Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

quelques anciens de mes textes

Pour ceux qui veulent s'essayer à la prose, à la versification, ou autre

Modérateur: darkbaron

quelques anciens de mes textes

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 09:51

bonjour

j'ai écrit il y a déjà quelques années des textes en rapport avec un mmorpg qui ( et c'est bien dommage ) a lamentablement échoué. Je me sus dis que peut être cela vaudrait le coup de les remettre en ligne. Voilà.

Ils ne sont pas tout à fait finalisés, je les remets brut de décoffrage, on y retrouvera entre autre quelques fautes ainsi qu'un défaut de ponctuation. J'espère que vous serez assez indulgent. :D

il s'agissait de textes que l on pouvez lire indépendamment mais qui suivaient une trame principale.

Bonne lecture à ceux qui en auront le courage. :P



fin d une vie

--------------------------------------------------------------------------------

rhaa.... un rale ... lumiere ... douleur ... j ouvre un oeil ... j ai mal que se passe t il ...qui rale ? .. c est moi. j essaie de me relever j entends craquer c est mon bras j ai mal du liquide coule de mon nez il a le gout du sang ... de mon sang haaa la mémoire revient.
je m appelle taber ibn el mafoud je suis pretre oui c est ca je suis un pretre d agnar de l ordre des faucheurs de l ombre. tant de souvenirs me reviennent mon dieu il n existe qu un moment ou tout se remet en mémoire c est d une tel clarté ... je me meurs. j entends des aboiements qui approchent, des chiens de guerre.

je me revoie gamin à la table de la maison pour le repas du soir ca sent bon le ragout de fremtar un petit hebivore qui pullule dans la region.
mère apporte le plat et père attend il semble vouloir faire une annonce. ha ca y est je sais maintenant ce qui m attend mon ainé hebel reprendra le commerce famillial quand à tiber mon jumeau premier né il va partir pour etre formé à la garde de la forteresse mais et moi père?
quelqu un frappe à la porte ma mère va ouvrir et mon père me prends dans ses bras " sois courageux mon fils tu dois faire honneur à la famille ". un homme entre;chasuble noir, seul ses yeux brillent de sous son capuchon un silence géné s installe.
mon père m explique voici le père arth'naar du culte d agnar leur confrérie t a accepté en tant que novice il vient pour t emmener dans leur monastère...la scène s'efface..les aboiements sont la plus proche j entends le ressac sur la grève tous mon corps se rappelle à moi je suis comme un pantin brisé incapable de bouger.mais j ai terminé mon ultime mission.
le soleil va se lever bientot il me rappelle ce jour ou je devais terminer mon internat ou enfin j allais devenir pretre. tous les disciples étaient déjà debout il regnait un ambiance électrique quand le père bouater avait annoncé ceux de nous qui iraient à la cérémonie de la première mort le premier renoncement comme d aucun l appel la cérémonie ou chaque adepte se doit de tuer et faire le deuil de son ancienne vie, ses parents amis et autres ne doivent etre plus que des étrangers pour lui tel est le prix à payer pour devenir la main d agnar. après la cérémonie chacun recoit son affectation encore une fois on semble m avoir oublié à moins que ?... oui je vois le pere naar vient me voir " mon frere je vais t emmener car ton etude n est pas fini nous avons remarqué chez toi certaines prédisposition peu communes et nous pensons que tu est digne de confiance. il s approche de moi penche la tête et me chuchote connais tu les faucheurs de l ombre ?......le soleil brule mes plaies, en plusieurs endroits mes os ont percé ma chair mais la douleur n est rien j ai accompli mon dernier devoir
.....je me souviens encore de ce jour ou enfin j étais devenu pretre assassin des faucheurs de l ombre quelle fierté. Notre devoir est de veiller à ce que personne tu entends personne ne se rie d agnar en prolongeant sa vie vie indefiniment. toute chose à une fin mon fils et tu dois veiller à ce que personne ne se refuse au jugement divin. Tu devra les traquer nuit et jour partout a travers les royaumes et mettre un terme à l abberation qu est leur existence.

c est ce que j ai fait depuis 20 ans j ai renvoyé au créateur des mages fous des alchimiste trop curieux des non morts des riches aristocrates qui dépérissaient mais qui ne voulaient pas mourir. l on peut s octroyer un surcroitde vie mais essayé d obtenir l immortalité est un peché. A qu il est bon de savoir que ce changeforme est enfin à sa vrai place dans les couloir du temps à attendre que monseigneur le juge. 2 ans que je le traque et enfin enfin j ai accompli ma tache ...... il était rusé mais je l ai eu malgré ses nombreux changement d apparence jamais je ne l ai perdu .. rhaa les chien son là une dernière prière une dernière douleur et s en sera fini je vais te rejoindre mon maitre et siéger a ton coté à la place des justes.... encore un craquement c est mon cou cette fois dans la gueule du molosse ma vision se retrecit tout s accelere tout a ma joie de voir dieu je ne ressent plus la douleur mon ame a deja quitté le monde alors que j exhale mon dernier soupir.

un peu plus loin deux hommes discute
-enfin on l a eu la pourriture 1 lieues qu on le course il avait la peau dure.
-bah asseyons nous pour nous reposer le temps que les chiens finissent leur repas ils ont l air d aprécier.
-c est normal c est toujours meilleur quand c est tout frais hahaha mais le maitre est mort à ce qui parait qui va nous payer ? il va y avoir des querelles sanglantes pour prendre sa succession.
- Peuh tu penses cet ordure va revenir je te dis et nous avons de la chance d avoir eu son assassin cela nous eviteras d etre possedé par lui. moi je plains les pauvres bougres qui étaient de garde ils vont servir de cobayes des que le maitre sera regeneré.
le maitre est patient et il va vite retrouver un nouveau corps crois moi.
-en tout cas ce pretre est fou d avoir sauté de la falaise. y bien 50 pieds de haut à cet endroit héhé et heureusement pour nous qu il ne connaissait pas la région il n a pas vu le petit sentier pourtatn c était a moins d une longueur de flèche sur sa droite.
-ha les chiens reviennent retournons au donjon. allez mes petits maintenant on va allez se reposer vous l avez bien mérité allez crachemort et toi aussi machefer passer devant.

vla c est mon prems alors un peu de d indulgence siouplait ^^
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 09:55

Voici le deuxième, j ai laissé mes commentaires de l'époque bonne lecture :


la dame triste

--------------------------------------------------------------------------------

ok salut tout le monde
j'ai conscience que le récit qui suis est très long mais je me suis laissé emporter par mon imagination. ce texte est en rapport avec le premier que j ai posté hier "fin d'une vie"

je mettrais de temps en temps des petits récits comme celui ci qui seront tous en rapports avec "celui que l'on n'attrappe pas"
j'avoue que je n'ai encore aucune idée de ce qu'il peut bien être mais je trouverais.
l'on pourrait appelez cette suite de récits génèse de la chute de "celui que l'on n'attrappe pas".

j'ai déjà le prochain récits en tête de la rencontre d'abezanius avec agnar et de comment il va devoir héhé vous verrez bien.

je ne sais pas si mes histoires s'intègrent bien dans le monde de ganareth mais disons que j'avais envie d'écrire une histoire tout simplement.
un mélange d'harlequin champion de l'amour dans un cadre fantasy avec une pincée d'épique qui arrivera par la suite et d'une bonne cuillérée d'aventure enfin j'essairais ^^ .

voila donc en foncion de si ca plait je continuerais de temps à autres à poster la suite de ce qu'on pourrait appelez une campagne.

bonne lecture a tous et j'espère que vous prendrez plaisir à découvrir ce que j'ai eu plaisir à inventer.

ptit ps: dans cette histoire on parle de 2 cadeaux j en décrit un et je sais à quoi il va servir mais le deuxieme et bien vous pourriez faire des suggestions et je verrais comment je pourrais le placer.

pps désolé pour toutes les fautes le manque de ponctuation l'aspect un peu pavé de l histoire tout ca tout ca





nous voici cher lecteur en ce jour si particulier dans le petit village d elgareth.
pour ceux qui ne sauraient pas c est le solstice d'été, la fête de la moisson si vous préférez. C'est pour cela qu'il y a tant d'activités.

juste à l'extérieur du bourg de nombreuses tentes sont installées marchands de passage qui haranguent la foule pour vendre leurs produits, ménéstrels qui rivalisent de belles paroles et d'histoires enchantées pour gagnez pitance.
ainsi que des jongleurs des cracheurs de feu et même un dresseur d'ours.
Mais pour l'heure ce ne sont pas ces artistes qui attirent la foule car il n'est encore que la 2ème heure du jour le soleil est encore bas. Non croyez moi le spectacle attendu à cette heure-ci est bien la bataille que vont se livrer plusieurs jeunes gens du village pour gagner la main d esteve leblanc la fille du meunier et aussi par la même occasion la reine des moissons de cette année.
ils sont cinq a prétendre à gagner son coeur ( et sa dot bien sur car le père leblanc et l un des plus riches du village). Le vainqueur sera celui qui raménera les plus beaux bois de cerfs. Ils ont toute la journée pour chasser dans la foret toute proche et sont armés en tout et pour tout que d un arc et 10 fleches. le bois de cerf étant la symbolique de la virilité et du courage en cette contrée ( d ailleur certaines personnes utilisent des mixtures a base de poudre de bois de cerfs pour augmenter leurs ardeurs ).
estelle est aux anges tant de jeunes hommes qui se battent pour elle cela flatte son égo.
elle ne sait quel est son favori car tous lui conviennent.
Pour tout dire tout est bien dans le meilleur des monde en ce village. vraiment tout ? Et bien en fait non une personne semble triste et fort affligée, c'est mirabelle la fille du porteur d'eau. En effet son ami espan participe à la chasse. D'ailleur il n'y a qu'espan qui croit n'etre que des amis tout le village sait bien que mirabelle n'a d'yeux que pour lui.
la jolie mirabelle avec sa longue chevelure de feu de la même couleur que les feuilles en automne. avec ses yeux du gris de la mer ou peut etre plutot de l'amer en ce moment. son petit nez en trompette qui lui donne un air si volontaire. elle est bien belle la mirabelle mais elle n a point de dot et même si espan n'est pas véritablement attiré par l'argent il à juré à la mort de son père de faire vivre sa mère et ses 6 frères et soeurs.
Et mirabelle n'est qu'une amie sa meilleure amie même, c'est d'ailleur ce qu'il pense en ce moment, elle lui a si gentiment préparé son arme. elle fera le bonheur d'un homme se dit il avec un vague pincement au coeur qu'il ne comprend pas bien.

Mais trêve de réverie le signal est donné la chasse peut commencer. Et les cinq s'élancent après une courte prière à neutra pour les bienfait de la foret.
Espan repense à toutes ces années ou il a du travailler très dur pour nourrir sa famille. il tient enfin le bon bout pour vivre mieux. il repense aux ramassages de chataignes quand il n'était encore qu'un gamin sur lequel reposait le fardeau du chef de famille. c'était mira qui soignait ses mains en sang pour avoir voulu en ramasser jusqu'à la nuit. C'était encore elle qui lui apportait de quoi manger quand il aidait le vieux béru le bucheron. gentille mira .
Quelque chose l intriguait mais il ne savait quoi. Concentre toi mon ami se dit il tu as enfin l'occasion que tu attends depuis des années, trouve un beau cerf et occis le et tu seras vainqueur. Troublé par ses pensées il accéléra le pas.
Il connaissait la foret par coeur et savait que les plus beaux cerfs se trouvaient généralement surtout à cet époque à environ 2 ou 3 lieues plus à l'est. Peut être avec beaucoup de chance il pourrait même avoir le vieux fanfan l'ainé de tous les cervidés de la foret.

mirabelle perdue dans ses pensées - elle continue machinalement à tresser des paniers qu'elle revend à prix modique - n'a pas vu le départ de la chasse ou peut être n'a t'elle pas voulue le voir. esteve parade elle est rayonnante c'est sans doute le plus beau jour de sa vie.
Mira n'en a cure elle se sent coupable, coupable d'avoir trahi l'homme qu'elle aime. Espan qui l'a toujours protéger ménager avec qui elle à vécu cent aventures étant plus jeunes comme cette fois lors du rude hiver de 9993 alors qu'ils cherchaient des racines pour la mére malade de mira ils furent attaqués par un loup. C'est espan qui les sauva grace à l'aide d'un bon bout de bois en guise de massue. Il s'avéra par la suite qu'il ne s'agissait que d'un jeune loup égaré et pas bien dangereux mais peu importe dans l'ignorance de ce fait le courage d'espan fut grand.
oui je suis coupable se dit elle à elle même j'ai saboté la corde de son arc ainsi il ne gagnera pas. Que j'ai honte de moi. il a en moi un telle confiance et je l'ai trahi. Il saura que c'est moi, que vais je dire ? que vais lui dire? je ne saurais lui mentir. Si il me rejette j'en mourrais de chagrin.
-mira?
-maman?
-arrete d'etre ainsi, espan ne t'a toujours témoigné que de l'affection.
viens s'il te plait et écoute moi. Tu devrais être heureuse pour lui aprés tout c'est ton ami même si tu souhaiterais beacoup plus. je n'aime pas te voir malheureuse mais des hommes il y en à d'autres et tu trouveras le tien j'en suis sure.
-oui je sais que tu as sans doute raison.
- et rien ne dit qu'il va gagner.
- je suis sur que non mais n'en parlons plus voila un client qui arrive sortons les paniers.

la foret est belle aujourd hui elle semble se repaitre des rayons du soleil.
Espan est arrivé à la source qu'il cherchait car il sait que lors des grandes chaleurs nombre d'animaux cherche la fraicheur de cette clairière.
Je n'ai plus qu'attendre car dés qu'il fera chaud cette clairière va foisoner de vie héhé. cherchons une planque petit père et gagnons la chasse. hmmm il me faut une place avec le vent de face et ou je puisse me relever sans bruit hmm oui ici ce sera parfait.
Et voici notre Espan allongé sur le sol au pied d'un chêne centenaire qui commence son guet.
Heureusement pour lui l'attente n'est pas longue bien vite un cerf se présente à l'orée de la clairière.
Espan se chuchote à lui fanfan il vient en éclaireur avant sa harde.
l'attente se prolonge le vieux fanfan est prudent. Il se balade l'air de rien mais est aux aguets prêt à s'enfuir au moindre signal.
Espan retient sa respiration. Encore quelques mètres et il ne pourra m'échappait pense-t-il. Encore un pas.
D'un coup espan se relève et clac. Clac? c'est la corde de l'arc qui vient de céder quand il le bandait. il regarde médusé la fine cordelette pendre mollement ballotait par le vent. C'est fichu se dit il.
Forcément fanfan entends le bruit est une chose étrange se passe l'air lui même semble suspendu, tous les bruits de la foret se sont tus. Fanfan charge Espan qui ne le voit pas venir tout ahuri qu'il par ce stupide manque de chance.
D'un vigoureux coup de tête fanfan envoie notre jeune ami voler à plusieurs metres et s'enfuit.

le banquet du midi se termine bientot au village il flotte dans l'air le parfum des dernieres victuailles ragout de fremtar volailles roties piece de boeuf braisée. mirabelle est toujours occupée à la confection de ses paniers quand des cris se firent entendre de l autre coté du camp, le coté de la foret.
tous les badauds se précipitèrent pensant qu'il s'agissait du premier des prétendants rapportant les bois.
hélas il n'en était rien il s'agissait bien de trois prétendants qui revenaient mais 2 trainaient une civiere de fortune dans lasquelle était un troisième le dénommé Espan. il gisait inanimé et une grosse tache brune maculé son pourpoint au niveau du ventre.

mirabelle s'approcha les mains sur le visage pessentant qu'elle n'était pas étrangère à l'accident d'espan.
quelqu un criait déjà d'allez chercher killern le rebouteux, on installa espan sur une couche dans une des tentes.
mirabelle pris la main d'espan elle pleurait toutes les larmes de son corps.
killern est la faite place cria derbro le bourgmestre.
le vieux guerrisseur entra defit précautioneusement le vetement pour voir la plaie. A son rictus mirabelle compris que c'était grave. il demanda à kelvorn le premier à l'avoir trouvé comment était ce arrivé. Celui repeta ce qu avait dit Espan avant de s'évanouir la malchance la corde de l'arc qui casse fanfan qui l'encorne au lieu de s'enfuir.
-Je suis désolé mes amis mais un morceau de corne est encore à l intérieur de la plaie, il semble s'être enfoncé très profondément. Cela dépasse mes compétences hélas. Si j'enleve le bois il va se vider de son sang et si je le laisse alors il mourra de la fièvre. Seul un disciple d'Ysatis pourrait le sauver.
Comme vous n'avez jamais voulu en faire venir un au village car il faudrait le loger le nourrir comme il est de coutume je crains bien que ce soit ses dernières heures pour Espan.

A ces mots mira tomba inconsciente tout etait de sa faute de sa seule faute. inscrit en lettre de feu dans son esprit elle put lire avant de sombrer dans un néant apaisant :
" et l'on dit d'elle qu'elle tua sans le vouloir son seul véritable amour. r.haamon erudit de l'ordre des archivistes d'euclaar année 10124 l'histoire de la dame à la main blanche celle qui guérit mais que l'on ne peut guérir."

espan s'éveille il est dans une tente. Je vais mourir je le sens. il ne voit pas mirabelle étendu sur un lit non loin de là evanouie. killern est la aussi.
killern : alors te voila réveiller.
espan : je sais que je vais mourir killern alors n'essaie pas de feindre que tout va bien.
killern : je ne savais comment te l'annoncer je suis sincérement désolé je ne peux rien faire pour ce genre de blessure.
espan : je sais bien ne t'inquiète pas il me reste peu de temps j'aimerais voir ma famille et mirabelle. Et esteve n'est pas venue me voir je suppose.
killern : non esteve a dit qu'elle n'avait jamais supportée la vue du sang mais disons plutot que même si elle est triste de ce qui t'arrive elle préfère rester avec guibert qui a ramené un trophée lui. Pour ta famille elle est juste dehors je vais les appeler.
espan : et mira ?
killern : elle est à coté de toi sur ta gauche. elle est évanouie pour l'instant. et toi n'as tu pas mal ?
espan : non c'est drole je ne sens rien.
killern : au moins cela a marché je t ai fais boire une décoction à base de trinius cela a un effet antidouleur des plus puissants. je les appelle.

un moment plus tard sentant ses forces decliner il congédie sa famille. Souhaitant rester seul avec mira encore endormie.
espan : quelqu un est venu me parler dans mon délire mira je connais la vérité je sais que tu as légérement coupé la corde de l'arc mais je ne t en veux pas car je sais pourquoi tu l as fait.
c'est au crépuscule de ma vie que je comprends bien des choses.
dors tranquilement ma douce la peine qui t attend demain sera plus lourde que celle d'aujourd hui.
je dois m'en allez maintenant mon heure est venue je ne peux mattarder plus longtemps. mais je t'attendrais et ou que tu ailles je ne serais pas loin simple pensée virevoltante autour de toi je te protegérais jusqu a l'heure de nos retrouvailles.
un grand destin t'attend m'a t'on dis et je le crois. je te laisse 2 cadeaux en souvenir de l'idiot du village, de l'aveugle qui ne voulait pas voir.
je me suis laissé gouverner par la raison pour vivre mieux alors que le fondement même de la vie en est le coeur, qui va s'arreter bientot chez moi. quelle ironie.
allez vole vole ma chere vers le destin qui t'attend, aguerris toi et accomplie toutes choses que l'on attend de toi. je t'y aiderais de toute mon ame.

-maîtresse?
-oui abezanius qu y a t il?
-j'ai accompli ma tache.
-je sais.
-cet homme a une ame pure et charitable.
-serait ce des reproches que j'entends dans ta voix?
-non maîtresse c'est que ...
-il a eu le choix tu le sais.
-était ce vraiment un choix?
-abézanius tais toi je te prie ne vois tu pas que j'en suis boulversée?
-je vois et j'entends maîtresse.
-abézanius je n'ai jamais eu à faire cela avant mais tu sais aussi bien que moi qu'il n'y a pas d'autre solutions.
-oui maîtresse je vous l'accorde.
-j'ai besoin de toi mon fidèle ami
-je suis tout ouie votre splendeur.
-et ne fais pas ton laquet servile s'il te plait de toute facon rien ne dis que ce vieux cerf hargneux n'aurait pas attaqué de lui même.
-et rien ne dis que sans votre intervention le cerf ne se serait pas enfui.
-tais toi donc. j'ai conscience mieux que quiconque de ce qu elle va subir. une vie entière à expier un crime qu'elle n'a pas vraiment commis, ce sera la seule de mes prêtresses à ne pas donner d'enfants, elle rechaufera le coeur et le corps des gens alors qu'elle même ne connaitra que le froid de l'hiver en son sein.Et pourtant elle est ma préférée. Ce que je lui ai pris d'une main je le lui rendrais au centuple de l'autre mais j'ai peur que cela ne suffise pas.J'ai besoin de ton soutient zanius pas de tes remontrances.
-c'est la première fois que je vous voie pleurer maîtresse.Je suis désolé si je vous ai peiné. Si vous me l'ordonez je donnerais ma démission.
-cesse tes stupidité zanius j'ai besoin du chambellan maintenant pas du confident.
-A vos ordres votre splendeur quelles sont les taches à accomplir?
-Fais savoir à tous nos oracles que cette nuit désormais plus aucunes naissances n'aura lieu sauf une juste cette année.
-maitresse!!?
-c'est un ordre et ce chaque année jusqu à ce que "celui que l'on n'attrappe pas" soit détruit car tout est sa faute. Cette nuit sera la nuit sans vie car je me retirerais tous les ans à cette époque sur le val idi en yama pour pleurer ma peine d'avoir infligé si grande douleur à l'un de mes enfants et d'avoir du donner la mort.
-il en sera fait selon votre désir votre magnificence. est ce tout ?
-non. va dans les couloirs du temps voit silphame prends mon coeur avec toi et demande audience à agnar. réclame lui l'ame du défunt nommé espan. il ne peut me le refuser sans mon aide jamais il ne pourra détruire cette abomination qu'est "celui qu on n'attrappe pas".
-bien maîtresse.

lendemain du solstice, l'aube est proche tout est calme à elgareth seul à l'entrée du bourg se tient une silhouette frêle. L'on peut percevoir malgré le brouillard une longue chevelure couleur de feu.
mira pense à ses dernières résolutions. Elle s'en va du village en secret. Seule .
ho oui mon amour je t ai perdu à jamais se dit elle en serrant dans sa main un des 2 cadeaux qu'il lui a légué. deux billes de pures crystal de la taille d'une grosse cerise reliées par une cordelette en grayzor noir un des metaux les plus souples et les plus solides.
elle attache l'objet à son bras les deux billes pendent au niveaux du poignet.
Comment a t il pu avoir cela se dit elle.
je ne suis pas une spécialiste mais cette objet vaut une fortune pour sure.
pourquoi ce cadeau?
elle relie une fois encore la lettre qu il lui à laissé.

l'écriture est malhabile et incertaine. elle est très courte.

Ma douce nos chemins se séparent désormais. Nous ne nous reverront pas avant longtemps je le crains. Mais j'ai maintenant l'esprit clair débarasser de toute mauvaises raisons qui entraveraient les élans de mon coeur.
sache que si je ne m'en rends compte que maintenant mon amour pour toi n'en est que plus intense.
J'imagine sans peine la douleur que tu dois ressentir car je suis moi même déchiré de devoir quitter ce monde sans toi.
mais je t'en prie choisi la voie de la guérison et de la vie.
je suis sur qu'un jour viendra ou nous pourront à loisir marcher main dans la main dans les jardins ensoleillés qui sont hors de ce monde.
je dois te laisser mon tendre amour car mes forces m'abandonnent.
je ne te dis pas adieu mais au revoir nous nous reverrons je te le promets.


une auréole faite par une larme grandit sur le parchemin.Il m'a aimé à la fin, juste à la fin.
allons ma fille le chemin et long jusqu a nordelwhare espérons pour moi que le temple d'ysatis m'acceptera comme nouvelle disciple.
je ferais de mon mieux pour préserver toute vie mais même un millions d'ames sauvées ne suffiront à me faire pardonner ma bétise. en route maintenant je n'ai que trop perdu de temps le village va se réveiller.

et la dame triste était déjà loin quand les recherches furent lancées.
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 09:59

le troisième de la série.

agnar le sauveur.

--------------------------------------------------------------------------------

un ptit edit pour ceux qui ne sauraient pas ce récits est en relation avec la dame triste et fin d'une vie.





abezanius : bien le bonjour père nain
silphame : abezanius mon vieil énemi cela fais très longtemps que je ne t'avais vu.
L'éxil dans le froid cosmique n'a pas altérer ...
abézanius : ni toi ton humour douteux. comment vas tu fripouille ténébreuse?
silphame : aussi bien que l'on peut dans ce trou à rat. A servir un maitre à moitié endormi. Ha qu elle est loin la belle époque.
abézanius : serais tu en train de blasphémer?
silphame : tu sais bien que non c'est sa noirceure elle même qui le dit. mon maître regrette amèrement une certaine période ou nous n'étions
pas cantonné dans un palais de pacotille perdu dans le cosmos et ou à l'évocation de sa seule venue toute vie disparaissez de la région.
abézanius : crois bien que je regrette ce temps aussi. Mais ne nous plaignons pas cela commence à allez mieux. mais trêve de plaisanterie
je ne suis pas la pour badiner avec un vieux nain tout raccorni.
silphame : je comprend mieux la lumière qui t a précédé tu as amené son coeur. Ce doit être important n'est ce pas ?
abézanius : oui assez comme tu dis. et si tu as assez de jugeote pour comprendre ca alors traine la jambe jusqu à ton maitre et annonce moi.
silphame : hola père lutin pas de ca avec moi. je vais t'annoncer certe mais que diable laisse moi le temps de descendre de la.

peu de temps après.

sil - Maître, abézanius le chambellan de la dame d'or demande audience.
agn - Fait le entrer qu'il délivre son message et qu'il reparte vite.
abe - bonjour votre ténébreuse noirceure, lance de mort, ombre de désespoir, faucheur de vie, maître de la fourberie, destruct...
agn - suffit abézanius tu me diras tous mes titres une autre fois. Quel mauvais vent t'amène petit être. quel message m'envoie ta triste maîtresse?
abe - Tout d'abord permettez moi de vous montrez ceci ( il leve une pure gemme brillant d'un feu insoutenable ). C'est l'assurance pour vous que par ma bouche s'exprime les pensées de la dame d'or car c'est par son coeur que je vous parle.
agn - Je vois et j'entends abézanius je me doute de ce que tu viens faire ici.
abe - Tout d'abord nous demandons que l'âme du dénommé espan nous soit confié. Il a encore un rôle à jouer et tel est le marché que nous lui avons proposé en échange de son sacrifice.
agn - je vous accorde cette faveur car il n'y a pas d'autres choix. Mais dis moi zanius j'ai ouie dire qu'il n'y aurait pas de naissance cette nuit?
abe - Les nouvelles vont vite mon noir seigneur.
agn - la mort est la vie sont liés zanius nous sommes à l'opposé du cycle, mais rien de ce que ne fait l'un ne peut être longtemps ignoré par l'autre.
abe - je ne peux qu'être d'accord avec vous mon noir seigneur. Mais vos renseignements sont incomplet.( un léger sourire satisfait apparaît sur les lèvres de zanius)
agn - ?. je n'aime pas ce sourire zanius explique toi avant que je ne m'énerve, tu es en mon domaine ici et les pouvoirs de ta maîtresse ne te serviront de rien pour garantir ta survie.
abe - cette nuit il y aura une naissance est une seule. Le fils de la bohémienne alestria mon noir seigneur il naitra ce soir il le faut.
sil - maître?
agn - oui Sil? je n'aime pas être interrompu tu le sais pourtant!
sil - C'est que c'est important maître, il y a un gros problème.
agn - alors parle et vite.
sil - la muse des ombres vient de casser la corde de cette bohémienne sur la harpe du destin. Elle mourra cette nuit même avant d'avoir enfanté.
agn - tu as entendu zanius? Il ne pourra naître.
abe - il le faut pourtant mon seigneur, il doit vivre. Le temps que toutes les conjonction astrales ne soient favorables de nouveau "celui que l'on attrappe" pas sera incontrolable.
agn - sil est ce vrai?
sil - selon mes calculs oui maître.
agn - zanius comprends tu ce que je vais devoir faire ?
abe - ce que ma maîtresse à du faire. un grand sacrifice.
agn - va t'en zanius avant que je ne passe ma colère sur toi. Va t'en et dis à ta diablesse de maîtresse que je ne me défilerais pas.
abe - bien votre noiceure. Je me retire. ce fut un plaisir de vous revoir.

......

agn - SIL !
sil - oui?
agn - je vais devoir sauver cette enfant.
sil - MAITRE!
agn - je vais tenir la corde cassé pour qu'elle puisse enfanter. Après elle mourra. Mais ce sera la seule mort ce soir. puis, je me retirerais sur le val idi en yama pour exprimer ma douleur d'avoir du sauver une vie. tous les ans désormais pendant cette nuit il n'y aura pas de mort jusqu'à ce que "celui que l'on n'attrappe pas" soit mis hors d'état de nuire. Les blessés les malades agoniseront jusqu'a l'aube. il n'aura pas de mort naturelle jusqu a ce que le soleil se lève, et les portes de la mort seront fermés. éxécute toi chambellan.
sil - bien mon maître. Ce sera une nuit sans mort. Comme c'est triste.
agn - et sil amène moi taber ibn el mafoud.
sil - ce faucheur de l'ombre qui a lamentablement échouer à tuer "celui que l'on attrappe pas"?
agn - oui lui. Mais il ne pouvait réussir. N'as tu pas entendu abezanius tout à l'heure?
sil - à propos de ?
agn - il a dit que notre énemi n'est pas né de la main de sa maîtresse.
sil - alors il ne peut mourir de votre main maître.
agn - tu as donc compris le problème sil. Allez va et fais vite je ne suis pas d'une humeur particulièrement patiente aujourd hui. et note que je n'irais pas au banquet cette année.

agnar dans ses pensées. Je te sauverais demi homme car j'ai besoin de toi mais ne croit pas que tu seras mon préféré loin de la. Tu seras toujours pour moi le souvenir brûlant de l'acte ignoble que j'ai du faire. Tu aurais du mourir.
je t'appelerais ayorn klibentern celui que je maudis.
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 10:02

Atanatar l'instruit

--------------------------------------------------------------------------------

et hop on continue sur la lancée avec un nouveau fragment de la chute de celui que l'on n'attrape pas. c'est encore plus long que d'habitude haa imagination quand tu nous tient.


plaine de la désolation à la frontière des barrières rocheuses. Deux hommes discute au sommet d'une colline escarpée.

AdN - ratrick es-tu sur que ce soit par ici.?
rat - Que monseigneur me pardonne je n'ai fait que suivre les indications de votre dame. De plus tout explorateur aguérit sait que la ville des lumières se trouvait dans cette région.
AdN - Le temple ratrick pas la ville, c'était un temple dédié à la connaissance.
rat - Peut être montseigneur mais quand 5000 âmes y vivaient je crois que l'on peut appeler ça une petite ville. Et c'est ainsi que son nom se perpétue à travers le temps.
AdN - Oui c'est vrai mais peut importe, alors à ton avis comment retrouver l'entrée dans ce dédales de plateaux arides, de canyons et de sables?
rat - L'espoir seigneur l'espoir que votre dame ait bien traduit le parchemin. Voulez-vous me dire la suite du récit?
AdN - oui il est temps, mais je crains que cela ne nous avance pas beaucoup cela fait des jours que je cherche un lieu qui pourrait correspondre au message du parchemin.
rat - dites toujours montseigneur
AdN - d'après Esalda il nous faut prendre la rivière des larmes.
rat - ( part d'un rire amusé )
AdN - Qu'y a t-il de si drole?
rat - vous êtes puissant en magie messire Atanatar mais vous ne pouvez avoir toute la connaisance du monde. ( son rire s'éteint et une lueur triste passe dans ses yeux ). Je suis ratrick le brun celui que le soleil à noirci, j'appartient à la tribue des sables messire tous mes ancêtres ont vécu ici depuis maintes générations.
AdN - Et c'est bien pour cela que j'ai fais appel à tes services, mais je ne vois pas le rapport entre toi et la rivière des larmes, car je ne me trompe pas en disant que tu connais ce lieu?
rat - En effet ce lieu maudit fait partie de l'histoire de mon peuple. C'est un long ravin un peu plus à l'est à environ 2 lieues d'ici. Il est long d'environ 5 lieues. Une bonne partie de mon peuple est mort la bas jeté des plateaux le surplombant d'où son nom car nous les pleurons encore. Une histoire que je ne veux pas raconter ici.
AdN - Je comprend et respecte cela mais saurais-tu nous y conduire?
rat - oui. Le chemin est aisé et ce sera pour moi l'occasion de rendre honneur à mes ancêtre. Je vous demanderez juste le temps de me recueillir.
AdN - Et bien soit nous ne sommes pas à quelques heures près. Allez appelle les autres nous allons nous mettre en route pendant que le soleil n'est pas trop chaud. Moi je retourne auprès de ma dame, viens me prévenir quand tout sera en ordre.
rat - bien sire.

un peu plus tard dans une grande tente alors que les bruits des préparatifs de départ se font entendre.
AdN - Comment allez-vous ma chère ?
EdN - Comme d'habitude mon ami je me sens si faible.
AdN - Ne vous inquiétez pas nous touchons au but j'en suis persuadé.
EdN - Je vous crois, mais êtes-vous sur que vous trouverez la bas un moyen de me guérir?
AdN - le temple d'haunatis a été certainement l'endroit ou le plus de savoir fut réuni. Je suis sur que parmi les milliers de livres qui s'y trouve encore nous trouverons un remede. ha nous sommes pret à partir je vais vous faire transporter dans votre palanquin. A bientot.

plus tard dans la même journée pres de l'entrée de la rivière des larmes.

AdN - Nous allons faire une halte pour te permettre de te recueillir ratrick
rat - Je vous remercie sire. Vous êtes un employeur très avenant, je ne l'oublierais pas.

la caravane composée d'une cinquantaine de personnes et d'une vingtaine de mule s'arrêta. L'on dépose précautioneusement la palanquin d'esalda.
Les hommes commencèrent à se rafraîchir, puis se mirent à l'ombre des rochers. le soleil de plomb en cette saison fatiguait hommes et bêtes.
atanatar de nordlewhare s'approcha du palanquin où était alanguit sa femme.

AdN - esalda où en es-tu dans la traduction?
EdN - c'est une langue ancienne c'est assez difficile à traduire. Je ne comprends pas bien le dernier passage. Cela parle de cascade, de lumière et de crépuscule.
AdN - Hmmm cela n'a pas beaucoup de sens il n'y a pas une seule rivière à des lieues à la ronde. ce doit être une expression imagée je pense mais que cela signifie t'elle par tous les dieux je n'en sais rien.
EdN - En tout cas nous ne sommes plus très loin, le parchemin d'occaltas indique clairement qu'une fois arrivé ici nous sommes à moins d'une journée de marche de l'entrée du temple.
AdN - Alors réjouissons nous, je te promet que nous trouverons les bibliothèques cachées de d'haunatis la savante.
EdN - si les livres sont toujours la mon ami.
AdN - Ils le seront le temps extrémement sec de la région a sans doute aidé à les conserver intact.
EdN - Et les pilleurs?
AdN - Ne te tracasse pas je te dis. De toute façon après le tremblement de terre l'entrée a été selon les dire du peu de survivants enfoui sous une montagne de pierre. Seule une grande expédition pourrait dégager les ruines.
EdN - C'est vrai mais après tant de temps j'ai du mal à crore que nous allons retrouver quelque chose.
AdN - C'est notre dernier espoir. Même les disciples d'Ysatis n'ont réussi à te soigner. Non crois moi si il existe une solution à ton mal elle se trouve ici enfouie sous des tonnes de roc.
EdN - je l'espère, nous avons si souvent été déçu.
AdN - Je vois que tu es las, repose toi un peu je vais appeler un serviteur pour t'éventer et te rafraîchir.
La halte est finit allez tout le monde debout nous repartons.


fin du jour à mi chemin du bout de la rivières des larmes.

AdN - Que tout le monde fassent halte nous allons établir le bivouac pour la nuit. rassemblez les mules dans cette enclos rocheux là bas. Et postez des gardes, en groupe de 4 avec changement toutes les 3 heures.
rat - Et faites bien attention il y a beaucoup de loups des rochers par ici.
Messire je n'aime pas beaucoup cette endroit il est trop propice à une attaque venue des hauteurs.
AdN - Tu as sans doute raison ratrick mais esalda est épuisée, elle ne peut allez plus loin aujourd'hui sans se reposer. Cesse de t'inquiéter mon ami et ne regarde pas les hauteurs avec cet air effrayé, la mort ne nous y attend pas.
rat - Ce n'est pas ca sire. Quelque chose m'intrigue ne remarquez-vous rien?
AdN - (jetant un regard circulaire sur les falaises de chaque coté ) Eh bien non sincérement je ne vois rien de spécial, qu'est ce qui te rend aussi nerveux?
rat - Je connais la région et je peux vous dire que la falaise ouest a été travaillé. Regardez cette percée dans le rocher la haut, ce tunnnel rocheux incliné vers le bas.
AdN - Moui? Tu sais ratrick la nature est parfois joueuse j'ai déjà vu bien des étrangetés en ce monde je ne vois pas ce qui te fais dire que cette percée a été faite de mains d'hommes.
rat - Seule le travail d'une rivière pendant maintes générations d'hommes pourrait rendre la roche si lisse, et aussi loin que porte les souvenirs de mon peuple rien ne mentionne l'existence de rivières par ici. Et ce n'est pas le vent non plus car il aurait érodé la suface du plateau et non pas creusé ce petit tunnel.
AdN - Tu as peut être raison. J'ai eu tort de te sous estimer ratrick, tu es beaucoup plus sagace que je ne l'aurais pensé. Et bien soit demain nous essairons de voir cette bizarrerie de plus pres.

lendemain matin après une nuit tranquille, le soleil est levé depuis quelques heures déjà.

AdN - ratrick fais attention à toi cela me peinerait de te perdre.
rat - Ne vous inquiétez pas........ hmph.... je suis passé maître dans l'art de l'escalade...encore quelques mètres et ....j'y serais.
AdN - Que vois-tu?
rat - laissez moi reprendre mon souffle sire.... c'est bien un tunnel incurvé, pour autant que j'en juge il fait une dizaine de mètres de long et débouche sur le plateau au dessus. C'est étrange on dirait presque un écoulement c'est comme si on aurait voulu evacuez l'eau du plateau par ce tunnel et la faire tomber à l'endroit ou vous êtes sire.
AdN - une cascade!!!
rat - mais il n'a jamais eu d'eau ici sire.
AdN - Ya-t-il des inscriptions quelconques! Regarde partout rat je suis sur que nous touchons au but!
rat - Non sire rien mais la roche semble étrange ici sur le plafond à l'extrémité la plus proche de vous, de plus le plafond s'incurve vers le bas à cet endroit.
AdN - Décris la rat!!
rat - Elle a subi une transformation on dirait presque du crystal, je peux même voir mon reflet dedans.
AdN - je vais monter voir rat grimpe jusqu en haut et envoie la corde nous allons mettre en place un système de poulie.

un moment plus tard alors qu'une sorte de chaise à porteur ballotte en haut de la falaise maintenue par des cordes et des poulies, un groupe d'homme s'agitent autour du tunnel d'écoulement.

rat - Alors qu'en pensez vous sire?
AdN Je te permets de me tutoyer rat. Je suis sure que nous trouverons bientot l'entrée du temple et tout ca grace à toi. Grâce à toi je vais sauver ma femme. Je te suis trop redevable pour te laisser me parler comme un laquais.
rat - Comme tu voudras atanatar, alors nous serons amis. je vois que tu es aussi grand que tu es riche ( dit sur un ton humoristique puis part d'un rire gras)
AdN - il le semble. Nous allons attendre la nuit j'ai une idée. Esalda m'a parlé de cascade et de lumière. La lumière a toujours été le symbole du savoir. Le savoir qui éclaire l'ignorant. Oui cela ne peut être autrement. Nous attendron ce soir. En attendant je vais retrouver esalda lui annoncer la bonne nouvelle.


même jour même endroit mais à la nuit tombé. un homme en robe rouge se tient pile dans l axe du tunnel, deux autres se tiennent sur le bord de la falaise prêts à transmettre des ordres. Ratrick lui se situe au fond du ravin un long pieu à la main.

AdN - Tout est prêt?
garde - Oui sire
AdN - Bien. Dis a ratrick de faire aussi vite que possible pour marquer l'endroit. ( le garde hurle les ordres au hommes qui sont au fond du ravin ).
AdN - (psalmodie) par la force toute puissante éclaire les ombres et déchire les ténébres de ton aveuglante vérité... par la force toute puissante éclaire les ombres et déchire les ténébres de ton aveuglante vérité...par la force toute puissante éclaire les ombres et déchire les ténébres de ton aveuglante vérité.

un rayon de lumière jaillit des mains tendues en avant d'atanatar, il pénètre dans le tunnel et se réfléchit sur la roche crystalisé, le plafond incurvé renvoie le rayon vers le fond du ravin. Ratrick se précipite et plante le pieu à l'endroit précis où la lumière est venue frappé la roche dans la falaise opposée. Trois hommes arrivent ensuite pour l'enfoncer à coup de masses.

Un peu plus tard dans la nuit atanatar et ratrick dicutent.

AdN - bien ratrick tu repartiras demain à bout du chemin mon clerc s'y trouve. Tu lui diras de te donner l'argent nécessaire pour monter la caravane d'approvisionnement. Nous auront besoin de bois d'hommes de bêtes et de nourriture. De plus tu lui diras de contacter les maîtres du savoir ne t'inquiète pas il saura de qui tu parles. Tu lui diras qu'en échange d'une participation financière à l'excavation ils seront les premiers après moi à pouvoir pénétrer et étudier dans les légendaires bibliothèques d'haunatis.


Quelques semaines plus tard, L'excavation finie atanatar ayant effectivement raison quand au devenir des livres et à leur non déterioration a eu un accés complet aux immenses bibliothèques. Las malgré une recherche enfiévrée il ne trouve toujours pas de remède au mal dont souffre sa femme esalda.
L'espoir s'amenuise en lui et le chagrin emplit de plus en plus son coeur.
Toujours plongé dans ses livres il ne voit pas ratrick arriver une masse d'arme à la main.

rat - atanatar!
AdN - Qu'y a-t-il? Ne vois-tu pas que j'étudie?
rat - Si mon ami mais nous avons fait une découverte derrière la grande salle des prières.
AdN - Rien ne saurait être une plus grande découverte pour moi qu'un remède pour ma femme.
rat - Qui sait? Nous avons trouvé une porte de pierre dissimulée par une illusion, je suis venu te prévenir avant que nous ne cassions la pierre. Peut être pourrait il s'agir d'une bibliothèque secrète où sont entreposés les ouvrages les plus interressant.
AdN - Peut être oui. On dissimule rarement quelque chose sans de bonnes raison. Et pour avoir duré si longtemps le sortilège devait être extremement puissant. Cela m'étonne d'aileur que vous l'ayez trouvé, sans doute le passage du temps à t-il altérer l'efficacité du sort. Alons voir cela.

un peu plus tard devant une dalle de roc de la taille d'un homme tant en largeur qu'en hauteur. Après quelques bon coup de masses bien sentis la dalle cède enfin se brisant en plusieurs morceaux.
Après avoir ordonné à ses homme de rester ici, Atanatar s'engage une torche à la main dans le passage dégagé suivi de ratrick.
Les deux compères sont entrés dans ce qui semble être un couloir, l'air est est saturé en poussières provoquant des quintes de toux irreppressibles d'atanatar. Une odeur de vieux se dégage de l'endroit, comme si ce couloir éxistez depuis le début du monde. Après avoir parcouru une dizaine de mètres nos amis tombent sur une vielle porte en chêne portant comme seul symbole une torche allumée.

AdN - La torche le symbole du savoir, ce devait être une chambre d'un dignitaire du temple.
rat - Mais pourquoi l'avoir scellé?
AdN - Je ne sais pas. allez aide moi à pousser cette porte, elle doit être coincée par la poussière qui s'est accumulé derrière au fil des années.

Sous l'impulsion des deux hommes la porte petit à petit cède en produisant des grincements et craquements de protestation. Immédiatement une odeur rance emplit les narines des deux aventuriers. Atanatar tournant sur lui même pour éclairer toute la pièce.soudain il pointe son doigt vers un des coins de la chambre. Ratrick suis la direction du regard, et ses yeux se pose sur une chaise sur laquelle est assis le cadavre momifié de ce qui semble avoir été un homme.

AdN - Nous savons maintenant d'ou vient l'odeur. ( il s'approche un peu de la momie et saisi un parchemin sur le bureau après l'avoir parcouru il redresse la tête ) pauvre homme. Il a été condamné à être emmuré vivant c'est horrible !!
rat - Comment le sais-tu?
AdN - C'est écrit sur le parchemin.
rat - Il avait du commettre quelques crimes horribles pour être tué de la sorte.
AdN - je ne sai...
? - ( voix très vieille presqu un souffle sorti d'outretombe ) Je n'ais commis qu'un seul crime, un seul.

A ces mots ratrick et atanatar font un bond en arrière, ratrick à déja sorti son cimeterre à lame courbe, atanatar brandit son baton d'un air menaçant et commence à psalmodier très vite une aura bleu l'entoure lui et ratrick.

AdN - Qui parle? Montrez-vous où je déchainerais sur vous les puissances magiques
rat - et moi je vous passerais par le fil de l'épée.
? - N'ayez pas peur je vous attendez. Je dois vous transmettre un message.
rat - c'est..c'...c'est la momie qui parle!! ( peur dans la voix de plus ratrick fais le signe pour conjurer le démon )
? - Cela ne sert de rien je ne suis pas un démon juste un vieil homme qu'on a puni mais ma délivrance est proche alors écoutez moi bien.
Je sais ce que tu recherches atanatar de Nordlewhare mais cela ne se trouve ici. Je vais te dire où chercher. Mais avant tu devras jurer sur ce que tu as de plus chère d'effectuer 1 tache en retour.
AdN - Pourquoi devrais-je croire un non mort? Et qui êtes vous?
? - tu n'as guère le choix ta femme mourra bientôt si tu ne la guérit pas. Alors jure et je te donne la solution. Mais fais vite car mon heure approche.
AdN - ( après avoir réfléchi quelques instants son visage devient sombre ) je le jures sur ce que j'ai de plus chère que j'accederais à ta requête si en échange tu me donne la solution pour guérir ma femme.
rat - tu pactises avec le démon mon ami, tôt ou tard il te le fera payer.
AdN - Je n'ais pas le choix rat.
? - (soupir soulagé ) bien alors voici mon message : " trouve la flamme d'Ysatis la dame à la main blanche celle qui guérit mais que l'on ne peut guérir. Elle est la seule personne en ce monde à pouvoir aider ta femme. En échange tu devras l'aider elle à accomplir ce pourquoi elle est faite.
AdN - Mais ca ne veut rien dire. De quoi vous parlez?!?! Votre marché n'est pas honnête.
? - Ho que si, pourquoi cherchez au loin ce que l'on a tout prêt. Rentre chez toi et réfléchis à cela. Prends le livre sur la commode la bas ce sont mes mémoires des derniers jours. Il te sera utile dans ta quête.
AdN - tout cela n'est qu'un tissu de mensonge espèce de démon le livre que vous m'avez donné est vierge de toute écritures. Je vais te renvoyer dans les flammes éternelles.
? - (léger rire) n'ais crainte elles m'attendent déjà. J'ai écris mes mémoires avec du sang de lézard bleu, je pense que tu comprends maintenant pourquoi les pages sont blanches.
je m'en vais maintenant après tant de décennies passé à moisir ici on m'accorde enfin le droit de partir....juste un concept c'était juste un concept...avant de partir jeune ami sache que l'on m'appelez occaltas grand prêtre de ce temple. (un souffle de vent surgit de nulle part fait vaciller la flamme de la torche et la momie semble partir en poussière emportée par la brise.)

Et c'est ainsi que devait débuter la légende d'Atanatar l'instruit encore appelé par les conteurs celui qui sait.
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 10:05

L'éveil de la flamme d'Ysatis

--------------------------------------------------------------------------------

"Génese de la chute de celui qu'on attrape pas "

quelque part dans l'univers peu après le solstice d'été

-Espan as tu bien remis les 2 cadeaux à mirabelle?
-Oui votre magnificence j'ai fais selon votre souhait bien que je ne comprenne pas la raison de ces présents.
-Tu vas comprendre rassure toi. Je vais te renvoyer là-bas.
-Comment!!?
-J'ai besoin que tu sois avec elle, que tu l'aide et la protège. Elle va passer bien des épreuves avant la fin. Et elle aura besoin d'un esprit gardien. Je ne vois personnes d'autre de plus capable que toi.
-je croyais l'avoir rêvé!!
-Ce n'était pas un rêve espan, c'est abézanius mon chambellan qui te l'a dit pendant que tu délirais. Tu va pouvoir réaliser ce que tu lui a dis avant d'être fauché par agnar, tu vas devenir une simple pensée virevoltante autour d'elle.
-J'en suis heureux.
- le bracelet en grayzor noir que tu lui as offert te servira de focus, c'est par lui que tu pourras rester lié au monde matériel. Et le fait que ce soit ton présent du moins à ses yeux nous assurent qu'elle le gardera toujours sur elle.
Tu peux partir maintenant abézanius va te montrer les chemins cosmiques à suivre. N'oublie pas esprit gardien, tu ne pourras communiquer avec elle que par rêves interposés, par sensations, tu pourras surveiller ses arrières, tu pourras voir ce que nul autres ne peut. Et plus ton désir de la sauver dans les moments critiques sera important plus grands seront tes prodiges.
-Je comprends
-Allez va maintenant et aide la à accomplir son destin.




dans les bibliothèques d'euclaar bien des années plus tard. Un archiviste nommé R.Haamon termine de rédiger un document.

Voici un récit qui se veut aussi fidèle que possible des événements qui sont survenus dans la première année de présence de mirabelle au sein du temple d'Ysatis de nordlewhare et d'où est parti la légende de la flamme d'Ysatis plus connue sous le nom de dame à la main blanche. Cette histoire est tirée d'une compilation de témoignages véridiques de personnes ayant vécu au temple à l'époque ou la dame n'était connue que sous le nom de mirabelle. J'ai personnellement vérifié l'authenticité des rapports fournis, et j'ai du utiliser toutes les ressources de mes relations pour accéder aux archives du temple. La plus grande partie est tirée des mémoires d'achala une vieille aide soignante qui officiait à l'époque au sein du même temple que mirabelle.

Replacons la protagoniste principal dans le contexte.

Cela faisait six mois environ que la jeune femme était arrivée par un chaud matin d'été au temple. Sa demande d'intégrer les rangs des acolytes de premier niveau fut rejetée en grande partie à cause de son âge ( en effet la plupart des futurs prêtresses commence leur formation dés l'age de 11-12 ans ).
Devant son insistance et le fait qu'il était apparent qu'elle ne savait où aller le temple accepta de la loger et de la nourrir en échange de quoi elle assisterais les adeptes et les prêtresses dans leurs offices et dans leurs taches.

Note de R.Haamon -Je fais ici un premier encart car après avoir attentivement lu les mémoires d'achala il devient évident que c'est elle qui a insité de manière étonnante pour que les soeurs de la guérison ( un des titres des pretresses d'Ysatis ) acceptent une inconue à leur service. il est à noter que achala avait perdu sa fille anabelle quelque années auparavant, et que ceux qui ont connu la défunte et mirabelle s'accordent à dire que ces jeunes femmes se ressemblaient étrangement. La ressemblances des noms aussi est frapantes et il est facile d'imaginer que le hasard n'est peut être pas pour grand chose dans ces événements. Achala accompagna la flamme d'Ysatis jusqu'à ses derniers jours.

Toujours est-il que la jeune femme commença à mener une vie de dévotion simple et passionée au sein du temple. Très vite ses remarquables dons firent merveilles. Surtout avec les enfants qu'elle savait calmer comme aucune autre. Ses relations affective avec Achal se nouèrent durant cette période, et il devint évident à toutes et à tous qu'elle remplaçaient la défunte anabelle aux yeux de la pauvre femme. Une recrue douée en somme un peu solitaire et un peu triste mais au combien efficace et dévouée. Seuls les enfants, qui ont le regard innocent mais aigus percevaient le profond hiver qui habitait le coeur de mirabelle.

une recrue douée mais tout à fait normale. Jusqu'au jour où en cette fin d'année 8 hommes des la milice de Nordlewhare portèrent dans une énorme civière un blessé un peu particulier.
le capitaine de la garde le présenta brièvement comme étant krough le demi troll*, un mercenaire. il avait reçu une très vilaine blessure après un concour de brase de fer qui avait mal tourné. L'adversaire un autre demi troll n'étant pas bon perdant lui avait asséné un coup de poignard dans le dos la malchance voulant que la lame s'insinue entre deux côtes et perce le coeur.

On accola deux lits dans une chambre pour y déposer krough qui agonisait.
le mercenaire se vidait littéralement de son sang, devant la gravité de la blessure on appela la grande prêtresse. Celle-ci à son arrivée ne put que confirmer tout haut ce que tous savaient. krough avait perdu trop de sang et la blessure était trop profonde pour ne serait ce qu'espérer stabiliser son état.
C'est par sollicitude et pour ne pas qu'il meure sans personne pour le réconforter avant son grand départ que mirabelle prît l'énorme main poilue du demi-troll.

Il se passa à cet exact moment comme les gens allez se retirer pour le laisser mourir en paix quelque chose qui devaient marquer les esprits des témoins jusqu'à la fin de leurs jours.
mirabelle sentit une présence derrière elle et alors un flot d'énergie se déversa en son corps.
voici la scène tel que racontée par les participants involontaires à ce phénomène :

On entendit un bruit enfin plutot un murmure en faite, c'était la jeune mirabelle qui fredonnait. Puis très vite son corps fut pris de violents tremblements. Le murmure se transforma en musique comme répété en écho par les murs de la pièce. Plusieurs prêtresses dont la patriarche mirent leurs mains à leurs bouche avec sur leur visage une expression mi-étonnée mi-apeurée car la mélopée n'était autre que la musique d'Ysatis connue seulement des grands initiés. La jeune fille se releva roide, ses yeux virèrent au blanc, ses cheveux eux se dressèrent comme une auréole flamboyante et ses pieds cessèrent de toucher le sol. Elle s'éleva à mi hauteur de la chambre tenant toujours la main du blessé et celui-ci suivit le mouvement montant à l'horizontal au dessus du lit. Et tous entendirent les paroles que prononca mirabelle : Ô Ysatis reine mère, j'en appelle à tes forces régénératrices. Ô source de toute vie accomplit ici ton oeuvre, étend ta main appaisante qui guérit toute chose. Plusieurs fois elle répeta la même incantation.

A la première incantation la jeune femme se mit à luire comme un début balbutiant
A la deuxième elle brilla franchement comme dans la force de l'age.
A la troisième la lumiere qui était en elle s'atténua mais se fit plus douce, plus sage comme une fin de vie.

Krough eut alors un haut le corps et redescendit lentement dans les lits.
mirabelle quand à elle tomba inerte vidée de son énergie.


peu de temps après Krough se réveilla. Voici ses paroles fidélement retranscrites ici par achala qui le veillait

krough avoir fait beau rêve. Krough être blessé à mort par vilain mais dames de feu sauver lui. petite dame de feu devant et grande grande dame derrière elle mais très très loin aussi loin que nuages. Petite dame mettre sa main pleine de lumière blanche la ou krough avoir mal et pffffft krough plus mal.
Mais où être krough? krough était dans taverne avant de s'endormir. Ho krough pas avoir rêvé scold le traître m'avoir tapez dans dos. Mais alors où sont dames de feu krough doit dire merci.

note de R.Haamon : il est à noter cher lecteur que par la suite et en remerciement krough accompagna la flamme d'Ysatis dans toutes ses aventures. Le réveil des dons de mirabelle ne fut donc absolument pas un hasard. De plus le témoignage de krough indique clairement même si c'est dans un langage primitif la présence d'une autre personne dans son " rêve " personne très lointaine d'après ses dires. Je n'influencerais pas le lecteur en faisant part de mes conclusions mais j'ai une quasi certitude quand à l'identité de cette "grande dame de feu loin dans le ciel"

*
Addendum : petite biographie de krugg
Nul ne connaît son histoire avant son arrivée à nordlewhare.
tout ce que l'on sait de lui est qu'il fut un excellent combattant qui louait ses service aux caravanes de passage à nordlewhare. la plupart de ses payent furent dépensés à taverne de calci ( si calci pas vouloir que je cite nom de son auberge moi pouvoir changer le nom ) la seule fois ou il essaya un autre établissement cela lui rapporta sa blessure mortel.
il accompagna la flamme d'Ysatis jusqu'au bout et lorsque celle ci partit il devint le protecteur de l'enfant d'atanatar de Nordlewhare.
son nom est relativement connu de par le monde de ganareth sous la forme d'une chanson qu'il avait composé lui même et qu'il chantait à tue-tête lorsqu'il avait bu son content de bière. Celle ci est chantée par nombre de barde pour le plus grand amusement des grands de ce monde. L'air original s'est hélas perdue et seule reste les paroles. La voici transcrite en commun :


Qui est grand et brave et fort?
Qui mange autant que quatre ours?
Qui n'a pas peur de la mort?
C'est krough le demi troll

Qui est un grand mercenaire?
Qui à des pièces plein sa bourse?
Qui loue ses services très cher?
C'est kroug le demi troll

Qui adore les jolies filles?
Qui les impressionent autant?
Qui les fait pâlir d'envie?
C'est krough le demi troll*

A ce propos une version un peu plus grivoise m'a été comuniquée mais ne pouvant vérifier l'information je ne me permettrait pas de la mettre ici.

De plus il semble que krough avait rajouté 2 couplets qu'il chantait sur les chants de batailles ( ne pouvant pas les chanter à la taverne de calci par respect pour le patron de l'établissement ). les voici donc aussi ci-dessous.

Qui n'aime pas les lights méchants?
Qui les tuent à coup de massue?
Qui les étripent en chantant?
C'est krough le demi troll

Qui profite de ma clémence?
Qui a de la bière qui tue?
Qui a cette grande chance?
Calci et sa demi-gnôle

R.haamon érudit de l'orde des archivistes d'euclaar.


Voila un commentaire ? un reproche une précision? N'hésitez pas à poster cela fait toujours plaisir de voir que quelqu'un s'interesse à votre travail.
++ les gens
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin

Message par ludod » Sam 31 Oct 2009, 10:07

le dernier des textes que j avais écrit sur la chute de celui qu on attrappe pas.


Péracles le demi elfe et la naissance de klibentern

--------------------------------------------------------------------------------

Suite de la genèse de la chute de celui que l'on n'attrape pas.
en relation avec :
Fin d'une vie- la dame triste- Agnar le sauveur- ATanatar l'instruit et l'éveil de la flamme d'ysatis.

Le récit qui suit est particulièrement long et ce sera pour moi une victoire si certains arrivent à allez jusqu'au bout

J'essaie d'améliorer mon style en fonction des critiques justifiées donc n'hésitez pas à poster merci.



Le Soir vient de tomber sur la forêt des soupirs, et déjà les ténèbres engloutissent les bas côté de la route, noyant les arbres au delà dans les ténèbres. Une petite charrette couverte avance paisiblement tirée par des boeufs. Elle est conduite par 2 hommes, dans la pénombre ambiante il est difficile de les distinguer. Un jeune homme gambade à côté en jouant un air entraînant sur sa flûte. La musique est accompagnée par les chants de trois femmes assises à l'arrière de la charrette.

Trois autres hommes frappant dans leurs mains au rythme de la musique forme l'arrière garde du petit convoi. Tout semble paisible en cette soirée de solstice d'été. Les deux conducteurs semblent discuter de la nécessité de s'arrêter pour installer le campement.

- Malédoné - Il nous faut nous arrêter Chaldi, il serait dangereux de continuer sans aucune visibilité.

- Chaldi - Je sais, mais je m'inquiète pour Alestria. Que ne donnerais-je pas pour que nous soyons déjà à Nordlewhare.

- Malédoné - Nous y serons demain alors cesse de t'inquiéter et Alestria et encore loin d'être à terme, d'après le guérisseur que l'on a vu au dernier village il s'en faut encore d'au moins 1 ou 2 mois.

- Chaldi - Tu as comme toujours sans doute raison mais je me ferais un plaisir de te rappeler ce que tu viens de dire lorsque ta femme attendra votre premier enfant (dit sur le ton de la plaisanterie).

- Malédoné - tu oublies une chose vieux frère, c'est qu'elle n'est pas encore née celle qui fera prisonnier Malédoné le tombeur de ces dames. Il y a bien trop de jolies femmes sur cette terre pour que je ne me contente d'une seule hahahaha allez trouvons un endroit ou passer la nuit. Il me semble si ma mémoire est bonne que nous ne sommes plus loin d'une petite éclaircie dans ces bois.

Un peu plus tard la petite troupe s'arrête près du bois, et en effet la mémoire de Malédoné ne l'a pas trahie, il y a effectivement une éclaircie. Ancien vestige du passage des bûcherons. Les hommes avec leurs lanternes ramassent du bois mort qui abonde ici. Très vite l'on peut entendre le crépitement d'un grand feu toute la petite clairière est éclairée par les flammes dansantes. Le joueur de flûte a dételé les boeufs et ceux-ci commencent à se repaître de la végétation environnante. Toute la petite troupe s'active pour préparer le repas du soir. Seule une femme qui était restée dans le chariot semble n'avoir aucune occupation. Son ventre proéminent indique qu'il s'agit de la dénommée Alestria femme de Chaldi. C'est à contre coeur qu'elle ne participe pas à la vie de la communauté, mais tous ont insisté pour qu'elle se repose.
Elle s'assied donc près du feu car la fraîcheur de la nuit la fait frissonner.

- Alestria - Alors Cybelle qu'as tu préparer de bon aujourd'hui

- Cybelle - héla! Si tu venais nous aider, tu saurais bien ce qu'on mange.

- Alestria - C'est toi même qui refuse que je fasse quoi que ce soit. Quel toupet! (Sourire aux lèvres)

- Cybelle - Je te taquine et tu le sais bien, cesse donc de feindre la colère ça ne marche pas. Mais pour ton savoir sache que ce soir nous auront une soupe d'ortie cueillis d'aujourd'hui, suivi de quelques tranches de lards rôtis avec des galettes de blé, ensuite un bon fromage de chèvre et du pain d'il y a deux jours et les quelques mures que nous avons trouvés ce matin.

- Alestria - Un vrai festin de reine, mais cesse de bavasser vieille mégère et prépare vite le repas tu m'as donné une faim de loups.

- Ar’Tanat - Alerte quelqu'un s'en vient.

Dans un scintillement d'acier les armes sortent du fourreau, seule Alestria reste en retrait son état l'empêche de pouvoir combattre. On peut voir sur la route une ombre qui s'approche.

- Malédoné - Halte étranger pas un pas de plus. Qui es-tu et que veux-tu?

- Péracles - paix! (Il dit cela en mettant la paume de sa main ouverte en avant, le geste de paix). On me nomme peracles le demi elfe noir, et je suis un rôdeur de l'ordre du chêne sombre. Je cherche le gîte et le couvert pour la nuit.

- Malédoné - Approche un peu du feu que l'on te voit.

- Péracles - (s’approchant du feu, il lève les bras pour montrer que ses armes sont restées au fourreau).

L'ambiance se détend, Péracles est bien un demi elfe d'ascendance elfe noir cela se voit car un peu de leur majesté secrète est passé en lui. De plus les tatouages qu'il arbore sur ses bras confirment bien son appartenance à la guilde du chêne sombre.

- Malédoné - bienvenue peracles et pardonne nous de l'accueil rugueux, mais pour faire de vieux os en ce bas monde, il faut être prudent.

- Péracles - Je comprends bien, j'aurais fait de même à votre place.

- Malédoné - Pour le couvert nous avons de quoi partager mais pour le gîte, nous dormons à la belle étoile. Mais il y a assez de place pour toi t'installer près du feu.

- Péracles - J'entendais bien dormir en plein air, rien n'est meilleur à mon sens que de se reposer sur une herbe fraîche et grasse à la lueur des gardiennes de la nuit.
Mais ni toi ni tes amis ne vous êtes présentés, à qui donc ais-je l'honneur de parler?

- Malédoné - Pardonne notre impolitesse, mais ton arrivée nous a perturbés. Je m'appelle Malédoné et voici ma troupe, nous sommes les amuseurs de Malédoné.
Voici Chaldi un elfe noir maître dans l'art du jonglage et la bas c'est Alestria sa femme, acrobate hors pair mais au repos pour quelques temps.

- Péracles - oui je vois que vous allez recevoir un cadeau des dieux, puisse ysatis bénir la naissance et neutra apporter sa sagesse à votre enfant.

- Malédoné - Le grand costaud ici c'est Ar’Tanat le demi orc, un cracheur de feu accompli, il a déjà grillé quelques barbes et quelques coiffes (rires).
Le petit qui attise le feu c'est Valorian, il est musicien et habile de ses mains. Celle qui coupe le lard s'appelle Cybelle, elle ramasse la quête et s'occupe de tout ce qui est intendance et à ses heures perdue elle se prend pour une actrice.
Les deux donzelles qui te couve du regard (à ces mots elles rougissent) s'appellent Daéna et Déana comme tu peux le voir elles sont jumelles, la première est une maîtresse de l'illusion, sa soeur est sorcière mais ce sont ses dons de comédie qu'elle utilise pour nous.
Et enfin le dernier le plus timide d'entre nous et pourtant le plus charismatique voici Téranis un conteur d'un grand talent, il connaît des tonnes d'histoire et les raconte comme personne.
Quand à moi je me nomme Malédoné et je suis pour ainsi dire le chef de la troupe, ma spécialité c'est le lancer de couteau.
Nous nous rendons à nordlewhare et y resterons jusqu à la fin de l'année le temps que Alestria se repose.
Et toi y vas tu aussi ? Veux tu nous accompagner demain?

- Péracles - cela aurait été avec plaisir mais mon chemin me mène dans la forêt, je piste une bande de hauts elfes et de braves.

En entendant cela les visages se crispent et une lueur d'inquiétude apparaît dans les yeux de la petite troupe.

- Malédoné - Si loin dans nos terres mais c'est impossible.

- Péracles - Hélas non ils sont passés par le col du hurlement, c'est là bas que je les aient vu la première fois.
J'ai pensé que c'étaient l'escorte d'un dignitaire light devant se rendre dans les terres du sud. J'ai ouie dire qu'il y avait en ce moment même un procès à l'encontre de je ne sais quel personne et que certains light avaient été mandé en tant que témoins, je me suis dis qu'ils étaient sous la protection des seigneurs des terres noires (voir Le Conseil des Terres Noires entend Evita, Reine Light . ).
Par acquis de conscience je les aient espionnés un peu, bien m'en a pris car en fait il s'agit d'une troupe de mercenaires. Ils ont été payé par un seigneur light pour attaquer et ci possible massacrer les gens d'elgareth, un petit village à l'extrémité sud de la forêt des soupirs.

- Malédoné - Mais.. Mais c'est ignoble !!!! Par les grands dieux en quel temps vivons nous !!

- Péracles - Des temps troublés pour sur. Ils ont descendu les monts dorés hier matin et ont traversé la rivière aglaran au niveau du gué du pendu. C'est à cet endroit que je les aie perdu lorsqu'ils sont entrés dans la forêt.

- Malédoné - Je savais les light perfides mais à ce point, n'ont t'il pas de coeur pour perpétrer ce genre d'infamie?

- Péracles - c'est plus compliqué que cela, nombre de rumeurs commencent à circuler dans les tripots, certains seigneurs particulièrement belliqueux ont recours à ce stratagème afin d'enflammer les vieilles haines entre nos deux peuples.
Et le fait qu'Al Drifa ait lancé une campagne de recensement (voir Mortalité élevée, un rapport de l'Institut de Sondage Archéon ) n'a fait qu'augmenter l'ampleur du phénomène. Il n'y a pas que des seigneurs light qui font appels à ce genre de pratique.

- Malédoné - Tes nouvelles sont de mauvais augures, que peuvent les gens contre tant de haine.

- Péracles - Hélas rien. Le monde ne peut être changé, tu dois l'accepter ainsi. Défend ta vie, et celle de tes proches et amis, c'est tout ce que je puis te conseiller.

- Malédoné - De bonnes paroles, mais arrêtons de parler de mauvaises choses aux heures sombres. Le repas va être prêt, allons nous réchauffer près du feu et buvons à la rencontre de gens de bonne compagnie. Nous avons un petit vin de noix qui je pense, devrait te plaire héhé.

- Péracles - J'accepte avec joie, et je vous remercie de votre hospitalité.


Bien que les nouvelles apportées par Péracles aient jeté l'inquiétude dans le coeur de la troupe, le repas qui s'ensuit reste jovial chacun racontant une anecdote comique sur les déboires passé du petit groupe de saltimbanque.
La nuit est fort avancée quand chacun commence à faire sa couche.

- Malédoné - Je prendrais la première garde. Tanat tu seras le deuxième ensuite viendront Daéna et Déana qu'on ne peut séparer, puis Valorian tu prendras le dernier quart.

- Péracles - La nuit sera froide car le ciel est dégagé, il va y avoir beaucoup de brume d'ici peu, alors ouvrez bien l'oeil. Pour être bien sur de ne pas avoir de mauvaises surprises je vais lancer un sort d'alarme qui me préviendra si des étrangers viennent par ici.

- Malédoné - C'est un sort très utile en vérité.

Péracles se met debout, sort un parchemin d'un étui accroché à sa ceinture et commence à lire.

-j'en appelle à la force de la nature, feuilles, arbre, lierres, fougère accédez à ma requête, au nom de neutra veillez sur mon sommeil que nul ne puisse pénétrer cette zone sans que je n'en soit averti.

A ces mots une lumière d'un vert phosphorescent apparaît devant lui et descend doucement jusqu'au sol, puis elle se diffuse dans toutes les directions jusqu’aux abords de la forêt. Toute la végétation environnante semble l'espace d'un instant luire, enfin la lumière s'estompe et tout semble à présent normal.
Malédoné s'installe au coin du feu une petite réserve de bois à côté et se prépare à la veille. Les autres s'enroulent dans leur couverture. Peu à peu on n'entend plus que les craquements du bois qui brûle et le bruit que fait Malédoné en sculptant un morceau de bois.

La nuit semble s'écouler paisiblement la première demi lune est presque à son apogée, et la brume a installé son manteau sur toute la forêt. Le silence n'est troublé que par les hululements de chouettes en vadrouilles.
Les deux soeurs Daéna et Déana viennent de raviver le feu, chacune est en train d'étudier les arcanes de son art, elles le font souvent pendant leur garde seul moment où elles peuvent être tranquille et avoir la concentration nécessaire à la compréhension d'un savoir ancien.
Subitement Péracles se relève, surprises elles ne peuvent s'empêcher d'étouffer un petit cri. Péracles met son index à sa bouche signe de silence absolu, il se lève et se précipite réveiller les autres.

- Péracles - (chuchote) Quelqu'un ou quelque chose approche, les plantes m'ont averti.

- Malédoné - Penses-tu que ce soit ta troupe d'elfes?

- Péracles - Possible. Si c'est eux cela va être difficile, ils étaient une vingtaine.

- Malédoné - Ne nous sous estime pas, nous sommes des voyageurs aguerris et savons nous défendre.

- Péracles - Peut-être mais si c'est eux, le nombre joue en notre défaveur.

- Malédoné - mais la nuit est notre alliée. Mettons nous sur la défensive et voyons si ce sont des amis ou des ennemis.

Chacun est déjà en train de se préparer. Tanat a revêtu avec l'aide des 2 soeurs une lourde armure de plaque hérissée de pointes au niveau des articulations, vestige de son ancienne vie, Il prend dans le chariot une énorme épée à deux mains.
Cybelle et Chaldi enfile leur cotte de maille, Cybelle se bat à deux armes deux longs cimeterres courbes, tandis que Chaldi arbore une épée longue gravée à la marque des brigades des terres extérieures.
Déana et Daéna n'ont besoin de nulle arme.
Téranis lui sort une cithare et s'apprête à en jouer.
Malédoné court vers la forêt et d'un bond prodigieux saute dans un arbre, quand à Valorian il disparaît à la vue de tous, un poignard dans chaque main. Chaldi se dirige vers Alestria qui se cache derrière le chariot.

- Chaldi - Si tu vois que le combat s'engage fuis dans les bois et cache toi, nous viendrons te chercher plus tard. Et ne discute pas, dans ton état tu ne peux rien faire. Si nous savons que tu es cachée en sécurité cela fera un fardeau de moins.

Alestria ne peut qu'acquiescer et son regard triste montre à quel point elle s'en veut de ne pouvoir rien faire.

voici la scène à ce moment

Valorian et Malédoné ont disparu dans les bois. Déana et Daéna sont derrière la protection du chariot avec Alestria. Péracles et accroupi devant une hache de lancer à la main, il semble écouter tout les bruits. Cybelle, Tanat et Chaldi sont devant le chariot avec juste derrière eux Téranis.

- Péracles - (chuchote impérieusement) Silence!....... (D’une voix forte) Qui va là!? Montrez-vous approchez doucement.
Aucune réponse, la tension et palpable.
un instant d'éternité puis...

- Péracles - ATTENTION!!! il se couche et deux flèches viennent se planter à l'endroit précis où se trouvait sa tête.

A cet instant une foultitude d'événements se produisent.
Chaldi se retourne a demi et hurle FUIS!!!!. Alestria se mets à courir le plus vite qu'elle le peut.
Déana marmonne quelques phrases incompréhensibles, une sphère de lumière apparaît dans ses mains et monte haut dans le ciel son éclat n'a de cesse d'augmenter jusqu' à donner une lumière équivalente à celle du jour.
Daéna, elle appelle Crocdur, empaleur, égorgeur, canine et écorcheur, et alors sorti du néant se précipite 5 molosses de l'enfer.
Et Teranis chante, il chante les valeurs de la bravoure, de l'amitié et de la force que cela apporte aux justes, et dés que le chant se fait entendre tous sentent une nouvelle énergie affluer dans leurs membres.

La lumière étant apparue et se voyant découvert, une demi douzaine de hauts elfes et une autre de braves en armure s'élancent vers la troupe en jurant.
Une sphère enflammée sort du bois et vient se fracasser contre la barrière protectrice qu'a juste eu le temps de lancer Déana.
Le premier des hauts elfes ne fait pas trois pas qu'une hache de lancer vient précisément lui trancher la gorge et revient tel un boomerang dans la main de Péracles.
Cybelle, Tanat et Chaldi s'élancent à leur tour à la rencontre des infâmes light.
D'un coup Péracles qui allait relancer sa hachette se trouve frappé d'immobilisme, et une flèche vient se planter dans son bras, une autre se fiche dans l'armure de Tanat sans parvenir à percer l'épaisse couche de métal.
Cybelle elle aussi est stoppée net dans son élan comme paralysée.
Daéna lance ses molosses sur les assaillants chacun d'eux attaquant une cible différente. Déana sentant que la clé est de trouver les sorciers lance une sphère de silence à l'endroit d'ou est venu la boule enflammée.
Des onze combattant light qui charge 5 sont aux prises avec les molosses, 4 attaquent Chaldi et Tanat qui défendent Cybelle et Téranis qui chante toujours, et 2 se dirigent vers l'arrière du chariot sur Péracles et les jumelles.
Du bois, fuyant la zone de silence, sortent 5 nouveaux personnages.
Deux portent un arc long recourbé, 2 sont habillés d'une robe bleu nuit ou l'on peut voir brodé en fil d'or un soleil radieux et un porte une cotte de maille et le symbole de Calder, il semble soigner ceux qui combattent Tanat et Chaldi.
C'est cet instant que choisisse Malédoné et Valorian pour se manifester. Un couteau lancé du haut des arbres vient pénétrer dans la gorge d'un des deux archers, tandis qu'en pleine incantation le prêtre ne voit pas apparaître derrière lui Valorian qui lui plante ses deux poignards dans le creux des reins. Le prêtre a à peine le temps de commencer à hurler de douleur et l'archer n'est pas encore tombé que Valorian disparaît à nouveau.
Voyant un guerrier venir droit sur elle, Daéna prononce quelques paroles et se retrouve entourée de cinq doubles.
Cybelle sans doute plus résistante que Péracles à la magie sort enfin de sa paralysie, immédiatement elle se porte en aide à Chaldi et Tanat.
Téranis entame un nouveau chant parlant celui-ci de la peur qu'il provoque chez les perfides, il parle d'affaiblissement et de défaite. Les adversaires deviennent plus nerveux et la peur affleure à la surface de leur regard.
Le deuxième brave prés du chariot s'apprête à tuer Péracles, mais Chaldi l'ayant vu se précipite laissant Tanat et Cybelle livrés à eux même. D'un vigoureux coup d'épée il perce de part en part le brave qui déjà abaissait sa hache sur Péracles.

Un monstrueux oeil apparaît dans le ciel, Daéna s'écrie malédiction un oeil de vérité lancé par un des sorciers. Quasi instantanément les molosses et les doubles fantasmatiques de Daéna disparaissent. Trois des 5 guerriers qu'attaquait l’illusion sont tombés sous leurs coups, leur conviction qu'ils étaient réels était tel qu'ils ont succombé à leurs blessures illusoires.

un couteau vient se planter dans l'oeil d'un des sorciers, il s'affale net.
Un premier ennemi tombe sous les coups de Tanat, mais il est lui même atteint à plusieurs reprise.
Déana parvient à faire apparaître une grosse couche de glace sous les pieds des deux hauts elfes libérés des molosses, ceux-ci chutent lourdement. Péracles parvient à bouger de nouveau, immédiatement il en profite pour régler leurs comptes aux deux paladins tombés.
Téranis lui a terminé de chanter il sort sa courte épée et se lance avec ardeur dans la bataille.
Cybelle a réussi à percer la défense de son adversaire, elle l'éventre littéralement, ce faisant elle ne peut esquiver l'attaque du second brave qui lui entaille profondément son flanc et lui casse quelques côtes. Elle tombe en hurlant hors de combat.

Malédoné se laisse tomber de l'arbre juste devant le dernier sorcier celui-ci allez lancer un sort, il a juste le temps d'écarquiller les yeux avant qu'un couteau ne pénètre en dessous de son menton jusque dans son crâne.
Le guerrier light voyant les doubles disparus s'attaque à Daéna, Valorian surgit de nul part l'attaque dans son dos et fait mouche dans un dernier râle il s'écroule. Une flèche siffle aux oreilles de Valorian et elle s'enfonce profondément en dessous de l'épaule de Daéna qui tombe sans un cri.
Voyant cela Déana pousse un cri et lui porte secours. Chaldi est venu prêter main forte a Tanat, il ordonne à Téranis d'allez se mettre à l'abri il n'est pas de taille contre des guerriers.
Au cri de Déana, Tanat comprenant que Daéna est tombée, pousse un grognement, ses yeux deviennent vitreux. Un des adversaires est saisi de peur et prononce le mot furie. un violent souffle autour de Tanat repousse alliés et ennemis qui tombent par terre, puis un long hurlement inhumain glace le sang de tous les combattants, pendant quelques seconde tout le monde s'arrête, la Peau de Tanat commence à luire faiblement d'une lumière sanglante, les muscles de ses bras grossissent à vue d'oeil et d'un bond phénoménal de plus de huit mètres il saute sur l'archer qui encochait une flèche. Le coup qu'il lui porte et si puissant qu'il coupe non seulement l'archer en deux mais éventre aussi l'arbre derrière. Dans un dernier soupir il peut voir ses jambes à coté de lui.

Profitant de l'effet de surprise causé par Tanat, Chaldi porte une série de coup très rapide qui taille ses deux adversaires en pièces. Malheureusement par un coup du sort il trébuche sur une pierre qui le fait s'empaler sur l'épée d'un brave. Celui-ci tente de prendre la fuite mais Malédoné les larmes aux yeux lancent ses deux derniers couteaux.

La bataille est terminée, Cybelle, Daéna et Tanat sont couchés côte à côte. Leurs blessures sont graves, Tanat a perdu beaucoup de sang, Cybelle et sérieusement touchée, mais l'inquiétude la plus vive est pour Daéna son visage est d'une pâleur mortelle. Valorian après avoir examiné la flèche déclare :

- Valorian - Nul doute n'est possible cette flèche est empoisonnée. Soit heureux Péracles que celle qui t'a touché ne l'était pas.

Déana le visage baigné de larmes implore les dieux d'être miséricordieux envers sa soeur. L'aube est proche maintenant. Péracles va fouiller les archers peut être ont ils un antidote au poison sur eux. Peine perdue, il ne trouve rien. Mais quelque chose l'intrigue. Tout d'un coup après avoir fait le tour des morts il s'écrie : maléfices!!.
Tous se retournent vers lui, son visage et pâle comme la mort, il arrive à peine à balbutier.

- Péracles - Aucun n'est mort regardez et prenez leur pouls, leurs coeurs battent encore. Sorcellerie!!

A ce moment Daéna s'éveille et dit à sa soeur :

- Daéna - Ma soeur c'est la dernière fois que je te parle, je vais mourir. Les portes de la mort me sont pour l'instant fermées ... (elle tousse et un peu de sang coule de sa bouche)... mais au premiers rayons du soleil je m'en irais faire mon dernier voyage. Je ne te demande qu'une seule chose, occupe toi de Tanat c'est quelqu'un de bien mais qui s'égarera si tu ne veilles pas sur lui. Aime le à ma place, aime le pour nous deux. elle ferme les yeux et replonge dans le sommeil.

La petite troupe est terrifiée par ce qu'elle voit mais Daéna n'est pas transportable.

dans la forêt des soupirs pendant la nuit du solstice.

Une oreille attentive pourrait entendre les échos d'un combat au loin. Mais ceux-ci sont maintenant couverts par les cris d'un bébé qui vient de naître.
L'effort d'Alestria pour fuir le combat a provoqué l'accouchement prématuré.
Le bébé était si pressé de venir qu'elle a peine eu le temps de se trouver une cache, mais pour l'heure elle a tout oublié de la bataille, épuisée elle a mis au monde un fils un petit demi elfe.
Chaldi sera si fier pense t elle. Mon dieu j'avais oublié, j'espère qu’ils vont bien. L'ombre d'une inquiétude profonde se peint sur son visage alors qu'elle repense à la situation où se trouvent ses amis et son mari. Elle essaie de se redresser et s'adosse à un arbre. Le bébé contre son ventre s'est endormi. La brume et si dense qu'elle ne voit qu'à quelques mètres.
Un léger bruit la fait sursauter, elle scrute angoissée le brouillard autour d'elle tenant dans une main tremblante un poignard. Un désespoir profond l'envahit lorsqu'elle voit une meute de loups surgirent de la brumaille. Ils stoppent à quelques pas d'elle. Pendant un long instant ils l'observent. Un énorme male s'approche alors et la fixe droit dans les yeux. Alestria entend une voix, une voix dans sa tête.

- Loup - On me nomme Taber ibn el mafoud et je suis désormais l'esprit gardien de ton fils. Je ne peux te parler que parce que tu vas mourir et emporter ce secret avec toi sache le.
Je suis ici pour sauver ton fils. Donne le moi et il aura la vie sauve ou alors essaie de lutter et tu mettras ses jours en danger.

Après un moment elle tend l'enfant enveloppé dans un morceau de sa robe, des larmes coulent le long de ses joues et l'espoir s'est éteint en son coeur. Un loup vient délicatement l'attraper par la couche ainsi improvisée et commence à partir

- Alestria - Attend je ne lui ais même pas donné un nom.
Et la voix de répondre, il en a déjà un, il s'appelle klibentern.
- Alestria - (portant la main à sa bouche) Mais cela veut dire celui qui est maudit O par ...

Elle n'eut jamais le temps de finir sa phrase seul se firent entendre les hurlements des loups.

Le soleil se lève sur ganareth, les premiers rayons pointent au dessus de la forêt des soupirs et Daéna exhale son dernier souffle.

Et Valorian de s'écrier : ils sont tous mort au lever du soleil regardez!

Malédoné s'essuie les yeux rougis, d'un coup il se tape le front, grands dieux on a oublié Alestria. Péracles peux tu m'accompagner pour la chercher?

- Péracles - Bien sur, je dois bien ça à Chaldi.

Immédiatement Péracles repère la piste et tel un chien de chasse la suit sans dévier. Peu de temps après ils voient Alestria adossée à un arbre. Malédoné commence à l'appeler, voyant qu'elle ne répond pas, il s'élance vers elle puis recule sous le poids de l'horreur. La femme de son meilleur ami est morte égorgée. Malédoné est beau être un vétéran, la perte de tant d'amis en si peu de temps à raison de ses nerfs, il tombe à genou et pleure tel un enfant.
Péracles quand à lui garde tout son calme et observe la scène comme le traqueur qu'il est.
Après quelques minutes Malédoné se relève et maudit tous les light de la terre.

- Péracles - Tu es un bon lanceur de couteau, mais je suis un bon pisteur et je peux te dire que ce ne sont pas les light qui nous ont attaqué qui ont fait ça. Tu m'a toi même dis que vous en aviez tué toi et Valorian 3 dans les bois ce qui porte bien le compte à 20. Non ce sont des loups qui l'ont égorgé, regarde toutes leurs empreintes. Son corps est encore chaud cela fait une ou deux heures qu'elle est morte. Mais pourquoi les loups ne l'ont pas dévorée?

- Malédoné - Cesse de parler de ça d'un air si détaché. Ca me révulse.

- Péracles - Je peux comprendre, ils étaient tes amis de longue date. Mais je dois la vie à Chaldi alors en sa mémoire j'irais jusqu au bout, car il semble que tu n'a pas vu qu'Alestria a accouché.

- Malédoné - COMMENT!!

- Péracles - Regarde le sang sur le bas de la robe. Observe aussi la taille de son ventre. et ce bout de robe déchirée juste de la taille d'un linge.

- Malédoné - Mais où est l'enfant bon sang?

- Péracles - Je ne sais pas mais les loups ne l'ont pas tué, il n'y a aucune trace de carnage ici. Cesse de te tourmenter Malédoné c'est Chaldi lui même qui a dis à Alestria de s'enfuir tu n'y est pour rien. Cette nuit n'était pas une nuit normale et nous n'avons pas le temps aujourd'hui car il faut emmener les blessés et donner une sépulture décente aux morts. Mais je te jure qu"en mémoire de Chaldi qui m'a sauvé la vie, je trouverais ce qu'est devenu son enfant. Allons emportons la à l'abri des charognards.

le jour s'est levé au dessus de la forêt des soupirs, deux hommes transportent un corps vers une clairière un peu plus loin. Les écureuils méfiant les regardent passer de loin. Le soleil brille d'un éclat immaculé, ignorant les tourments de la nuit passée.


Si les auteurs des post dont je mets les liens souhaitent que je les enlève qu'il me pm. Mon but n'était que de pouvoir relier plus ou moins vaguement ce qui a déjà été fait par les autres afin d'essayer de crée un réservoir d'histoires cohérentes.
ludod
 
Message(s) : 8
Inscription : Mer 23 Juil 2008, 12:24
Localisation : saint quentin


Retour vers Ecriture

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.