de l’U.S. Strategic Command.»

Ce n’est pas la première fois que les zombies servent d’inspiration aux formateurs ou au public américain. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont déjà élaboré toute une campagne de sensibilisation destinée aux situations d’urgence impliquant des zombies. «Équipez-vous, soyez prévoyant, soyez prêt» recommande une affiche du CDC sous l’image d’une femme au yeux morts regardant par-dessus une couverture.

Mais il semble que l’armée en ait eu l’idée la première. Et évidemment, si jamais il y avait une invasion de zombies, elle a un plan.

CONOP 8888 est conçu pour «établir et maintenir une situation de vigilance et de défense visant à protéger l’humanité des zombies» à en croire son objectif, et, «si nécessaire, conduire des opérations qui, si elles sont exécutées, éradiqueront la menace que posent les zombies à la sécurité humaine.» Enfin, le plan fournit des conseils pour «aider les autorités civiles à maintenir la loi et l’ordre et à restaurer les services de base pendant et après une attaque de zombies.»

Le «scénario le plus menaçant», selon le plan, décrit une situation plutôt sinistre: celle d’une attaque de zombies lors de laquelle il y aurait un très haut niveau de «transmissibilité», un tas de zombies qui mangeraient un tas de gens, des zombies qui infecteraient des humains à grande vitesse, peu ou pas d’immunité et peu de contre-mesures efficaces.

Sous le titre «Résumé de la menace zombie», le document souligne les différentes sortes d’adversaires zombies susceptibles de surgir lors d’une attaque de ce genre. Il s’agit non seulement de zombies végétariens («formes de vie zombies issues d’une cause quelconque mais ne présentant aucune menace directe pour les humains car elles ne mangent que des plantes»), des zombies magiques maléfiques («formes de vie zombies créées par des expériences occultes dans le cadre de ce qu’on pourrait également appeler “magie maléfique”»), et puis des poules-zombies.

«Aussi ridicule que cela puisse paraître, c’est en réalité le seul type de zombie qui existe vraiment» explique le plan. Les «CZ» (pour chicken zombies) apparaissent lorsque de vieilles poules devenues incapables de pondre sont euthanasiées au monoxyde de carbone puis enterrées par leurs éleveurs, et qu’elles parviennent à remonter à la surface en creusant avec leurs griffes. «Les CZ sont absolument terrifiantes à voir mais le seul risque qu’elles présentent est celui de convertir les gens au végétarisme en protestation à la cruauté envers les animaux» observe CONOP 8888.

L’inventaire des morts-vivants comprend également des zombies venus de l’espace, ceux délibérément créés par des ingénieurs en biotechnologie jouant à Frankenstein et des humains infectés par un agent pathogène qui les transforme en zombies.

Le plan passe en revue de façon exhaustive les diverses phases nécessaires pour sauver le monde du règne des zombies et utilise un vocabulaire évoquant celui d’une campagne contre-insurrectionnelle: de «mettre en forme» à «dissuader», « prendre l’initiative», « dominer» puis «stabiliser» pour, enfin, dans la phase finale où il s’agit de gagner les confiances, «restaurer l’autorité civile.» Cette dernière étape comprend la directive suivante: «se préparer au redéploiement des forces pour attaquer les poches de zombies survivants.»

Enfin, «selon les ordres de POTUS et SECDEF,» acronymes utilisés par l’armée pour désigner le président des États-Unis et le secrétaire à la Défense, «apporter un soutien aux agences fédérales, d’État et tribales afin de restaurer les services de base dans les zones sinistrées par les zombies

Si le mantra de l’armée est «soyez prêt», alors rédiger un guide de survie à une invasion de zombies—même uniquement dans le cadre d’un exercice imaginatif—répond à une certaine logique. «J’espère juste que nous avons investi le même niveau de rigueur intellectuelle en cas de risque d’éclosion d’œuf de dragon», raille un fonctionnaire de la Défense.


Source: Slate.fr



J'ai toujours pensé que cette opération visait à préparer l'US Army à la gestion d'une épidémie grave, par exemple une épidémie d'ebolah. Et si les personnes symbolisées par les zombies étaient plutôt les musulman?

Ce qui me rappelle que le département de la sécurité intérieur (Homeland security) se militarise de plus en plus au point de devenir une sorte d'armée contre-insurrectionnelle à côté de l'US Army.

Connexités pour le 3e Jihad:

-Jihad de Jean-Marc Ligny
-Soumission de Michel Houellebecq

Connexités pour la défense anti-zombie:

-Guide de survie en territoire Zombie
-Z-Corps
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 13:50

Grèce: le pouvoir derrière le trône

Historiquement, depuis les années 1920, ce qu'on appelle l’État parallèle (parakratos) d'extrême-droite a fonctionné en Grèce comme le prolongement des appareils d’État en charge de la violence, visant divers milieux de gauche, durant la majeure partie du XXe siècle . Sans surprise, Aube Dorée laisse apparaître des continuités politiques et structurelles avec cette tradition."


Source : EN FINIR AVEC L'EUROPE de Dimitris Dalakoglou

Cette promotion de l’ordre par une organisation politique n’est pas sans rappeler le grand Etat Parallèle grec (« Parakratos ») qui s’était constitué au sortir de la seconde guerre mondiale autour des anciens collaborateurs, et qui durant la période d'après guerre s’était placé en garant de l’ordre face à la menace communiste. Il fut très actif au début des années dans les années 1960, années durant lesquelles les membres du « parakratos » tueront un député (ce qui inspirera le film "Z"), et provoqueront la chute de Karamanlis, évènement qui conduira à l’établissement de la dictature, lors de laquelle l’Etat parallèle remplacera l’Etat précédent. Ce « parakratos » avait pour particularité d’être infiltré à grande échelle dans l’armée et la police. Généralement il se plaçait auprès de la population, apparaissant comme un recours contre les défaillances de l’Etat central, s’apportant de fait de nombreux soutiens. La dictature emmènera avec elle l’Etat parallèle dans sa chute, effondrement achevé par l’abolition complète de l’organisation par Andreas Papandréou au début des années 1980.

Sur de nombreux aspects, on peut voir la dynamique impulsée par Chryssi Avghi comme étant une tentative de réinstaurer cet Etat parallèle. Il rassemble par son action tous les nostalgiques de la dictature, certainement plus nombreux que ce que l'on pourrait croire. Surtout, au vu des circonstances on doit noter tout le potentiel d’une telle organisation, qui ne limite pas son action à une simple participation aux élections


Source: La Grèce dans « la peur de Weimar » : le phénomène Chryssi Avghi sur Médiapart

Dans son ouvrage Aube Dorée, Livre noir du parti nazi grec, dont nous avions traduit quelques extraits au moment de sa sortie en grec, en octobre 2012, Dimitris Psarras remonte le fil d'une organisation née dans les années 1980, dans le sillon de la défunte dictature des Colonels. Il y montre les resorts d'une formation qui, si elle a prospéré sur la misère sociale et la profonde perte de repères infligée aux classes moyennes grecques ces quatre dernières années, n'est en réalité pas nouvelle dans la péninsule héllène. Parti ultranationaliste qui revendiquait ouvertement dans les années 1980 sa filiation nazie et dont les cadres sont liés au parakratos, cet Etat profond, Aube Dorée avait certes une audience politique limitée jusqu'en 2012. Mais il était très actif quand il s'agissait de s'attaquer aux militants de gauche et aux immigrés ou de palabrer sur les plateaux télé, comme le raconte Dimitris Psarras qui fait le tableau d'un parti structuré autour du Chef, Nikolaos Michaloliakos, une figure immuable depuis trois décennies, une transposition du Führerprinzip hitlérien au mode d'organisation interne d'Aube Dorée.

Aujourd'hui, grâce à la traduction de Panos Angelopoulos, toute cette histoire est accessible aux lecteurs francophones. Le livre dans sa version française sort ces jours-ci aux éditions Syllepse, une publication rendue possible grâce à une collecte menée par plusieurs réseaux militants - Attac, Espaces Marx et l'Institut CGT d'histoire sociale, entre autres. L'excellent Dimitris Psarras, journaliste d'investigation, ancien d'Elefthérotypia et cofondateur, l'an dernier, du Journal des Rédacteurs (un quotidien fondé en pleine crise sur une base autogestionnaire) est l'un des meilleurs connaisseurs de l'extrême droite grecque. Nous avons donc la chance de voir arriver dans l'Hexagone, un an et demi après la version originale en grec, une version retravaillée et actualisée, à la lumière des événements de ces derniers mois et du tournant judiciaire qu'a pris cette histoire.


Source: Décrypter l'extrême droite néonazie grecque, avec Dimitris Psarras sur Médiapart

Procédure rendue possible grâce au courage des dizaines de militants et de citoyens qui témoignaient des années durant contre les exactions racistes, dans des commissariats hostiles. L’un de ces témoins a raconté qu’à peine sa déposition faite, il a été accueilli à la sortie du poste de police par une trentaine de membres d’Aube dorée, qui l’ont tabassé.

Qui les avait prévenus? Les journalistes grecs sur le terrain rappellent les collusions entre les autorités et leurs rédactions, pour étouffer de nombreux incidents qu’ils avaient pourtant enregistrés ou filmés. Souvent les reportages étaient détruits soit au commissariat, ou, pire encore, mis au pilori par les médias eux-mêmes avant de pouvoir être transmis aux confrères de la presse étrangères, plus libres.

La situation rappelle aux historiens la période des années 30 en Allemagne, mais aussi à de nombreux Grecs plus âgés, les années noires précédant la dictature, avec ce parakratos (Etat parallèle) et ses trabouki (hommes de main), si bien illustrées par l’assassinat du député progressiste, retracé dans "Z", le film de Costa Gavras. Une réalité jamais vraiment déracinée de la société grecque.


Source : La prison, une aubaine pour les néonazis d'Aube Dorée? sur My Europe

Si l’on ne sait pas encore si ce changement de politique marque la fin de l’impunité, c'est en tout cas la fin d'une chape de plomb. La fin d'une tolérance aveugle sur les dérapages policiers. Une tolérance qui était partagée par tous les gouvernements depuis la fin de la dictature des Colonels en 1974, car des cadres de l'époque sont restés pendant toutes ces années dans les arcanes des pouvoirs policier et militaire. C'est ce que les analystes ici appellent l' «Etat profond», le parakratos.


Source: La Grèce face à ses démons néonazis sur RFI
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 14:04

Victoire de SYRIZA en Grèce : un tournant pro-Russe ?

29/01/2015 – 08H00 Athènes (Breizh-info.com) - La victoire de la coalition des gauches SYRIZA en Grèce ne se limitera peut-être pas au séisme extérieur de l’opposition à l’austérité européenne et intérieur de la séparation entre l’Eglise et l’Etat. SYRIZA veut aussi rétablir les relations privilégiées historiques entre la Grèce et la Russie, quitte à dynamiter l’unité européenne sur les sanctions contre l’économie russe.

Interrogé par l’édition en ligne du journal Rossijskaya Gazeta peu avant les élections grecques qui ont vu l’avènement de son parti, Kostas Sirixos, directeur du département des affaires étrangères au sein de SYRIZA précisait ainsi les orientations principales de la politique étrangère de la Grèce en cas de victoire. « Notre premier objectif est de rétablir la souveraineté de la Grèce (…) en matière de politique étrangère, notre pays écrasé par une dette de 340 milliards obéit beaucoup à la volonté de ses bailleurs de fond. Notre second objectif est de travailler avec nos alliés politiques européens pour contrecarrer l’influence géopolitique et économique que l’Allemagne essaie d’imposer aux pays d’Europe du Sud-est et aux Balkans ».

Le plus intéressant réside dans les orientations à moyen et long terme : « nous devons mettre en route de nouvelles orientations de la politique étrangère grecque hors de l’UE. Notamment, le gouvernement SYRIZA a l’intention de coopérer partout où nous avons des intérêts communs avec les pays BRICS et surtout la Russie ». Mettant en avant la communauté de liens historiques, religieux, économiques, il a exprimé son soutien au projet russe alternatif au South Stream, c’est à dire le gazoduc vers la Turquie et la création d’un hub gazier aux limites avec la Grèce : « notre pays dispose de réserves potentielles d’hydrocarbures. Nous pensons que la Russie et ses majors pourraient être nos partenaires stratégiques dans ce domaine ».

Le parti SYRIZA s’était opposé à plusieurs reprises aux sanctions qui ont été décidées par les pays de l’UE et les autres pays du camp de l’Occident (USA, Canada, Norvège, Suisse, Australie, Japon) contre l’économie et les finances russes : « nous savions que la Russie allait prendre des contre-sanctions, qui frappent durement notre économie. Nos agriculteurs ont perdu près de 430 millions d’euros suite à la rupture des contrats de livraison. Je pense que la Grèce gouvernée par Syriza peut proposer la voie du dialogue avec la Russie ». SYRIZA a déjà annoncé qu’elle ne remettrait pas en cause l’appartenance de la Grèce à l’UE, si l’Union abandonne l’austérité à tous crins, et que le pays ne sortira pas de l’OTAN, même si le parti estime que « l’OTAN a perdu sa raison d’être. L’Alliance est restée seule en Europe, et c’est dangereux car elle se transforme en gendarme mondial ».

Cependant, les spécialistes de l’UE russes restent sceptiques quant à la possibilité réelle pour la Grèce de dynamiter les sanctions. Citée par l’édition russe de la BBC – qui véhicule une ligne pro-occidentale et opposée à la montée en puissance de la souveraineté russe – le politologue russe Pavel Sviatenkov, du Fonds de Mise en Perspective Historique, estime que « si l’on compare l’Union avec une société par actions, la Grèce est un petit porteur. Sa puissance économique est faible et elle a peu de moyens de pression sur les dirigeants de l’UE. Mais la Grèce peut être un soutien de la Russie à l’intérieur de l’Union ».

Il a estimé par ailleurs que « la coopération de la Grèce avec la Russie sera sans doute tournée vers la recherche de moyens financiers et la possibilité de s’appuyer sur la Russie dans ses négociations avec Bruxelles. Du fait des sanctions, il est peu probable que la Russie donne de l’argent, ou du moins en grand nombre. En revanche, les deux pays mèneront ensemble des projets communs, comme celui du gazoduc sous la Mer Noire entre la Russie et la Turquie. S’il bifurque vers la Grèce, ce sera très bien pour Athènes ».

SYRIZA est consciente de la faiblesse à priori de la position grecque. Kostas Sirixos, directeur du département des Affaires étrangères au sein de SYRIZA, explique que son parti espère coaliser l’ensemble des forces européennes opposées à l’austérité : « regardez l’Espagne où Podemos monte. Dans quelques mois la nouvelle gauche européenne pourrait détenir un nouveau gouvernement. Regardez l’Irlande, où le Sinn Fein cartonne. Comme on dit en Grèce, les coutures sont en train de craquer (…) L’Europe ne peut pas continuer sur le chemin de l’austérité en s’enfonçant dans la récession. Et si l’Allemagne nous coupe les vivres à cause de notre position, elle disposera ainsi une bombe à retardement sous toute l’UE ».


Source: Breizhinfo
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 14:24

RUSSIE/UKRAINE. Le FN et l'extrême gauche française, les idiots utiles de Vladimir Poutine

LE PLUS. La guerre s'intensifie en Ukraine. Le 26 janvier dernier, Vladimir Poutine s'en ait pris à l'OTAN, qu'il accuse de se servir de l'Ukraine comme "légion étrangère" pour "contenir" son pays, la Russie. L'escalade des violences a de quoi inquiéter, explique notre éditorialiste Jean-Marcel Bouguereau, qui fustige ceux qui, en France, soutiennent le président russe.

Il y a en Europe une étrange coalition qui fait de Vladimir Poutine son nouveau héros. On y trouve pêle-mêle des amis de Marine Le Pen jusqu’à l’extrême gauche.

La guerre d’Ukraine offre l’occasion à ces forces de jouer les "idiots utiles" du potentat du Kremlin. Un peu comme du temps de la Guerre froide, certains "compagnons de route" étaient devenus les meilleurs supporters de l’Union soviétique. Ils doutent des intentions de la Russie dans l’est de l’Ukraine.


Une Russie toujours plus agressive

Lorsqu’en août dernier des parachutistes russes avaient été capturés par l’armée de Kiev, Poutine avait déclaré qu’ils auraient pu s’y retrouver par mégarde ! Lorsqu’en avril dernier la Crimée a été envahie, c’était par des troupes russes mais qui répondaient à la "demande d’aide" !

Maintenant, les rebelles pro-russes continuent leur progression vers la ville de Donetsk dont ils convoitent l’aéroport et vers Marioupol, le port qui donnerait un débouché vers la mer et permettrait à la Russie d’avoir une continuité territoriale vers la Crimée déjà annexée. Les milices prorusses admettent être ravitaillées en armes par la Russie et le président ukrainien a évoqué la présence de 9.000 soldats russes dans le Donbass, chiffre invérifiable.

Mais six ans après cette guerre éclair, Poutine n’a-t-il pas affirmé que l'offensive militaire contre la Géorgie avait été préméditée et préparée par l'état-major, sous ses ordres ? Il a aussi reconnu que les militaires russes avaient armé et entraîné des milices locales en Ossétie du sud, l'une des régions séparatistes de Géorgie, au cœur du conflit d'août 2008.

Que dit aujourd’hui Poutine pour justifier son action ? Que l’extension de l’OTAN jusqu’à ses frontières est une provocation. Mais l’OTAN n’annexe aucun pays. C’est le comportement de la Russie qui pousse ses anciennes possessions à demander à entrer dans l’OTAN.


Le fantasme d'une reconquête "eurasienne"

Les Russes pourraient maintenant se demander pourquoi ceux qui ont bénéficié des "bénédictions" de leur règne souhaitent être protégés contre eux ? Pourquoi la Pologne et les pays baltes craignent-ils la Russie de Poutine ?

Même si, aux yeux de Poutine, la dissolution de l'URSS fut "la plus grande catastrophe du XXe siècle", bien d’autres choses ont changé que le président russe n’a pas vu, perdu dans ses rêves de reconquête, au nom de la "protection" des populations russophones.

Il continue de vouloir reconstituer l’empire russo-soviétique sous la forme de l’Eurasie, cette chimère rêvée par Alexandre Douguine, ancien membre du parti national bolchevique et théoricien apprécié par certains cercles de l’extrême droite française. C’est là qu’on retrouve l’étrange coalition qui va de Marine Le Pen jusqu’à ceux qui soutiennent Poutine par penchants anti-américain ou par hostilité à l’Union européenne.


Source: Le Nouvel Observateur

Connexe: Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen sur le Nouvel Observateur.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 14:48

L'indéfectible soutien du FN à la Russie de Poutine

DECRYPTAGE - Jean-Marie Le Pen a défendu ce mercredi matin l'annexion de la Crimée par la Russie. Le soutien à une Russie au pouvoir fort n'est pas nouveau au Front national, qui développe l'idée depuis plusieurs années.

«Je crois que, pratiquement, Poutine a fait un sans-faute.» Jean-Marie Le Pen, mercredi matin, sur BFM-TV, détonne dans le paysage politique français, avec son soutien à la Russie dans l'annexion de la Crimée.

Le président d'honneur du Front national tacle les pays occidentaux dans leur défense du nouveau pouvoir ukrainien: «Les Américains, l'Union européenne se sont trompés dans tous les domaines, politiques, historiques, [moraux]. La position de Poutine est à mon avis inattaquable.» Il se fait le relais du discours du président russe, prononcé mardi, justifiant le rattachement de la péninsule: «La Crimée a toujours appartenu à la Russie impériale, c'est la décision d'un dictateur communiste qui était Khrouchtchev, qui, peut-être pour compenser les millions de morts que le régime communiste avait faits par la famine en Ukraine, a donné, en quelque sorte, une partie de la Russie à l'Ukraine.»


» L'Europe de Brest à Vladivostok

Ainsi, dans son programme de 2007 pour la présidentielle, Jean-Marie Le Pen prévoyait la construction d'une Europe sensiblement différente de celle de Bruxelles: «Nous nous unirons [contre les nouveaux impérialismes] aux grandes nations libres d'antique civilisation qui sont en butte aux mêmes menaces d'acculturation que nous, l'Inde, le Japon et la Russie. Conformément à nos traditions, les liens avec ce dernier pays seront particulièrement renforcés dans la perspective de la mise en valeur de la “sphère boréale” de Brest à Vladivostok.»

Lors de la convention européenne du Front national, en 2009, Jean-Marie Le Pen reprenait le concept, souhaitant «une Europe puissante, indépendante et respectée englobant les nations du continent boréal de Brest à Vladivostok». Devenu président d'honneur, il défendait l'idée «de la construction politique du continent boréal», dans une interview donnée au journal Minute, en 2011. Il y expliquait: «L'Europe n'a plus le grand espace géopolitique sans lequel il n'existe pas de grande puissance; tandis que la Russie, victime d'une hémorragie démographique qui lui fait perdre un million d'habitants par an, n'a plus les moyens humains de garder cet immense espace géographique qui est le sien.»

L'idée part du constat que le nationalisme ne peut se limiter aux frontières des pays et doit au contraire s'étendre à l'Europe et ses peuples. Il s'agit donc de constituer un grand bloc continental basé sur la civilisation européenne, dans lequel la Russie aurait toute sa place. Cette théorie provient des années 1960, notamment du Belge Jean Thiriart, auteur d'un ouvrage au titre évocateur: Un empire de quatre cents millions d'hommes.


» Marine Le Pen reprend le soutien à la Russie

La prise du pouvoir par Marine Le Pen au Front national ne change pas fondamentalement le regard du mouvement sur la Russie. Dans le discours de présentation de son programme présidentiel, fin 2011 à Paris, Marine Le Pen annonce souhaiter sortir «du commandement intégré de l'Otan» et sa volonté de proposer à la Russie «une alliance stratégique poussée, fondée sur un partenariat militaire et énergétique approfondi». Elle propose également «la formation d'une Union paneuropéenne des États souverains incluant la Russie».

» Voyages en Russie

Jean-Marie Le Pen tout comme sa fille se sont déjà rendus en Russie. Le premier pour rencontrer, notamment, le candidat nationaliste Vladimir Jirinovski, candidat à la présidentielle russe de 1996. La seconde, en juin 2013, où elle a pu rencontrer un proche de Vladimir Poutine. Une audience au caractère exceptionnel, notaient les observateurs à l'époque.

Ce soutien indéfectible à la Russie n'est pas nouveau chez les dirigeants d'extrême droite et ceux du Front national. Il relève d'une vieille idée, l'Europe de Brest à Vladivostok.


Source: Le Figaro
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 15:00

Financement du Front national : Marine Le Pen en eau rouble

Mediapart révèle qu’une banque russe proche du Kremlin a octroyé un prêt de 9 millions d’euros au parti d’extrême droite.

Le FN de Marine Le Pen, dont la bienveillance à l’égard de la Russie de Poutine est une constante, a-t-il trouvé un soutien financier au Kremlin ? Tel le Parti communiste français au siècle dernier. La question se pose depuis que Mediapart a révélé samedi que le parti d’extrême droite avait obtenu en septembre un prêt de 9 millions d’euros auprès de la modeste First Czech Russian Bank (FCRB), basée à Moscou. Deux millions ont déjà été débloqués.

Deal. Ce prêt n’a rien d’illégal - il ne s’agit pas d’un don, ce qui le soustrait d’ailleurs au contrôle de la Commission nationale des financements politiques -, mais son origine met sur la table la question de l’ingérence d’une puissance étrangère dans la vie politique française. D’autant que la FCRB est «de facto entre les mains d’un ancien cadre bancaire de l’Etat» russe, Roman Yakubovich Popov, assure Mediapart. Le site rappelle au passage que, dans les années 90, c’est pour un prêt fictif auprès d’une banque italienne que les dirigeants du Parti républicain ont été condamnés pour «blanchiment» en 2004.

Si le FN n’a pas respecté sa «préférence nationale», ce serait faute de réponse positive en France mais aussi en Espagne et aux Etats-Unis. «Est-ce que les banques sont frileuses depuis que Nicolas Sarkozy a triché lourdement avec ses comptes de campagne ? Ou est-ce que c’est un traitement qui nous est réservé, au FN ?» s’est interrogée Marine Le Pen dans C Politique, sur France 5 dimanche. Quand, fin octobre dans l’Obs, elle avait abordé la difficulté de son parti à emprunter, la frontiste avait parlé d’un prêt russe comme d’une piste parmi d’autres, alors que l’affaire était conclue depuis le mois précédent. L’information devait rester secrète. Le FN a annoncé envisager une plainte contre Mediapart.

Dans ce deal, l’eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser a eu un rôle central. Cet ancien consultant chez Dassault a été bombardé tête de liste aux dernières municipales à Strasbourg, puis élu lors des européennes en Ile-de-France, sur la liste conduite par Aymeric Chauprade, un proche conseiller de Marine Le Pen. Prorusses, ils ont tous deux été «observateurs» lors du «référendum» organisé par les séparatistes en mars en Crimée, et Schaffhauser l’a été aussi pendant les «élections» début novembre à Donetsk (Ukraine).

Pipeline. Le nom d’un oligarque très proche du chef du Kremlin, grand dignitaire de la relation franco-russe, apparaît aussi : Guennadi Timchenko. Sixième fortune du pays, il contrôle le géant du pipeline Stroïtransgaz, principal actionnaire de la FCRB. Jusqu’à peu, Timchenko était aussi un interlocuteur recherché par les plus autorités françaises : en juillet 2013, il a reçu la Légion d’honneur, pour sa contribution à la collection d’art russe au Louvre et surtout son partenariat avec Total pour l’exploitation du gaz du Yamal. Sous le coup de sanctions américaines pour sa proximité avec le régime expansionniste de Poutine, il a été épargné par ses amis européens. «Si soudain, la soixantaine passée, il voulait se lancer dans des financements politiques, il aurait sans doute des moyens plus discrets pour le faire», assure à Libération Pavel Chinsky, responsable de la chambre de commerce franco-russe, dont Timchenko préside le conseil économique.

Alexis Prokopiev, de Russie-Libertés, qui tente de contrer les réseaux poutiniens en France, voit, lui, dans ce prêt une confirmation de ses «soupçons» : «Derrière la proximité idéologique avec Poutine, revendiquée par certains hommes politiques français, il y a bien un aspect financier non négligeable. Cela repose la question de l’avancée du national-poutinisme en Europe.»


Source: Libération
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 15:11

Comment s'opère le rapprochement entre Poutine et le FN

Affaibli par la crise ukrainienne et les sanctions, Vladimir Poutine active ses réseaux en France. Son offensive passe par le développement de médias francophones pilotés par le Kremlin, par le soutien actif de certains membres de l'UMP et surtout par des liens étroits avec le Front national. BFMTV a mené l'enquête.

C'est un peu l'arbre qui cache la forêt. Le magnifique sapin de Noël visible devant la cathédrale Notre-Dame-de-Paris en ce moment a été offert par l'ambassade russe qui a déboursé 80.000 euros. Un cadeau pas tout à fait innocent puisqu'il a permis à la première chaîne de télévision publique en Russie de dire à ses téléspectateurs: "Cette année, les Parisiens n'ont plus assez d'argent pour leur arbre de Noël".

Et ce genre d'initiatives est amené à se développer. Affaibli par la crise ukrainienne et les sanctions économiques, Vladimir Poutine active ses réseaux en Europe et notamment en France, à la recherche de soutiens.

Une offensive médiatique

Moscou veut améliorer son image en Europe et le meilleur moyen est de faire comme à l'intérieur de ses frontières avec sa propre propagande. Le projet d'une version française du CNN russe (Russia Today) est actuellement en cours.

Les recrutements sont en cours et l'éditorialiste de Radio France, Anthony Bellanger, a notamment été approchés, mais il a refusé.

Le Kremlin entretient de bons rapports avec certaines branches de la droite française la plus conservatrice. Thierry Mariani, qui est président de l'association Dialogue Franco-Russe, n'hésite pas à répéter à l'envi que les sanctions en Russie nuisent à l'intérêt économique de la France et à dresser un portrait assez flatteur de Vladimir Poutine. "Il a une cote de popularité extraordinaire dans son pays, pourquoi? Peut-être que c'est quelqu'un qui s'intéresse avant tout à l'intérêt de son pays et pas de ce que pensent les ONG ou ses voisins", défend le député UMP des Français de l'étranger auprès de BFMTV.

Le président de l'association Russie-Libertés estime que le régime de Vladimir Poutine cherche ainsi à "trouver des alliés" qui ne sont pas méfiants vis-à-vis de son régime. Et c'est avec l'extrême droite que Moscou a tissé les liens plus étroits. Alexis Prokopiev observe qu'ils se sont accentués depuis les grandes manifestations en Russie de 2011-et 2012.

Les "planètes alignées" avec le FN

Les liens entre le FN et le Kremlin ont été soulignés fin novembre avec les révélations de Mediapart sur un prêt de 9 millions d'euros accordé par une banque russe. Si le clan Poutine ne fréquentait pas ouvertement Jean-Marie Le Pen, un rapprochement avec son héritière s'est imposé ces dernières années. Marine Le Pen s'est en effet rendue plusieurs fois à Moscou en 2013 et en 2014.

Un grande première a eu lieu fin novembre avec la présence d'Andreï Issaïev, le vice-président de la Douma et membre de Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine, qui a prononcé un discours au dernier congrès du FN.

Le député européen frontiste, Aymeric Chauprade, est l'un des artisans de ce rapprochement. Il l'affirme à BFMTV: "Marine Le Pen considère que pour la Russie, Vladimir Poutine est un très bon chef d'Etat". Le conseiller international de la présidente du parti s'était d'ailleurs rendu en Crimée en mars 2014 lors du référendum qui a conduit à l'annexion de la Crimée par Moscou. Il avait assuré le soir à la télévision russe que le scrutin s'était déroulé dans les règles.

Pour Vincent Jaubert, qui a écrit une enquête dans L'Obs sur les liens entre le FN et la Russie, "Toutes les planètes sont alignées entre le FN et le système Poutine". Le journaliste explique qu'ils ont les "mêmes intérêts": un rapprochement militaire entre la France et la Russie, une sortie de l'Otan et une explosion de l'Union européenne.

Marine Le Pen expliquait d'ailleurs en mai dernier dans une interview à un journal autrichien: "Monsieur Poutine est un patriote. Il est attaché à la souveraineté de son peuple. Il a conscience que nous défendons des valeurs communes. Ce sont les valeurs de la civilisation européenne". Et le parti à la flamme prône une "alliance stratégique poussée" avec Russie dans son programme.

Vladimir Poutine miserait sur une victoire du FN pour torpiller l'Union européenne de l'intérieur et détacher la France des Etats-Unis et de l'OTAN. Une stratégie qu'il déploie ailleurs dans toute l'Europe de l'Ouest en soutenant des partis nationalistes et europhobes.


Source: BFMTV
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Le PolitBureau, aprés la chute -3-

Message par Lame » Sam 31 Jan 2015, 15:21

Poutine distribue encouragements et argent aux partis eurosceptiques

Le Front national ne serait pas le seul à recevoir le soutien, moral et/ou financier, de la Russie. D'autres partis populistes ou d'extrême-droite seraient la cible d'une "opération séduction" menée par le Kremlin, plus ou moins directement.

Vladimir Poutine n'apprécie pas "les ONG financées par l'étranger" en Russie. Le président russe dénonce régulièrement l'influence de l'Union européenne dans certains pays comme l'Ukraine ou, précédemment, la Géorgie. Mais, à l'inverse, il n'aurait aucun problème avec le financement plus ou moins direct de partis étrangers par la Russie. Surtout si ce sont des partis populistes ou d'extrême-droite dans des pays de l'Union européenne.

La France et l'Allemagne particulièrement ciblées?

Vladimir Poutine est le "nouveau leader du conservatisme international", estime le think tank moscovite Centre for Strategic Communications, dont le quotidien allemand Bild reprend des informations. En Allemagne, justement, cette "stratégie européenne du Kremlin" a un nom: le "Russland Versteher" regroupe ceux qui, en Allemagne, "comprennent" la Russie, rappelle le Guardian. Et ils seraient de plus en plus audibles. Ce rapprochement n'a pas échappé à Angela Merkel dont le discours à l'égard de la Russie évolue, souligne le quotidien britannique.

Le Kremlin viserait particulièrement l'AfD (Alternativ für Deutschland), un jeune parti eurosceptique qui a failli entrer au Bundestag en 2013, après seulement quelques mois d'existence. Un éventuel rapprochement pourrait avoir lieu via un arrangement dans le cadre du commerce de l'or, explique le Centre for Strategic Communications. Ou via un prêt, comme dans le cas du Front national en France, note le Spiegel.

Marine Le Pen a en effet admis que le parti qu'elle préside avait contracté un prêt de 9 millions d'euros auprès de la banque russe First Cezch Russian Bank (FCRB), en septembre. Elle s'est dite "contrainte d'aller à l'étranger" dans la mesure où les banques françaises lui refusaient cet emprunt. Mais je ne me sens aucune obligation à l'égard de la banque qui m'a prêté cet argent", a ajouté Marine Le Pen dans l'émission "C Politique" sur France 5, dimanche.

"Je ne vois pas d'ailleurs le rapport entre une banque tchèquo-russe et le gouvernement de M. Poutine." Le site Mediapart, à l'origine de cette révélation, estime pourtant que ce prêt "pose la question de l'origine des fonds et d'une éventuelle ingérence étrangère dans la vie politique française", soulignant que cette banque est "de facto entre les mains d'un ancien cadre bancaire de l'État" russe, Roman Yakubovich Popov.

Aube dorée, Vlaams Belang, Ligue du Nord, Jobbik, FPÖ...

Mais Marine Le Pen ne serait que l'une des figures de proue de la "campagne secrète du Kremlin visant à gagner de l'influence dans la politique européenne, ajoute le Times britannique. Aube dorée en Grèce, Vlaams Belang en Belgique, la Ligue du Nord en Italie, Jobbik en Hongrie, le FPÖ en Autriche... C'est un chapelet de partis eurosceptiques que la Russie tente de séduire en Europe. Cette proximité n'est pas nouvelle: Foreign Policy établissait cette liste il y a des mois. Mais Vladimir Poutine serait récemment devenu un "distributeur de billets pour les nationalistes en Europe", résume La Repubblica en une image.

Ces formations progressent dans chacun de leur pays : en France, le débat sur le mariage pour tous et la résurgence de positions conservatrices auraient contribué à ce rapprochement. Et au niveau européen, ces partis ont enregistré de nombreuses victoires aux élections européennes en mai 2014. Ils ont échoué pour l'heure à former un groupe parlementaire, alors que les Britanniques d'Ukip ont réussi ce pari en s'alliant notamment avec les Démocrates suédois.

Objectif: "déstabiliser la politique européenne"?

Mais cette "opération séduction" serait bien plus ancienne: elle daterait du retour de Vladimir Poutine à la présidence russe, en mai 2012, d'après une enquête d'un journaliste de L'Obs, publiée en juin. "La Russie d'aujourd'hui veut déstabiliser la scène politique européenne qu'elle juge hostile à son égard. Les partis d'extrême droite, tous anti-UE, seront très utiles dans cette entreprise", explique le politologue hongrois Péter Krekó, auteur d'une étude intitulée The Russian Connection, cité par l'hebdomadaire.

Objectif: faire en sorte que le Parlement européen soit plus à l'écoute des intérêts russes et, par exemple, moins sévère à l'égard de Moscou dans le cadre de la crise ukrainienne. Car la Russie, à laquelle la France vient de refuser la livraison de Mistral "se sent isolée", commente Christian Wipperfürth de l'Association de politique étrangère allemande, cité par la branche allemande du site The Local. Et que fait la Russie dans ce cas? "Elle retourne à son conservatisme instinctif". The Independant le dit plus simplement: le Kremlin se cherche de nouveaux "amis" en Europe.


Source: L'Express
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

PrécédentSuivant

Retour vers L'hospice 2.0 du troll noir

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.