Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Les tribulations d'un exorciste en Qin

Pour ceux qui veulent s'essayer à la prose, à la versification, ou autre

Modérateur: darkbaron

Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:25

Petit preambule editorial, ce fil de recit a ete commence sur le forum Qin le jeu de role. Cependant, le site etant plutot en declin vu la maturite de la gamme, je prefere le reposter ici, question d'avoir quelques lecteurs de plus, et puis surtout parce que bientot, "deux directions" reprendra du service...

Et pour ce qui est des droits de parution, aucun probleme, j'en suis l'humble auteur
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:28

Je me souviens d'un temps où j'étais jeune et insouciant.
Ca me paraît loin et beau aujourd'hui, mais à l'époque c'était le bout du monde !
Je crapahutais constamment sur le mont Taishan, pour guider des groupes d'<<estimés voyageurs>>, en fait d'infortunes croyants venus en pèlerinage.
Mon paternel, puisse son âme trouver la voie de la réincarnation, ne voyait que par l'argent qu'il pouvait leur escroquer en leur faisant croire monts et merveilles sur les routes des temples.
Ca des temples, y'en avait. Des bonzes tous aussi bizarres les uns que les autres. Et je jurais tous les matins sur la route que je m'enfuirais dès que je pourrais, prenant ceci pour l'enfer sur terre, et mon paternel pour le pire démon des 9 enfers de Den'zu, grand organisateur de toutes les mesquineries qui m'empoisonnaient l'existence.
Oh, ça n'était pas rose non plus à la maison, ma petit soeur Ciu Mei Lin en sait quelque chose, et mon père était très loin d'être un ange.
Mais il y a bien pire, et malheureusement j'en sais quelque chose.

Cette maudite forêt n'en finira donc jamais ! Ce devait n'être qu'un simple bois à traverser, « l'affaire de deux bonnes heures » qu'y disait mon collègue de marche, un raccourci pour rejoindre Nao.
Tout ça à cause de cette maudite vision. Au début, j'avais pris cela pour un rêve aviné, au milieu d'une taverne d'un petit village paisible du nord du Zhao.
A vi, j'oublie tout le temps, je me présente. Ni Zai wang, « deux directions » pour les intimes, je suis de ceux que les gens respectent avec appréhension. Cela doit finir par se voir dans notre démarche, ou peut-être à notre infatigable épée en bois de saule.
Je suis exorciste, enfin j'essaie de l'être au mieux des circonstances.
Une vision bien étrange toutefois, bizarre et presque si réelle. J’me connais, je devais en tenir une sévère ce soir-la. Bof, sûrement pas plus que d'habitude.
Je suis presque certain d'une chose, les esprits aiment bien l'odeur de l'alcool, en tout cas, si ce n’est pas ça, ça aide à trouver le courage de se lancer !
Si vous saviez...

Mais le lendemain, ça a recommencé, toujours pareil, doucement ce rêve étrange, quelqu'un viendrait le déranger, il faut faire vite, ils arrivent, ils ne doivent pas lui faire oublier... et puis là, cette femme, belle irréelle, spectacle aveuglant, une douce odeur de parfum, presque tangible. Il l'adore et ne veut pas la perdre.
Je n'y comprends rien. Si ! Une chose, je me suis souvenu qu'il me fallait suivre l'étoile brillante !
C'est comme ca que j'ai traversé la moitie du Zhao pour en arriver là. Chaque fois, même quand ce jeune étudiant sur la route m'a malencontreusement laissé sa bouteille pendant qu'il dormait, chaque bouchon de plus me rapproche de la vision. C'est presque une compagne maintenant.
C'est comme si je le connaissais de toujours. C'est un ancien, un guerrier il me semble, d'un autre temps. Et ce sourire beat dès qu'il pense à elle, tellement belle. Je peux maintenant même me souvenir de ce parfum tant il reste sur ma bouche après chaque vision. Et toujours cette impérieuse volonté de me voir continuer la route vers l'étoile.
J'aurais peut-être la réponse d'ici peu, je ne devrais plus être très loin maintenant.
Oups ! Foutu ravine, j'ai failli tomber dedans !
Tiens, il semblerait que quelqu'un d'autre s'y soit laisse prendre. Voyons voir ce malheureux.
Je descends donc prudemment un peu plus loin m'aidant de racines et dévale les gravillons jusqu'au corps inconscient.
Il a l'air jeune, une vilaine plaie à la tète et une petite mare de sang séché déjà absorbé par la terre. Cela doit faire un moment déjà qu'il est là, livide comme tous les cadavres.
Il y a un Jian à quelques mètres avec du sang dessus. Bizarre, cette poignée, belle lame, poignée formée, je pari qu'elle irait dans sa main comme un gant.
Ce jeune homme devait être un Wuxia, d'ailleurs il a un carquois coincé sous le corps. Qu'a-t-il bien pu se passer ici ?
Je regarde le mur de la ravine et trouve des traces de chute. Il n'a pas du voir le trou et est tombé directement, l'épée à la main forcément pour la lâcher. Donc il devait se défendre.
Voyons voir ce qui se cache en haut. Je remonte et reviens sur les traces de chute, puis recule dans le bois en m'imaginant la scène.
Ici, un arc. Il a du le lâcher quand il s'est vu trop prêt pour s'en servir...mmmm...
Je m'asseye tranquillement en tailleur, chasse mes réflexions. Il faut sentir le yang pour que le Yin ressorte. C'est à travers l'équilibre que l'on discerne ce qui ne devrait pas être. Le Yin ressort alors comme l'oiseau de proie dans le ciel.
Soudainement, la scène vire, tout s'assombrit et prends une couleur ombre. Trois silhouettes noires, effrayantes, aux rictus impressionnant et aux longs doigts crochus fermés sur d'immenses Jian s'approchent d'une silhouette nimbée de lumière.
Celle-ci hésite, ne sachant comment s'échapper. Elle recule d'un pas, pare deux coups, un autre pas en arrière, un grand moulinet pour obliger les silhouettes à reculer, un autre pas en arrière et... elle bascule dans le vide.
Les trois silhouettes s'avancent, immensément grandes, regardent vers le bas, tournent le dos et s'en vont, leur immonde forfait accompli.
Elles ne semblent pas avoir remarqué que la lumière n'a pas quitté le corps en bas !

Vite, je me relève, encore sous le choc, je cours pour contourner la ravine tout en attrapant ma fiole. Un bon petit coup et ça ira mieux ! Je sens le liquide me brûler la gorge. Comme ca fait du bien de se sentir vivant !
Je m'approche et cherche son souffle vital... faible. Et mince, manquait plus que ça. Chuis pas médecin moi !
Il faut faire vite. Je récupère sa bourse, son Jian que je passe à la ceinture et me met à dévaler la pente vers Nao qui s'offre à moi dans toute sa splendeur.
Je cours à perdre haleine, oui je sais, pas toujours très droit, mais ça ne fait pas grande différence de toute façon. J’ai jamais été un bon coureur, chuis un marcheur moi.

Il y a quelqu'un sur la route, je hurle à plein poumons pour qu'il s'arrête. Je trébuche, me relève et reprend de plus belle.
Il s'est arrêté et me regarde par curiosité courir vers lui. C'est un jeune homme d'une bonne carrure qui mène un cheval par le licol.
Je fini tant bien que mal, m'arrêtes deux secondes à ses pieds sans pouvoir cesser de respirer bruillamment.
Un blessé ! vite ! Il me regarde incrédule... Venez m'aider ! Je le tire par la manche et il se laisse conduire par l'urgence.
Arrivé au bas de la ravine, il s'arrête et attache le cheval à un arbre et finit par me lâcher.
« Je m'appelle Anguille habile.
- Chouette ! Super ! Vous êtes médecin ? Non ? Bon ben va falloir m'aider à le transporter chez le médecin ! Allez, y'a pas de temps à perdre. »
Je ne sais pas pourquoi, mais il ne semble pas convaincu. Peut-être que je ne marche pas très droit, peut-être mon haleine ?
Je fini par l'emmener près du corps. Il me questionne, mais on n'a pas le temps. On se décide à le soulever délicatement pour l'installer sur le cheval de notre mieux pour ne pas trop le secouer et nous repartons au rythme de marche du cheval.
Heureusement qu'il est là, il est lourd le bougre.
Le jeune homme a l'air de s'y connaître en chevaux, en tout cas plus que moi, c'est certain.

Quelques centaines de mètres avant la ville, il bifurque sur la droite vers ce qui semble être une école d'arts martiaux.
Il me soutient que le Shifu le surveillera mieux ici pendant qu'il s'empresse d'aller chercher un médecin. Puisse-t-il avoir raison pour ce malheureux. Cela m'évitera au moins une cérémonie d'enterrement de plus.

Ca y est, ils l'ont allongé sur une couche improvisée en plein milieu de la grande salle d'entrainement. Je ne peux plus rien pour lui.
Le shifu, « Main Gauche » m'a-t-on présente, a envoyé Anguille Habile chercher un médecin.
Le shifu a l'air d'un homme respectable, autoritaire certes, mais on ne peut s'attendre à moins.
Un autre jeune élève, bien habille tourne autour de nous, suivi de près par une jeune servante du joli nom de Yii.
Elle a l'air catastrophée et s'empresse d'aller chercher des linges propres pour nettoyer les plaies.
Le shifu tient absolument à me faire passer un interrogatoire avant que je n'ai fini de récupérer. Il me regarde d'un drôle d'air quand j'ose m'enquérir d'un petit remontant...
Pas grave, j'y suis habitué, ça a parfois ses bons côtés.
Je lui confis donc les armes et la bourse du blessé. Vala, ça de moins à porter. Si seulement je pouvais me débarrasser de tout le reste aussi facilement ! Un petit sourire fugitif transparaît sur mon visage lorsque Yii revient avec un petit verre et une bouteille à demi-vide.

Je m'appelle Deux directions :jap:
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:31

Le premier examen de notre malade nous a laisse dubitatif. Comme je le pressentais, son jian n'est pas courant. le shifu Main Gauche affirme que la belle facon de l'epee ainsi que la poignee durement marquee par sa main distinguent notre homme comme un Wuxia. De plus, sa bourse contient quelques monnaies du Chu. bizarre, ce n'est pas tres courant par ici. Vu, ses blessures et l'etat de ses vetements, il a vaillament combattu avant de tomberet doit etre bien entraine pour ne pas s'etre fait tuer. Il porte au poignet le tatouage de l'ideogramme du Tigre, comme Main-gauche porte celui de Perfection, je l'ai entrevu brievement.
Le medecin finit par arriver, un petit bonhomme discret et efface. Il a l'air de tres bien connaitre Main Gauche, le shifu.
Son air grave ne presage rien de bon pour le blesse, mais il s'affaire. Durant une heure, il le lave, le tate, le truffe d'onguents bizarres et fini par l'enrubanner de plusieurs bandes de tissus. D'apres lui, beaucoup de repos il lui faut, et seule la bienveillance de Nuwa peut encore quelque chose. Soit il se reveille d'ici peu, soit il me faudra dresser un autel a son repos.
La fin d'apres-midi approche, mon estomac crie famine, et il n'est visiblement pas le seul. Le shifu nous invites a prendre ce repas avec eux, ce qui m'arrange bien en un sens, mes finances sont loin d'etre bonnes, et il a un petit alcool assez sympa.
Je suis surpris de voir Yiyi dresser le couvert avec une assiette de plus que les personnes restees apres la fin des cours.
C'est alors qu'un jeune garcon arrogant et sans gene fait irruption dans la piece, se placant autour de la table juste avant que le shifu ne s'asseye. Main gauche semble contrarie et fini par faire les presentations.
Il semblerait que cet antipathique personnage soit son fils adoptif, Thong, autain et meprisant.
Le beau jeune homme auquel Yii n'arrete pas de sourire se nomme Wang, eleve de Main Gauche, fils d'une famille bourgeoise de la ville.
Anguile habile, quant a lui, est fils d'un negociant de chevaux etabli en ville, il semble bien etre aussi un eleve, mais semble plus que ca en un sens.
Le repas se passe dans un calme troublant alors qu'une terrible bataille se deroule entre Wang et Thong, leurs yeux lancant plus de fleches que n'en decocheraient les meilleurs archers du Zhao. Ces deux-la ne doivent pas s'apprecier, c'est sur.

Je me decide enfin, je me leve et remercie Main Gauche pour son hospitalite et demande s'il ne serait pas inconvenant de venir prendre des nouvelles du blesse demain.
Je pars donc pour trouver une chambre en ville, il se fait deja tard et j'ai bien envie de dormir au chaud pour une fois. Wang et Anguille habille acceptent de me guider, semblants desireux de fuir la tension palpable du diner.
Enfin, nous voila en endroit connu, l'enseigne d'une taverne eclairee par un lampion me fait pressentir le debut d'une soiree interressantes. Mes nouveaux amis entrent et semblent scotches a l'entree. On eu dit que, durant une seconde ils avaient vu le diable !
Je les pousse un peu et passe enfin le seuil d'une taverne a l'ambiance chaleureuse et un tant soit peu avinee. Scrutant rapidement les environs, j'appercois enfin avec etonnement une jeune femme superbe, illuminant la piece d'une aura indefinissable. Ce viasge, ca me dis quelque chose. C'est une Gueicha pour sur, aussi bien habillee et maquillee, le port altier et fier, le regard percant. Que fait une aussi belle dame ici ?
Je decide d'en avoir le coeur net. les vieux reflexes refont surfaces, ma demarche s'accentue et je commence a tanguer vers sa table. Soudain, Ioups ! je manque partir a la renverse. Quelqu'un m'a aggripe par le col d'une main ferme, me rattrape par le coude et me dirige vers une table sur la gauche. Wang ne me laisse pas une seconde de repis et m'assoie sur une chaise tandis qu'il fait signe a l'aubergiste. Il me regarde d'un air imperieux et courrouce comme si j'avais d'un coup franchi les limites de la bienseance... dans une auberge!
Tant pis, me faudra attendre un peu. Pas grave, une bouteille arrive, il ne faut jamais decevoir une bouteille. C'est dangereux une bouteille decue, ca peut tenter de se venger et finir sur votre crane, brisee en dix-mille morceaux.
La conversation peine un peu. Je lance Wang sur un sujet epineux, Thong. Gagne, c'est bien ce que je pensais, c'ets son sujet favori. C'est semble-t'il l'heritier de Main Gauche, un garcon envieu, epu travailleur qui ne daigne pas s'entrainer siffisament, preferant les jeux et l'argent aux efforts du tatami. Je ne peux trop l'en blamer, enfin du point de vu du tatami... Et il est, d'apres Wang jaloux de lui. Etrange, jaloux de quoi, il ne semble pas presse d'entamer des explications.
Anguille Habile est plus discret, mais j'ai bien cru comprendre que ses relations parentales ne sont pas au beau fixe, son pere menacant de le faire engager dans l'armee, ce qu'il semble prendre pour une punition.
Soudainement, je profite d'un moment d'innatention, me leve et titube en frolant quelques tables vers cette belle demoiselle bien seule. Wang me suit de pret, mais il est trop tard, j'ai eu le temps de m'attabler, posant d'un coup sec mon verre sur la table. Je ris deja interieurement de la tete que font Wang et Anguille habile, comme s'il y avait matiere a etre gene.
Elle me devisage l'air curieuse. Pendant quelques secondes, le silence regne dans notre microcosme telle l'arrivee de la mouche dans la soupe, le temps qu'ils decident de s'assoir aussi, devant le fait accompli.

Mes pensees divaguent, je me souviens quelques annees auparavent. J'avais passe beaucoup de temps la-haut avec mon maitre. J'avais appris, j'avais compris, mais surtout j'avais vu ce qui ne devait etre. La vie avait pris un tout autre sens. Mais que dis-je la vie, la mort aussi. J'avais assiste a bien des choses incroyables, et il n'etait plus question d'ignorer mes propres peurs. Elles etaient la, devant moi, et elles etaient rarement sympatiques. Mon maitre m'avait prevenu, mais c'est une direction que de savoir, une tout autre que de connaitre.
Allez-hop, une petite lampee pour faire passer. Mes pensees reviennent, plus tard, une longue descente plus tard, un jour pluvieux, de la boue, un chemin difficile a reconnaitre quatre ans apres, des souvenirs qui me pressent. J'arrive pres d'une vieille batisse mal entretenue. Avec ce deluge et la nuit qui tombe, personne, cela m'arrange, je n'ai pas envie de le croiser. Je fais le tour par la cour interieure et me dirige directement vers une double porte du cote droit. Je sais exactement ou je vais. Je fais coulisser discretement la porte, les vetements encore degoulinants. Une jeune femme de quelques douzes printemps me fixe, les yeux ecarquilles de frayeur. Je souleve mon chapeau rond en paille tout en lui intiment le silence avant qu'aucun son n'en sorte. Je lis la surprise. je pose mon baluchon sur la balustrade exterieure et lui demande de s'approcher. Je ne veux pas mouiller sa chambre.
Je lui caresse le visage, elle sera une tres belle jeune femme, tel le bourgeon de la fleur de lotus, sa future beaute transparait deja. Esperons qu'il n'arrivera pas a ternir son eclat a elle aussi. Je la rassure de quelques mots, ell est heureuse de me revoir, je lis l'espoir dans ses yeux, et ca me fait mal par avance. Je sais que nos chemins se recroiseront un jour, je sais que tout ira bien dans le futur, mais je sais aussi que ce n'est pas le cas actuellement. Il lui en fait baver, et ce n'est pas fini. Comment lui expliquer que je ne peux pas rester, ni meme l'emmener avec moi. Comment lui expliquer qu'un vieux sage m'a bien mis en garde. D'autres combats je devrai livrer avant qu'on ne se retrouve, et je ne peux l'emmener voir ces creatures malefiques. La tristesse et ensuite la rage vont poindre. Je dois partir, je lui explique brievement, evitant de croiser ses yeux, je pose un doigt sur ses levres, remets mon chapeau et ferme la porte. C'est dur.
Je recupere mon baluchon et vois une lumiere transparaitre dans le couloir de la maison, surement mon pere.. ai-je encore un pere? Je m'eloigne rapidement, me fondant dans les broullards de la pluie battante.

Je savais bien que je connaissais ce visage. je lui souris, et d'un air goguenard, je lance un explosif <<Bonjour petite soeur>>
L'incredulite passe sur les visages tandis que celui de ma petite soeur, Ciu Mei Lin, reste impassible. Un petit sourire point a l'angle de sa jolie bouche, tel le discret furet qui pointe le bout de son museau hors du taillis. Il est temps de faire les presentations.
A mon grand ravissement, elle commande une nouvelle tournee, il faut dire que la bouteille s'etait bien videe, de vrai soiffard ces jeunes...
Elle est differente, pour sur. Je lis maturite, assurance, un rien d'insolence aussi. Aucun mot ne viens sur notre passe. Cela n'a pas sa place ici pour l'instant. La conversation tourne autour de notre blesse et des nouvelles de la ville en general.
Cela tombe bien, elle a pris une chambre ici et demande au patron de m'en trouver une aussi. je decline l'invitation, mais fini par accepter une meilleure place en chambre multiple.Ca m'evitera au moins les puces. Satanees puces, pressantes compagnes dont il est difficile de se defaire.
Les verres tournent, et bien que les autres me croient deja ivre, je commence seulement a me sentir aussi guilleret qu'autrefois.

Le voila, je le sens, c'est comme si le reste n'avait plus d'importance. Il me felicite, c'est bien. D'apres lui je suis maintenant au bon endroit. Il fait froid. Il me dit que bientot ils seront la. je le questionne bien sur ! qui ca ils ? qui va venir ? Mais deja l'odeur de parfum revient, je vois bien son air qui se beatifie, je ne tirerai plus rien de lui, il faut que j'arrive a le faire parler avant que quelque chose ne l'y fasse penser, Elle dont il essaie de me faire partager son ravissement. Des lors, il n'est plus capable que de l'adorer comme un fou.
Je me reveille, il fait tres froid, je grelotte. Quand j'ouvre la bouche, de la buee sort. Wang s'est penche sur moi, me croyant ivre a tomber. C'est surement ce qu'il a cru en me voyant me figer si longtemps. Je tente d'articuler, mais c'est peine perdu, j'ai l'impression d'etre un vrai glacon.
Je ne peux pas toujours revenir facilement a la realite et mes premiers mots sont : Ils faut se depecher, ils seront bientot la !
Mes compagnons sont un peu inquiets et precipitament sortent voir dehors qui peu bien declencher mes avertissements. J'essaye de les convaincre que ce n'est pas la maintenant, mais bientot, qu'ils peuvent revenir boire dedans. Peine perdue, l'ambiance est aussi froide que ma vision. Bah, ca ira mieux demain.
Je finis par rejoindre ma soeur dans sa chambre pour eviter des oreilles indiscretes. A elle je peux parler sans crainte. Elle ne prendra pas pour un fou.

Demain ca ira mieux.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:32

Ca y est j'ai enfin atteri, et ce fut difficile. C'est le moment le plus delicat de la journee, se reveiller au petit matin avec une tete comme un potiron sur lequel se seraient venges tous les enfants durant la nuit du nouvel an.
Une chose me reviens, <<bientot ils seront la>>. Pffft, sont malins ces esprits, on dirait qu'ils se font un malin plaisir a tourmenter de pauvres ames avec des enygmes a ne plus savoir qu'en faire ! Y peuvent pas etre clair, concis, precis, ca me changerait pour une fois. Bebete, a qui tu te plains la, ils ne sont plus de ce monde et n'ont pas trouve la tranquilite. Toi tu es vivant, allez avance tete de mule, bouges ta carcasse.
C'est qui d'abord ils ? Je me souviens que toute la ville est en emoi, j'ai entendu des gardes parler du grand historien royal qui honorerait Nao de sa venue. Ce serait eux ?
Encore une fois, maintes directions, et pas moyen de choisir. Allons, c'est pas avec cette humeur massacrante que ca va s'ameliorer. endosse le masque de bonne humeur, ca fera au moins plaisir aux autres et peut-etre que ce foutu mal au crane passera tout seul.
Je sors et croise ma soeur dans le couloir. Tiens donc, coincidence surement, elle veut m'accompagner a l'ecole d'arts martiaux. Grand bien lui fasse, un peu d'aide ne me sera pas superflue. Un grand sourire et le tour est joue, elle m'emboite le pas.

Une bonne surprise nous attends, la joli Yii est tres contente de nous voir. Elle est excitee comme une puce sur un chien et ne peut se retenir de nous annoncer que le jeune homme est enfin reveille. Bien allons voir, je serais curieux de savoir ce qui a bien pu lui arriver.
Il est en grande discussion avec Main Gauche ainsi que les eleves deja presents. Un coup d'oeil et un hochement de tete du shifu nous invitent a entrer. Des presentations s'imposent. Ciu Mei Lin adresse un charmant sourire a tout le monde. je vois des yeux qui brillent. En retour, Main Gauche nous presente <<jeune tigre>> a defaut d'un nom plus parlant. Il semblerait que notre jeune homme ait une surprise de taille, il ne se souvient de rien ! Meme pas de son nom ! C'est visiblement deja un heureux hasard deja qu'il sache encore parler !
Main Gauche nous explique qu'ils ont deja procedes a quelques tests. Il dispose de tout un tas de souvenirs contextuels, il suffit de lui mettre une arme en main pour vite s'appercevoir qu'il sait la manier et tres correctement meme. Par contre, il lui semble impossible de se rappeler quoi que ce soit des evenements de son passe. Et meme quand on evoque un possible combat, une chute ou autre, cela ne provoque rien si ce n'est une curiosite certaine. Peut-etre que le mener sur place changera les choses.
le medecin revient changer le pansement. La plaie est propre et en voit de guerison, quant a son esprit, du repos et le temps devraient faire l'affaire. Peut-etre qu'en le stimulant, son passe arrivera a faire surface tel le bouchon emporte par le vorace poisson qui le laisse tout depourvu d'appat sans s'y laisser prendre.
Il a l'air en forme en tout cas, vu d'ou il revient. Une fois le medecin parti, <<jeune tigre>> nous convainct de le conduire la ou tout a commence afin de l'aider a retrouver ce passe perdu qui le turlupine.

Sur place, Anguille habile lui decrit la scene et lui montre d'ou il a chu. Il essaye de se concentrer, mais visiblement sans le succes escompte. Je fais le tour de la ravine pendant que Wang et ma soeur s'amusent a faire montre de qui montera le plus vite par le chemin escarpe. On dirait deux jeunes...
Une fois en haut, je lui montre les traces encore visibles du combat ainsi que le fourre ou j'ai retrouve son arc. Ils fouillent tout avec cisconspection, mais rien d'autre que des bouts de branches cassees attestant du passage brutal de quelques hommes aisni que du combat qui s'en suivi. En desespoir de cause, je lui parle enfin de mes sensations, des ombres noires. Il me regarde bizzarement. Il doit me prendre pour un fou, j'en suis sur... enfin, pas sur, souvent mon epee en bois de saule parle pour moi et fait passer bien des couleuvres.
Il hesite puis me demande si je peux lui faire revivre la scene. Courageux finalement, en tout cas, volontaire. Peut-etre le serait-il moins s'il devait affronter ceci en permanence. Chacun sa peine. L'avantage, c'est que la seconde fois est moins penible, enfin pour moi au moins. Je m'asseye, me calme, pose mes mains au sol et tente de ressentir toute la vie autour de moi. C'est comme cela que ca vient le plus clairement. Sentir le Yin, c'est avant tout trouver l'erreur dans le Yang. La vie s'ecoule en moi, le bruit des oiseaux, les arbres et feuillages autour. Ici, il est la, le flou noir qui transpire a travers le paysage. Je demande a jeune tigre de s'assoir calmement et de poser sa main sur mon epaule, touchant mon cou a nu. Je tente de retenir l'arrivee de la sensation pour qu'il ne manque pas le spectacle, c'est assez fatiguant pour ne pas avoir envie de le refaire. Je sens sa presence la, juste a cote, inquisiteur, un peu effraye. Je ne sais trop comment faire, j'ouvre simplement mon esprit comme s'il n'y avait plus de barriere. le flou sombre s'aggrandit et les 3 formes noires apparaissent a nouveau. La scene se rejoue, impassible, comme une piece de theatre sordide. Sa main me lache enfin, c'est fini. Cet homme est etrange, il n'a pas bronche, il ne comprend pas vraiment, je le lis dans son regard, c'est comme si ca n'etait pas lui qui avait failli penetrer dans le monde du grand Yin. Il est maintenant au courant de la menace qui pese sur son existence. Pourtant rien ne ressort, pas meme un souvenir lointain. Le temps, mon ami, le temps...

Il nous faut revenir a l'ecole avant qu'il ne soit trop fatigue. Yii nous attend pres d'une table mise. Cette fois, le mal eleve Tong a pris la peine d'etre a l'heure, mais son attitude n'a pas changee. Main gauche arrive et s'assied. Durant le repas, il annonce souhaiter nous evaluer au sein de l'ecole par un petit tournoi d'entrainement. Bof, si ca lui fait plaisir. les autres ont l'air enthousiaste, pourquoi pas, ca detendra l'atmosphere. Tong a visiblement plus important a faire que de gaspiller son temps a s'entrainer avec de vulgaires vauriens, lui maitrisant deja tous les arcanes necessaire pour reprendre l'ecole quand son heure viendra. Il sort de table precipitament pour s'eloigner vers la ville. Decidement, il m'a l'air d'un sacre bonhomme, sentiment confirme par le hochement attriste de Main Gauche qu'il n'a pu reprimer completement. Le tournoi n'aura lieu qu'apres une bonne sieste, c'est deja ca, mon estomac n'apprecie que peu d'etre derange en plein effort.
Tant mieux. J'en profite pour les laisser la a discuter et me faufile dans la cour a la recherche d'en endroit tranquille. Peine perdue, trop de monde ici et il est fragile mon mirroir. J'avise enfin un coin du toit que je peux escalader. Je dispose alors la mon mirroir en plein soleil, a cote de mon epee en saule, m'assied en tailleur et la main sur le manche du mirroir, je me fond en lui pour absorber les rayons bienfaisants du soleil. C'est un de mes moments preferes, ceux ou les rayons chauds rechauffent mon ame. Bien, il lui faudra du temps pour se regenerer. soudain quelques pas derriere moi. Wang a du me voir grimper. La curiosite, ah la curiosite. il m'observe, je ne bouge pas, essayant en vain de garder ma concentration. Il fait le tour et fait mine d'attraper le mirroir. la mise en garde fuse. Il ne faut point le deranger ! Pourquoi ? en voila une question, est-ce que je lui demande comment il fait pour virvolter sur ces creatures etranges qu'on nomme cheval ? Parce que c'est important qu'il reste la, en plein soleil !
Et voila, ca a aussi attire l'attention de Main Gauche qui me fait comprendre que son toit n'est pas une cour de recreation. Bon, puisque ma concentration ets rompue, autant redescendre. je laisse le mirroir la. Ce sera toujours ca de fait.
Nous voila donc tous assembles dans la salle de combat, une belle salle entouree de rateliers couverts d'armes d'entrainements diverses et variees. Le pan de mur coulissable qui donne sur la cour interieure est ouvert au splendide soleil nous eclairant en ce bel apres-midi. Main Gauche nous reparti en couples d'adversaires. Il se reserve jeune-tigre afin de mieux evaluer son niveau. Peut-etre decouvrira-t'il quelques secrets sur son passe. En tout cas, me voila a nouveau en face de ma petite soeur, les voies du destin sont impenetrables. Je me mefie de ses sourires et de son air de "je ne suis qu'une faible jeune femme, je ne peux etre dangereuse". Le gong sonne, ca commence vite. Wang et Anguille habile semblent etre de vieux habitues, wang commencant par de suite se mettre a distance de la masse d'Anguille habile. Une serie de petits pas rapides, une pirouette et le voila perche dehors sur la barriere. Cela a, semble-t'il le don d'enerver Anguille habile qui se rue a sa poursuite et assene un puissant coup au sol pres de la barriere. Un bruit de detonation retenti tandis que des eclats de pierre s'egayent dans les airs. La barriere tremble mais ne romp pas. Surprenante cette facon de canaliser son agressivite. Pendant ce temps, Main Gauche laisse la politesse a son invite. Rapide et ruse, jeune tigre feinte une attaque, contourne en trombe Main Gauche, se place derriere lui, son arme semble scintiller et disparait a mes yeux. Rapide comme un eclair, elle fonce vers le flanc gauche de Main Gauche. Un petit sourire en coin, un eclair de lame, un bruit d'acier arrete net la lame de jeune tigre juste au bon endroit. Pfiout, c'est du haut niveau la, commencent fort ces deux -la! Pendant ce temps, Ciu May Lin en profite, sort un eventail, le deploie dans sa main. A ma grande surprise, de tres fines pointes tranchantes brillent un instant a la lueur du soleil. Soudain, d'un mouvement a la fois gracieux, rapide et precis, son eventail decrit un demi-cercle vers ma ceinture de pantalon qu'elle coupe avec une dexterite etonnant. J'ai pas tout compris, mais il est clair qu'elle est plus rapide que le faucon. Mon epee en bois la rate d'un bon metre, pas trop eu le temps de m'entrainer ces temps-ci, va me falloir de la chance pour m'en tirer a bon compte ! Au moment ou, rattrapant mon pantalon histoire de garder un semblant de tenue, la voila qui revient a la charge. Elle plonge vers mes chaussures, vrille et tente d'attaper les jambes de mon pantalon. Heureusement, je sens mon amie la chance pas tres loin, un vent d'energie souffle en moi et fait flotter le tissu de mon pantalon, l'empechant de s'en saisir. Desequilibree, la voila, par terre de l'autre cote de la piece. Je rattache rapidement la corde qui me sert de ceinture.

De l'autre cote, Main Gauche deploie des tresors d'habiletes pour dejouer les attaques de jeune tigre. Wang quand a lui, continue de narguer Anguille habile en se promenant le long de la barriere tout en esquivant les coups. Soudain, aussi rapide que la foudre, il se retourne et ascene un coup qui fend l'air. Anguille habile semble soudainement devenir legerement flou, esquivant les coups bien mieux que sa stature ne pourrait le laisser croire. Je n'aimerai pas avoir a les affronter moi, de toute facon je n'aime affronter personne, et pourtant...
Main gauche, qui semblait contenir jeune tigre a coup d'elegants arcs scintillants de son magnifique Jian ,se retrouve tout a coup au tapis. J'ai eu a peine le temps de l'appercevoir, mais une habile manoeuvre lui a permis de passer la garde de fer du shifu et de l'envoyer promener avec une force redoutable. Main Gauche un peu sonne, sort un sifflet et stoppe nos elans d'un bref sifflement strident. Je ne sais comment il a pu nous observer tout en evitant les assauts de Jeune Tigre, mais cela semble lui suffire.

Nous finissons en cuisine ou le the nous est servi. Gentiment, Yii a pense a mettre un petit verre a cote de la tasse. Ca fait du bien apres toutes ses emotions. Le plaisir ne dure guere. Main Gauche me demande d'aider notre petite assemblee a mediter afin de recouvrir nos forces. Apres de durs efforts, je me rends bien compte que certain sont trop dissipes pour que cela ne serve, au moins la voie leur est donnee. Mais il se fait tard, le chemin de l'auberge nous attends.

Notre reunion improvisee a la table d'une auberge quelques temps apres ne me surprend guere en fait. Wang et anguile habile semblent en fait tres presses de quitter Nao, n'y etant pas en odeur de saintete. Quand a moi, pour l'instant, j'ai un serieux probleme avec cet esprit qui me trouble. Qui est-il ? pourquoi est-il encore ici-bas ? Il n'a pas l'air accariatre et dangereux comme tant d'autres. Il a juste semble-t'il un coeur trop gros pour lacher sa belle. Mais que craint-il alors ? Et puis... tiens le voila, cette fois il est plus inquiet, il semble douter que je ne l'aide vraiment, c'est toujours difficile de trouver les mots pour rassurer un esprit sans l'effrayer plus qu'il ne l'est deja. Faut bein dire qu'ils ne reagissent pas toujours tres bien au fait de comprendre qu'ils ne sont plus. Pour la plupart ca les enerve. Il me parle de le proteger, de les empecher de les prendre. Mais quoi bon sang ? Allez gardes ton sang-froid, ca ne servira a rien. Il s'approche dangereusement de son sujet favori, Elle. Je vais le perdre. Je tente le tout pour le tout. Je fonce esprit baisse, qui est-elle ? La reponse fuse comme toujours, non je ne la vois pas, mais il fait tous ses efforts pour que cela arrive. Son parfum ennivrant m'arrive par bouffees, une sensation de joie, de plenitude, de veneration. Soudain, une image me parvient : on dirait du jade, je n'en distingue pas les bords, mais au centre du bloc est gravee l'image d'une fabuleusement belle jeune femme. Tout s'efface, le lien s'effiloche, et la realite reprend le dessus. Pour le coup je l'ai la le sang froid, brrrr...
Mais j'ai un peu progresse aujourd'hui. Il est temps que la journee finisse, viens ici petite bouteille.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:33

Encore un jour ou se lever est un exploit. Stop, secoues plus, j'arrive! C'est ma soeur ca, elle faisait de meme pour m'eviter la bastonnade de mon pere si j'oubliais de me lever a temps. Ca va, ca va, secoues plus, j'me leve. J'enfile ma tenue, boucles ma ceinture avec son bric-a-brac, tente d'oublier que ma sacoche est accrochee a l'unique tabouret et me retrouve en tas par terre au premier pas en avant. Deux occupants de la chambre grognent. je me releve, ecartes les cheveux de devant mes yeux, pousse le tabouret et sort de la chambre en essayant de limiter les couinements de la porte au strict necessaire. Un lacet de cuir pour tenir mes cheveux en couette, ca suffira bien pour aujourd'hui.
En bas, dans la salle commune, le bouillon sur la table me revulse. Discretement, je verse une lampee de ma flasque dedans et l'avale ainsi. Ciu Mei Lin est joyeuse aujourd'hui, et elle commence deja a m'exposer tous les plans qu'elle a pour Yii, la trouvant trop effacee et discrete pour avoir une chance de plaire a Wang. Elle m'apprend que c'est jour de marche, et qu'elle compte bien en profiter pour faire avancer ses plans. Et bien sur, elle a besoin de moi, car ca ne se fait pas que deux jeunes femmes sortent ainsi toutes seules batifoler au marche. Pour ce que ca change que je sois la... Elle me fustige et me fait bien sentir a son ton qu'il n'est meme pas la peine d'envisager une seule seconde que je puisse y couper. Bien. Autant s'en faire raison et en profiter pleinement !
Arrivant a l'ecole d'arts martiaux, nous trouvons Yii affairee a atteler un cheval au chariot de l'ecole. Elle est tout sourire et nous accueille chaleureusement. Nous redescendons tranquillement vers Nao et son marche, au pas lanscinant de la bestiole, berces par les fou-rires de Yii que declenche ma soeur. Bien sur qu'elle est belle et entrainante, mais est-ce reellement un bon exemple pour Yii ? Ne va-t'elle pas y perdre toute sa fraicheur et ce qui fait son charme ? Mais je n'ose intervenir et me tasse dans un recoin du chariot. Le marche est immense, rien a voir avec les touts petits marches de village. Il y a de tout ici, des victuailles aux bestiaux, en passant par le bric-a-brac le plus invraisemblable qu'on puisse trouver. Ciu Mai Lin attrape son sac et commence a tirer Yii deci-dela, au gre de ses envies qui ont une furieuse tendance a se concentrer sur l'attirail complet d'un geisha, a commencer par des vetements fins, des peignes et autres breloques brillantes, du maquillage. Je ne suis pas sur que Yii ait vraiment l'habitude de ramener ceci du marche, mais elle semble toute contente, a tel point que ma presence tant desirable quelques minutes auparavent semble maintenant totalement superflue, voir meme derangeante. Bien, bien, ca m'arrange tiens, il y a quelques fournitures qui finissent a me manquer et voici un joli etalage d'encens, quelques statuettes, chose rare des feuilles pour caligraphier, un tres joli ensemble de delicats pinceaux... hors de prix. Quelques menus achats plus loin et quelques pieces en moins, j'appercois entre deux etals un jeune femme un peu curieuse. Elle pourait etre jolie si ce n'est qu'elle est habillee...pffft... comme moi. J'ai un peu honte sur le coup, mais elle est robuste ma tunique et elle a maintes fois voyagee, travers le Zhao en on et en large. Ce qui m'interresse le plus, c'est la serie de petits batons qu'elle jette par terre , sous l'oeil attentif et inquiet d'un riche marchand agenouille au devant. Je surveille sa facon de faire et ses gestes delicats plus ainsi que les paroles qu'elles prononce. Ahhh destinee, tes mysteres font joie et malheur aussi facilement que quelques bouts de bois jetes en travers du chemin. Je m'approche un peu et laisse partir le grassouillet marchand qui n'avait qu'une seule idee en tete, ses affaires serait-elles bonnes ce jour ? je ne pouvais m'empecher de penser que, s'il comptait acheter des chevaux a Anguille Habile, certes, il ne serait aps decu, mais ca ne serait pas donne. Soudainement, alors que j'etais perdu par mes pensees, elle s'adresse a moi et m'invite a prendre place. Je suis surpris et confus, je ne pensais pas m'etre autant fait remarquer et je n'avais aucunement l'intention de faire appel a ses dons, jsute observer son art. Elle insiste avec un joli sourire et je me sens oblige de me laisser convaincre. Toutefois, avant qu'elle ne commence, je lui demande avec un faux air de naivete si elle voudrait bien m'expliquer en detail comment elle procede, voulant moi aussi apprendre les arts de la divination. Et vi, elle n'est pas la seule a savoir utiliser un sourire charmeur pour arriver a ses fins. Elle m laisse impregner de mes mains les batonnets en bois, les recupere et le lance entre nous sur le sol. les differents symboles graves dessus decrivent tout la'venir qui m'est attribue. Tout l'art reside dans l'interpretation de ces quelques symboles au travers de la destinee de la personne. Elle m'explqieu lentement comment elle decrypte et associe les signes tout en me donnant une traduction etonnament pertinente de ma destinee. Un avenir tumultueux ou danger et chance se melent, peut-etre la gloire, peut-etre la mort, un esprit peut me guider, il me faut l'ecouter... je la remercie et lui fait promettre de recommencer d'ici peu. je lui laisse le double de son tarif, ce qu'elle s'empresse de me faire remarquer. Je lui fait en grand sourire et lui fait remarquer que ce n'est rien en comparaison de ce qu'elle m'apporte. Elle rougit et cela embaume mon coeur.
Quelques pas plus loin, je trouve jeune tigre occupe a scruter un invraisemblable fourbi contenant tant Jian, gongshu que pelles et rateaux. Ciu Mey Lin et Yii arrivent aussi tout fou rire. Elles lancent un joyeux bonjour a Wang et Anguille Habille qui s'approchent dans mon dos. Ils font, parait-il un petit tour du marche des fois qu'ils trouveraient la perle rare ! Mais elle est la Wang, ne puis-je m'empecher de penser en voyant Yii, mais tu ne la vois meme pas. Soudainement, une voie forte et goguenarde fend l'air en notre direction. Tong, entoure de quelques amis a decide qu'il etait temps de montrer a Wang qui est le maitre ici. Un peu surpris, ses huit copains s'approchent d'un air menacant. De suite mes instincts prennent le dessus, la jambe droite maladroite, le pas chancelant, je passe entre les bonhommes et les genes a grand renfort de hips et de pardon. Les premiers, genes, s'ecartent et me laissent m'interposer au milieu. Ca s'echauffe vite, mais pas au point de frapper sur un ivrogne de passage. Les deux premiers se precipitent vers Wang qui recule promptement, saute avec une agilite phenomenale sur l'etalage d'un marchand de legumes sans en deplacer un seul et finit en haut du muret derriere l'etalage, ses poursuivants ne manquant pas de s'etaler au milieu des pasteques et tomates, sous le regard courrouce du marchand. Deux se precipitent aussi sur jeune tigre qui fait tomber une ensemble eteroclite de pelles et rateaux au milieu de leur course, provoquant une chute non moins douloureuse. Deux autres s'approchent d'un etal, s'emparent de statuettes diverses et les lancent vers Anguille habile. preferant eviter des problemes, celui-ci fait oeuvre d'un dexterite sans pareille pour les rattraper et les deposer intactes un peu plus loin. Les deux derniers sont en face de moi et ils ne vont pas s'en tirer comme cela. D'une attitude chaloupee, je me mets en une vague garde de boxe incertaine devant le premier baragouinant quelque chose d'incomprehensiblement avine, ignorant royalement son compere. Parfais, ils me regardent faire mon manege. Aussi imprevisible, je balance rapidement une droite croisee au deuxieme qui ne s'etait pas mefie et PAF, en voila un d'equerre pour le compte. Celui qui est en face n'en revient pas et essaye tant bien que mal de me coller un baffe qui, a son extreme stupeur passe bien a cote de ma tete. Je vois Ciu Mei Lin pousser Yii loin de la bagarre, tant mieux, ca m'arrange, je ne voudrais pas qu'elle soit blessee par notre faute.. Pendant ce temps jeune tigre fait joujou avec ses deux joyeux assaillants, prenant un malin plaisir a les renvoyer a terre des qu'ils font mine de se relever. Wang appercoit Tong qui commence a se defiler, ne sentant pas la situation evoluer dans le sens espere, et fait mine de le poursuivre. Anguille habile continue de sauver les statuettes qui volent dans les airs, et decide de sacrifier un vase pour assomer un des assaillants. Des sifflets retentissent, des vociferations au milieu de la foule. Nos lascars, incomprehensiblement se carapatent a toute vitesse, nous laissant seuls au milieu de la rue. La garde deboule seance tenante et nous entoure de toute part. Nos explications vehementes ne semblent pas les interresser et nous voila vite fait bien fait ligotes et en route pour les geoles de la prison. Je comprends pourquoi ils n'ont pas demande leurs restes ! En tout cas, ca promet une bone journee...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:33

Les geoles... contraste soudain avec la rue. Ici les seules choses qui grouillent, ce sont les rats. Etonnant ca ! Plus les villes sont grandes, plus leurs geoles grouillent de rat. Dans les petits villages de campagne, pas question qu'un rat traine bien longtemps, trop dangereux avec les recoltes. En ville, ca ne semble pas les deranger. Je me demande parfois qui sont les plus civilises.
On risque de croupir ici un certain temps. Wang et Anguille habile sont nerveux. L'un deux finit par lacher avec fatalisme que la, c'est sur, sa famille en entendra parler... Pfft ce sont des jeunes, les geoles ca me connait. Le plus dur c'est de s'y reveiller face contre terre sans aucun souvenir de la maniere dont on a aboutit la, pour enfin decouvrir que, du garde au magistrat tout le monde s'ingenie a crier autour de toi, te pretant je ne sais quelles intentions malveillantes qui feraient meme rougir un demon. De toute facon, au pire ils jouent les importants et on s'en sort avec quelques coups de batons. ca fait mal, mais ca tanne le cuir. La on est bien loti, personne nous crie dessus, on est tranquille. Bon d'accord, on a ete un peu bouscule sur le trajet jusqu'ici, mais ce sont des gardes, faut bien qu'ils montrent qu'ils ont matte l'emeute, qu'ils sont les grands gagnants. Tout ceci n'est que paraitre en fait. Meme la justice souvent. Patience...
Soudain, une clef tourne a notre grille. Quatres gardes dont les muscles transpirent l'ingeniosite sont la au cas ou. Il est vrai qu'on a pas resiste, sinon ils seraient au moins douze ! Ca ne semble absolument pas les rassurer pour autant, et vu leur mine renfrognee, j'ai interet a pas trop l'ouvrir en ce moment. Le magistrat Ting Sen Lao veut nous voir illico. Tant mieux. C'est un bon presage ca. Quelques couloirs, une antichambre puis son bureau. Le marchand aux statuettes est deja present et discute a voix basse avec le magistrat. Merci Anguile habile, il aura trouve assez de courage pour venir parler pour nous lui au moins. le magistrat est ennuye. Certes, bientot arrivera la delegation de Lao li, l'historien royal, et il a d'autres chats a fouetter que de s'occuper de jeunes irresponsables et bagarreurs. Il nous sermonne mais l'intervention du marchand nous evite le pire, nous enjoignant de nous faire tres discrets, ne serait-ce que pour ne pas faire rougir de honte les ancetres de Main Gauche, notre protecteur. Air penaud de rigueur, c'est notre jour de chance. nous sommes reconduits dehors moins d'une heure apres avoir ete jete en cellule. C'est un record ! et sans meme un coup de baton !
Sur le chemin de l'ecole, nous croisons des eleves qui s'en retrounent chez eux, la mine deconfite. Ils avouent avoir attendus longtemps le Shifu mais il ne s'est point montre ce matin. Etrange. Nous forcons un peu l'allure. Effectivement, une surprise de taille nous attends. On a cambriole l'ecole ! Ciu Mei Lin, rentree depuis peu, vient juste de s'en appercevoir. Suivi de Yii, visiblement intriguee, nous la suivont jusqu'au bureau de Main Gauche. Effectivement, le coffret aux manuscrits d'arts martiaux de main gauche git de guingois sur son etagere, la serrure distordue. C'est etrange, car rien d'autre n'a bouge, donc la personne savait exactement ce qu'elle cherchait. Yii a l'air perplexe, elle nous montre aussi que la clef du precieux coffret se trouvait non loin de la sous un pot de fleurs. Louche ceci. Soudain, des eclats de voix dans la cour, la voix de Tong criarde et en colere retentit, nous accusant, nous tous, ces invites charitablement accueillis d'avoir profite de la confiance de son pere pour derober les si precieux manuscrits qui doivent lui revenir de droit a lui, le digne heritier de l'ecole, qu'il faut poursuivre de suite ces ignobles personnages. Un echange de coup d'oeil suffit avec Ciu Mei Lin, elle va rester la pour veiller sur Yii et nos interets, pendant que nous disparaissont bien vite pour ne pas envenimer la situation, l'un par la fenetre puis la cour arriere, les autres par dessus le mur qui jouxte la foret de bambous. Lorsque l'enqueteur, un jeune lieutenant mandate par le magistrat du tribunal Ting Sen Liao, qui j'en suis sur, aurait ete content de nous revoir si vite revenir remplir ses geoles, entre dans l'ecole, Ciu Mei Lin l'accueille d'un de ses sourires charmeurs tout en maintenant un calme olympien. le pauvre, je le plaint, personne ne lui resiste bien longtemps. Avant de nous eloigner vers le calme, j'ai le temps d'entendre le lieutenant faire taire Tong d'un ton autoritaire pour ecouter Ciu Mei Lin lui conter sa version ainsi que d'approuver a grand renforts d'excuses et de promesses. Un sourire aujour'dhui sur mes levres. Sacree Ciu Mei Lin...
La disparition de Main Gauche nous surprend enormement. Revenant vers la ville, un petit vieux nous apprend qu'il a vu Main Gauche ce matin se diriger vers la demeure de Gao Dao, commandant de la garnison de Nao. Anguille Habile decide d'aller se renseigner chez les gardes, tandis que jeune tigre et Wang demandent audience a Gao Dao. Cela m'etonnerai fort qu'avec le cortege qui devrait arriver d'ici peu, il ait du temps libre pour discuter. Etonnament, lors de leur sortie, deconfits, dans la rue, une jeune servante hele discretement Wang. Elle lui glisse quelques mots a l'oreille avec une sorte d'esperance sur le visage, auquel il repond d'un sourire enjoleur de joli coeur. Main gauche est passe ce matin discuter quelques minutes avec Gao Dao puis s'en est alle d'un air soucieux. Anguille habile nous rejoint aussi, nous apprenant que Main Gauche est ensuite retourne vers l'ecole toujours d'un air preoccupe. Encore plus etrange vu que nous ne l'avons ni croise ni vu. Enleve? tue? Main Gauche n'est pas un adversaire facile, et point de trace de lutte ni dans la maison, ni sur les bas cotes de la route. Etrange.
Mais deja la foule commence a envahir les rues. Le cortege doit approcher. Nous nous melangeons tous a la foule pour suivre l'arrivee en grande pompes de ce fameux Lao Li, historien royal, et nous ne sommes pas decus. La commanderie entiere de nao fait parade, uniformes propres et armures astiquees. Un enorme palanquin suivi de la garde royale progresse lentement, entoures de la garde d'elite a cheval. dans le palanquin, Un vieil homme chauve et rondouillard souris d'un air las en agitant le bras a la foule enthousiaste. des petales pleuvent et des feux d'artifices font rouler le tonnere sur la rue. En face de Lao Li, Gao Dao bombe le torse. En arriere plan, un troisieme personnage plus sombre mais tres bien arme lui, semble se fondre dans les tenturres. je le fixe intensement, pressentant la un personnage puissament dangereux. un geste vers son Jian, son poignet se decouvre, revelant tres brievement... le meme ideogramme que Main Gauche ! la fete me semble plus distante un moment. Qui est-ce. Un autre personnage important attire maintenant mon regard, il parade derriere le palanquin a la tete de l'escorte de Lao Li, surement le commandant de la garde royale, le fameux bec Rouge dont on parlait tant a la taverne. Il a un air avenant et fier, un petit sourire ruse sur la levre. Je sens bien que nous allons bientot le recroiser celui-ci. Le defile continu et je recule m'acheter une friandise. J'en ais assez vu pour ce soir. Je retrouverai les autres a la taverne.
Quelques verres plus tard, j'ecoutes les divagations de chacun sur tous les evenements de la journee. Que de questions sans reponses ! Tous sont en verve, mais aucun indice pour nous guider mieux. une seule chose nous semble plausible a ce stade, Ce doit etre Tong qui a vole les mansucrits et qui veut en plus nous faire porter le chapeau. J'essaye bien de faire remarquer qu'il doit en heriter, pourquoi les voler alors, ca ne semble pas faire le poids, et meme moi ne suis pas franchement convaincu qu'il n'y soit pour rien... Quelques verres de plus, et me voila a me geler encore une fois dans ce reve maudit. La peur de la proximite inhibe mon esprit visiteur, ce soir il me bassine encore avec les memes histoires et ne se laisse pas interrompre. Ca m'avance beaucoup tout ca, je me doutais bien que "ils approchent" se referrait a Lao Li et son escorte. Ben maintenant j'en suis sur, mais que faire, et que veut-il bien que j'y fasse !
Chance ce soir, tard dans la soiree, l'auberge est envahie par des gardes de l'escorte. Bec rouge en personne s'accoude au bar et se met a siroter tranquilement un verre. Puis il se retourne et lance une annonce a la volee : Demain, un grand chantier de fouilles va s'ouvrir sous les ordres de Lao Li. Beaucoup de maiin d'oeuve sera necessaire. les volontaires devront se presenter demain au petit matin ici meme pour se faire engager. Voila une occasion d'enfin savoir ce qui se trame dans le coin. Demain le lever sera plus dur...
Ah demain, demain...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:34

Ahhhh la méditation, la sérénité du fangshi, tous ces foutus trucs qu'on nous envie. S'ils savaient le temps nécessaire a l'acquérir, je suis pas si sur qu'ils nous envieraient autant. Tiens, le soleil se lève, feignasse ! L'a fait la grasse matinée lui, ça fait déjà une plombe que je tiens mon épée en saule sur mes genoux pour l'imprégner des forces vives du Yang. Maintenant que sa seigneurie astre du jour daigne darder le bout de ses rayons, profitons-en pour emmagasiner son énergie dans mon miroir. Je n'ai que peut de temps ce matin, mais la préparation est nécessaire. Je vais enfin savoir ou se trouve l'endroit que j'ai cherche vainement jusque la, la tombe du rêveur a la demoiselle. Aucun villageois n'a semble se souvenir de quoi que ce soit qui pourrait ressembler a une tombe, des vestiges oublies, rien de spécial dans les environs. C'est bizarre ça quand même, l'historien royal ne se déplace pas pour rien. Pffft...
Bon il est temps maintenant de redevenir sociable. Y me faut pas rater le rendez-vous d'embauche. Les autres y sont déjà, et y'a pas qu'eux. Tu m'étonnes, ils payent bien pour ce chantier. Bec rouge est accoudé au comptoir, sirotant un verre tandis qu'un petite équipe de conscription se charge d'inscrire les volontaires pour travailler au déblaiement sur le chantier. Je me dirige vers Bec Rouge et lui demande si, innocemment, ils n'auraient pas besoin, a tout hasard de recruter les services d'un exorciste, on ne sait jamais ce qu'on peut trouver dans les tombeaux ou en fouillant en des endroits incongrus... on peut parfois réveiller de sombres forces malfaisantes, des esprits sournois. Mais rien n'y fait, il me regarde d'un petit sourire en coin en me montrant la table de conscription. Pffft, vais pas m'abaisser a soulever des pelletées de terre comme un vulgaire mineur. Ma bourse a peu près vide se rappelle soudain a moi et me contraint a me mettre dans la file ou se trouvent déjà Anguille habile, Wang et Jeune tigre. Je n'ai pas revu Ciu Mei Lin, mais je ne me fais pas trop d'illusion, sa curiosité lui fera bien trouver un moyen d'être présente sur place.
Jeune tigre me confirme que Main gauche est toujours absent et l'école momentanément close pour quelques jours. Yii ne semble pas très inquiète. En tout cas, le chantier risque de drastiquement restreindre nos recherches.
Une fois tous les volontaires rassembles, direction le chantier de fouille. Nous rejoignons, près de la sortie de la ville, le palanquin de l'historien royal Lao-Li ainsi que d'une petite troupe de soldats comprenant Bec Rouge ainsi que cet énigmatique et sombre garde du corps Su zuo, surnomme faucon du Zhao d'après les quelques soldats un peu loquaces de l'escorte royale. Tout ce beau monde se met en marche vers les collines avoisinantes et finit par s'arrêter a demi-heure heure de marche près de trois gros tumulus. Bon sang, et personne en ville ne savait que dans le coin y'avait 3 tumulus bizarres ? foutus abrutis ! Si on peut même plus compter sur les gars du coin...
Si tôt arrive, Bec Rouge prend la direction du chantier et ordonne de faire monter une palissade tout le tour des trois tumulus avec les bambous des deux grosses charrettes qui attendent près du chantier. Je sens bien une journée mémorable qui commence. Lao-Li s'adresse a nous, tentant vainement de faire comprendre a la foule l'importance de notre tache, le lien vers l'histoire et... oui oui, je vois très bien, honneur et louanges pour lui ça c'est certain, pour nous autres ça semble plus nébuleux a part quelques pièces en plus dans la bourse. S'ensuit un méli-mélo de bambous traversant des charrettes vers les tumulus. La palissade avance bien, et j'arrive sans trop de mal a ménager ma peine. Soudainement, quelque part près de la foret, derrière un buisson, un chapeau de paille tente de se camoufler. C'est habillement fait, mais ça jure avec le ton des feuillages. Wang semble avoir aussi remarque ceci. le chapeau de paille ne bouge pas d'un poil et il faut un coup d'œil averti pour le repérer. Etrange... C'est ce moment que choisi Ciu Mei Lin pour apparaitre, servante menant le ravitaillement de sa seigneurie Lao-Li. Je n'y crois pas, comment a-t'elle réussi ce coup-là ! La voilà près de palanquin a le servir, le choyer. Je dois avouer que c'est très fort, quel meilleur moyen pour observer ce qui se passe là-bas. En croisant Wang, je lui susurre qu'il me faudrait une diversion de quelques minutes. un sourire en coin, je sens bien que ça le démangeait de changer un peu tout ça. Il se dirige vers la tente de Lao-li et commence a discuter avec bec Rouge. Il semblerait que la palissade soit arrivée pile dans l'axe d'un gros buisson et que personne ne soit d'accord sur la solution a prendre pour passer cet obstacle on ne peut plus gênant. Doit-on le traverser en prenant du retard, doit-on le contourner par dedans au risque d'avoir un fourre qui serve de cache a de potentiels intrus, doit-on l'inclure dedans au risque d'être constamment ennuyés par sa présence a l'intérieur de l'enceinte ? Dilemme dont Wang se fait un plaisir d'en faire un grand débat participatif a toute la garde. Même Lao-li finit pas se laisser prendre au jeu une fois la tête sortie de sa petite tente de campagne, regorgeant de tapis, coussins, boissons et plats divers. Je vois Anguille habile qui s'affaire a creuser frénétiquement sous le buisson, profitant que personne n'y regarde et que le chantier soit momentanément arrêté. Je me précipite de mon cote vers l'entrée du tumulus du centre qui intéresse vivement Lao-Li, m'assied en tailleur a l'entrée et commence a faire le vide en moi. C'est toujours difficile de faire ceci sous pression. Ça prend du temps, mais c'est seulement comme cela qu'on arrive a ressentir les énergies du Yin et du Yang. C'est le Yin qui m'intéresse cette fois, je suis sur qu'il ne doit pas être loin ce fameux esprit qui craint tant l'irruption de Lao-Li. C'est long et diffus, je sens bien un filament qui se dirige dans les profondeurs du tumulus, mais ça reste très mince et ne ressemble en rien au lien que j'arrive a voir certains soirs. Ça semble loin, si loin... ce tumulus semble cacher bien plus qu'un simple caveau !
Ça y est, ils se sont décidés, il vont laisser le buisson dehors, j'ai bien compris qu'Anguille habile s'est ménagé un passage sous la palissade au cas ou nos aurions besoin de revenir plus tard. Mais ce ne sera pas ce soir. Finir la palissade sera déjà un bon pas et nous sommes loin de pouvoir faire quoi que ce soit ce soir de plus qu'observer le tumulus...
Le soleil a déjà bien baisse sur l'horizon quand Bec Rouge siffle la fin du chantier. Le travail reprendra demain matin. Ça va, j'aurais préféré avoir enfin un contact direct avec l'esprit, mais cela semble plus complexe en dessous que ce que je prévoyais. On verra bien demain. Hop, un petit coup d'œil vers les buissons, plus de chapeau de paille. Par contre, beaucoup moins discrets, deux jeunes balourds semblent essayer de quitter les alentours du chantier avec la discrétion d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Ça ce doit être le comité de surveillance Tong, a tous les coups. Par contre, le chapeau de paille... ça mérite plus ample inspection !
Le soir arrive enfin et la journée commence. Ahh un bon petit verre, j'ai une discussion importante a avoir et mon interlocuteur n'est pas facile a trouver ! Hop un ch'tit verre. Les autres discutent abondamment. Main Gauche n'a toujours pas reparu. Et les manuscrits d'arts martiaux non plus ! Ça pour sur, ça sent le Tong, c'est gros comme une maison. Pourtant, quel intérêt aurait-il a les voler puisqu'il en héritera ? Je ne comprend pas trop ses motivations, mais c'est de moins en moins important, hop un ch'tit verre. Et pis pourquoi ils s'embêtent a spéculer sur la disparition de Main Gauche alors qu'on a rien trouve de plus. Hop deux ch'tit verre, on va pas y passer la nuit quand même, pis les autres... y y.. radotent hihihi. Ils font même plus attention a moi. Brrrr y fait froid ici, hips...
Ah t'es la toi, et ben manquait plus que toi pour une ch'tit fete! T'avais raison, y sont venus tout... tout exprès pourrrr toi! Je sais pas qui t'es pour que ce soit si important. mais, maiiiiiis, ca doit surement les titiller profondément de trouver ton tombeau... Ton noom.. thoon nom c'est Souvenirs immémoriaux ! Mon sourire se fige sur place, j'ai comme un frisson. Souvenirs immémoriaux ! LE scribe de... voui v'est bien lui, alors la jeune femme derrière c'est.... pffft chais plus, pas clair.... Mince vite faut attirer son attention ailleurs. pourquoi les craint-il tant ? Les tablettes. Quelles tablettes ? Ah oui, ses souvenirs, mais que sont-elles donc ? Ce nom-la me dis quelque chose ! Par les sept enfers de WangDu, mais quel abruti je fais ! tu m'étonnes qu'ils soient impatient d'y mettre la main dessus ! Il avoue qu'il craint que ces souvenirs ne soient trop importants pour les remettre entre les mains des hommes. Il continue a me mettre en garde, de faire attention a elle. Et déjà le lourd parfum se fait sentir, je sais ce que ça signifie, mais c'est pas mal pour ce soir. Je me retrouve face contre table, cette fois un coussin sous la joue... ça fait moins mal.
Malheureusement, ca ne finit jamais comme on voudrait. La porte battante de la taverne s'est ouverte et sept jeunes malabars suivi de Tong passent la porte. Tong est a moitie ivre et nous invective depuis l'entrée. le silence se fait. Le tavernier nous jeté un regard noir. Je glisse un mot aux autres et commence a tituber un verre moitie plein a la main vers eux. D'une voix avinée un peu forcée, je les traite encore plus vertement que ne le ferait leur mère en les voyant se comporter ainsi. Ça, ça marche a tous les coups. ça calme jamais personne, mais ça a le mérite de focaliser leurs attentions... sur moi. J'en bouscule un, bascule sur la gauche et d'un changement de direction incontrôlé me jette a travers la porte et me retrouve dans la rue avant qu'ils n'aient compris quoi que ce soit. J'ai quand même le temps de faire cinq mètres avant que l'ensemble de leur groupe ne se précipite furieux vers moi dehors. Bon la taverne est sauve, a moi maintenant de me sortir du pétrin, j'espère que les autres vont vite rappliquer ! Près de moi passe un chat noir, hop, je le choppe par le cou, l'a pas l'air content la pauvre bête. Mais le plus proche des poursuivants qui le reçoit en pleine figure, griffes sorties en premières l'est encore moins et se met a courir en zigzaguant et hurlant le chat agrippé en travers du visage. Bon un de moins. Anguille habille se précipite discrètement dans un ruelle sombre adjacente et attire l'attention du dernier sorti. Ciu Mei Lin en attire un tout en sautant sur une poutrelle de soutien d'une tonnelle sortant d'un mur. Son poursuivant, décontenancé, essaye vainement de sauter pour la rejoindre. Jeune Tigre en a attire deux avec lui de l'autre cote de la rue et saute sur un appentis un peu surélevé. Le premier essaie de la rejoindre puis finalement attends son copain pour l'aider a monter. PAF ailleuh, mais ça fait mal ! fatalement, trois encore sur moi, j'ai beau tituber dans tous les sens, j'ai fini par en prendre une. PAF MAIS EUHHH, tiens prend celle-la, tu l'a pas volée ! Une brique surgit de nulle-part et en assomme un tandis que j'allonge le second. Le troisième en profite et m'en recolle une. Même avec l'alcool ça commence a faire mal. jeune tigre a bouscule celui qui montait s'en est servi d'amortisseur pour redescendre, il a pas l'air d'aimer. Anguille habile joue au chat et a la souris. C'est la souris qui gagne le round, d'un joli coup de massue bien place. la brique c'est ma sœur qui nargue son opposant tout en me filant un coup de main apprécié.Wang s'occupe d'assommer le gars au chat qui revenait pas content du tout du tout. Soudainement, Anguille habile tente une audacieux volte aérienne pour surprendre Tong qui, comme d'habitude attend près de la porte sans intervenir le moins du monde. Malheureusement, si bien entamée qu'elle fut, l'élan lui a manqué et il retombe en travers de la porte qui volte a toute volée sur le nez de Tong , l'envoyant bouler par terre un peu sonne. le combat commence a devenir inégal. J'étale le dernier devant moi et me tien le cote. La dernière a touche au foie et je l'ai assez délicat en général. Des corps jonchent le sol, et Anguille habile en a profite pour tirer Tong par le col dehors. Il est temps de régler quelques comptes. Ciu Mei Lin aimerait bien l'attacher tout nu a un poteau en plein milieu de la ville, mais Jeune Tigre fait remarquer que l'honneur du Shifu en serait atteint et celui de Yii aussi. Bah, un petit quart d'heure a le menacer et a le faire trembler de peur marqueront peut-être assez son petit esprit obtu et obnubile pour qu'il cesse de nous importuner. On a autre chose a faire que de s'enquiquiner avec lui, Il a peur, mais ça du mal a rentrer dans son petit cabochon qu'on puisse ne pas s'intéresser du tout aux manuscrits. C'est en vitesse et un peu moins sur de lui qu'il file travers les petites rues sombres de la ville, surement heureux de s'en sortir à si bon compte. Espérons que cela suffira. Demain, nous serons fixes... mais demain est un autre jour. Alors que j'hésite à rejoindre mon lit, Ciu Mei Lin m'invite à discuter dans sa chambre. Mais qu'ai-je fait durant mes réincarnations précédentes pour mériter ce traitement ? Dormir... Une fois la porte fermée, elle me murmure qu'elle a pu voir dépasser de la poche de Lao-Li, durant l'après-midi, une tablette gravée visiblement très ancienne, qu'il s'est empressé de bien ranger au fond de sa poche près de lui quand il s'est aperçu qu'elle était visible. Je lis dans ses yeux l'intensité de l'excitation. J'essaie vaguement de l'en dissuader, Su Zuo doit dormir pas loin, et il n'a pas l'air homme a pardonner a un intrus. Mais quelque part au fond de moi, je suis excité a l'idée de savoir de quoi il retourne. Je sais qu'elle ira cette nuit, tel le fantôme qui arrive et repart sans qu'on ai su comment. Puisse-t'elle égaler le silence du chat en chasse... Moi je vais dormir, la journée de demain sera longue encore.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:34

Ce matin, le coq est tout surpris de me trouver deja la sur son toit. Cela fait deja une heure que j'impregne mon Jian en bois de saule des forces du Yang. Tot ou tard je sens bien que j'en aurai l'utilite, avec beaucoup de chance ce soir, peut-etre demain... Hier au soir, je n'ai pas attendu le retour de ma soeur malgre mon vif interet. Trop de choses en dependent, il me faut dormir un minimum et les rituels d'exorciste demandent beaucoup d'attention pour un pelleteur de chantier qui commence au petit matin. En redescendant du toit a l'aube, je passe par la chambre de Ciu Mei Lin, toque a la porte et suis un peu surpris qu'elle ouvre, visiblement deja prete. Elle me fait entrer, la voix empreinte d'excitation. Elle a reussi a s'introduire au palais et jusque dans la chambre de Lao Li, malgre la surveillance etroite dont il fait preuve, et elle a decouvert deux choses. Dans l'entre-baillement de la porte de la salle d'eau, sur le mur, la lune se refletait dans un magnifique mirroir surement hors d'age, mais difficile de s'en approcher plus sans risquer d'attirer l'attention. De l'autre cote, Lao li ronflait dans son lit, la plaquette qu'elle avait repere dans la journee sous la main. Je sens a sa voix que le defit l'excitait. Elle lui prit la tablette delicatement, plaqua dessus une feuille de parchemin, un fusain et s'en servit pour reproduire rapidement les texte grave sur la planchette. Elle ne sait pas encore les lire les ideogrammes... faudra que je le lui enseigne, ca ne pourra que l'aider, voir lui sauver la vie. En attendant, elle me remet un parchemin gribouille sur lequel on distingue plus ou moins bien l'original, mais vu les circonstances... Elle a prefere le remettre en place pour ne pas eveiller les soupcons et ne pas compromettre le chantier. Il me faudra du temps pour l'etudier et le decrypter, ce soir je men occuperai. Pour l'instant il me faut avaler quelque chose et m'en retourner au rassemblement pour le chantier. Elle me fait un clin d'oeil, se faufille apr la porte de derriere et disparait dans les rues de la ville.
On nous attends de pied ferme ce matin, Jeune tigre nous confirme d'un air desabuse que rien n'a change a l'ecole, toujours pas de Main gauche, rien qui puisse nous eguiller mieux que cela. Bec Rouge est cette fois accompagne du faucon du Zhao, Su Zuo, l'air sombre. Le chantier reprend et cette fois c'est a la pioche et la pelle qu'il nous faut deblayer le tumulus. Encore une fois, toutes les ruses me sont bonnes pour me menager, mais ca devient plus difficile et quelques heures plus tard, me voila tout vermoulu et courbattu, heureux d'atteindre la pause dejeuner. Ciu Mei Lin apparait a nouveau aavec le ravitaillement et sous ses airs innocents de jeune servante, ne rate rien des discussions et bavardages de Lao li, Bec Rouge et Su Zuo. Nous avons atteint maintenant une chouche d'eboulis qui s'entassent devant ce qui semble etre des marches et un passage creuse vers l'interieur du tumulus. Le travail reprend bien trop tot a mon gout, mais bon, ce n'est l'affaire que de quelques jours tout au plus. J'essaie de menager mes mains le plus possibles, je les ai entourrees d'un linge pour eviter d'abimer les ampoules qui se sont formees a quelques endroits deja et qui me brulent au contact direct. Durant la pose dejeuner, ne sachant trop quoi faire, je m'approche de Bec Rouge et lui signale un chapeau de paille a nouveau en surveillance a une centaine de metres du chantier. Il jette un rapide coup d'oeil, esquisse un sourire et reprend sa surveillance du chantier comme si ce bussion portait tout naturellement un chapeu de paille. Le voila auc ourant, a lui de reagir. Durant une pause au milieu de l'apres-midi, alors que Wang, jeune tigre et anguille habile s'etaient regroupes pour <faire une pause>, Su Zuo s'avance d'un air decide, le front haut et le regard glacial. Il les apostrophe d'une voix colerique, ne souffrant aucune constestation, les harcelant de questions sur Main gauche des qu'il eut appris que celui-ci se terrait dans la region. Il semble enerve et n'en decolere pas moins lorsau'il apprend qu'il a disparu peu de temps avant son arrivee. Il est clair maintenant que les deux evenements sont lies. Sous la colere et la haine, il finit par lacher que Deux mains, ce lache, etait eleve du meme maitre que lui, Yu He, mais qu'un funeste soir il l'a vu s'enfuir avec les ecrits d'art martiaux du maitre apres l'avoir tue. Son regard se fait plus violent et j'aurais jure voir une haleine rougeoyante sortir en meme temps qu'il crache son venin longtemps accumule. Il aurait alors combattu Deux mains, mais celui-ci finit par fuir lachement, non sans qu'auparavent Su Zuo lui coupe une main, d'ou son surnom actuel de Main Gauche. Fortement intrigue, je sors discretement un petit flacon dont je devisse le couvercle. A l'interieur, un peu de liquide dans lequel trempe quelques feuiles de saule. J'en sort deux, et me les passe sur les yeux, sous le regard incredule d'un ouvrie passant par la. Puis enfin je rouvre les yeux pour observer la scene sous un autre... angle. Il est la, ce n'est plsu seulement une haleine rougeoyante, mais toute sa haine qui transparait sous forme d'une aura rouge-violette, faisant tresssauter le corps de ce pauvre homme tel une marionnette, ce fantome hideux prisonnier de sa propre haine. Je ne sais qui il est mais si son histoire se tient, si le corps qui se trouve devant nous est bien celui du frere d'arme de Deux mains, cet esprit malade et surpuissant ne peut etre que le maitre lui-meme. Comment un tel maitre a-t'il put tomber aussi bas pour voler la vie de son eleve ? En attendant, cela en fait un tres redoutable adversaire. Je n'ai pas encore les connaissances necessaires pour le renvoyer ou il devrait se trouver, et a ma connaissance, aucun exorciste digne de ce nom ne se trouve dans les environs. Cet esprit malfaisant est un danger, d'autant que son corps est en plus un eleve surement avance de la meme ecole que Main gauche. Impossible de le combattre meme avec ma fidele epee, je n'aurais pas une seule chance... En tout cas, je m'approche des autres et leur conseille a gestes caches de temperer et laisser couler tranquilement qu'il ne s'eloigne, ayant appris tout ce dontil pouvait avoir besoin.
Les doutes m'assaillent. Main gauche semblait pourtant droit et sage. Le passe de chacun lui appartient, mais il fint tres souvent par vous rattraper. S'il est une chose que j'ai appris, c'est que les esprits prisonniers de notre monde le sont de leurs propres folie, et pour cette raison, quand il s'agit de leur folie, ils ne mentent jamais. Main gauche risque d'avoir des problemes et l'empecher ne sera pas aise.
Nous quittons le chantier enfin, fourbus et encore plus de preoccupations en tete. Le chantier a bien avance, et un couloir ainsi qu'un enorme porte apparait maintenant derriere un enorme tas d'eboulis. Je suis fatigue, mais pas au bout de mes peines. La tention me porte encore sur son vent et tel la grue, je poursuit mon chemin indeffectiblement. Un texte important me reste a traduire et ce n'est encore que le debut de la journee !
Ciu Mei Lin m'attends impatiemment dans sa chambre. A mon avis, un de ces jours, ca va faire jaser, et une fois que la poule caquette, point d'autre raison que lui couper la tete pour la faire taire. Cependant, son caquetage poursuit ses ravages meme une fois la tete a bas. J'essaye de me faire discret en entrant chez elle. Elle a vu comme moi l'altercation de Su Zuo et je lui explique en detail ce qu'elle semble a voir deja devine a mes reactions. Faut vraiment que j'apprennes a dissimuler ce genre de choses quand meme, je ferai un pietre comedien. Elle me ressort le bout de papier griffone et je m'attele a la tache. Ce n'est pas chose facile car le griffonage, meme execute avec art traduit difficilement la subtilite des ideogrammes. Mais mes sens sont en alerte. je laisse couler le fleuve de la vie autour de moi, entierement concentre sur les moindres details, suivant les accents du crayon, revelant la courbe du ciseau qui a pu graver cette planchette en son temps, decryptant les moindres indices, porte par chaque coup de crayon qui marque les asperites de la planchette. Je n'ai meme plus besoin de traduire ces ideogrammes tellement ils sont restes impregnes dans ma memoire, mais il me faut les reproduire avant que mon etat change. L'alcool ne fait pas bon menage avec la memoire. Quelles belles perspectives cela promet. Rien que la signature eveille mon interet : Souvenirs immemoriaux. Il parle de ses souvenirs, de son recit, du combat magnifique qui oposa Gong Gong a... ce ne peut etre que NuWha. Ainsi donc j'etais bien loinde la verite ! Ce n'est pas sa bien aimee, enfin si en quelques sortes, mais il sa'git bien la de la deesse Nuwha qui hante ses pensees, comme un amoureux transit. Souvenirs immemoriaux... Si j'avais ose un jour ne serait-ce que retrouver une bribe de ses ecrits. Et moi je discute avec lui tous les soirs, comme si rien de plus banal ne pouvait arriver ! L'exitation de ma soeur me ramene a la realite. J'imagine bien ce qu'elle peut entrevoir aussi ici. Mais je la mets en garde. Rien n'est joue. On ne derange pas impunement un esprit, et celui-ci est vieux et puissant, meme s'il ne me semble pas du tout comparable a <Su Zuo>. Pas de trace en lui de haine, je ne saisi pas non plus tres bien ce qui a pu le tenir enchaine en ces lieux si ce n'est cette obsession constante que quelqu'un puisse lui voler ses souvenirs.
Ce soir, Jeune tigre et les autres se font attendre, j'en profites pour prendre un peu d'avance sur la bouteille devant moi. J'y prete tres attention a celle-ci, c'est moi qu'ai du la payer celle-ci, alors pas touche. Ah enfin les voila. Ils tirent grise mine, allons bon, qu'a-t'il bien pu arriver ? Pas besoin de les pousser aux confidences cette fois. En revenant du chantier, Jeune tigre a decouvert Tong assome dans la cuisine et Yii a disparu. Eh bien ca en fait des nouvelles ca ! Un jeune enqueteur depeche par Ting sen Liao, le magistrat du tribunal, est venu enqueter sur cet enlevement, pousse par Tong qui jure avoir ete lachement attaque par dix-septs combattants feroces de noir vetus, les dix-septs se muant en neuf puis en beaucoup au cours de l'explication hasardeuse. Jeune Tigre a regarde un peu et Tong a du etre assome par surprise. Des traces de lutte semble vouloir dire que Yii s'est debattue. Foutue soiree, et bien, dans le genre ca se complique, Le grand combat entre le Yin et le Yang fait rage aujourd'hui, puisse NuWha nous proteger et nous guider un petit peu dans cet imbroglio de faits et indices. J'en profite pour jeter quelques verres supplementaires et laisse ma conscience s'embrumer pendant que les autres essaient d'en tirer des conclusions absurdes.
Soudainement, le revoila, je le sens tres inquiet aujoud'hui, il me repete qu'ils ne doivent pas lui voler ses souvenirs. Mais aujourd'hui, j'ai un avantage, je sais qui il est, je sais ce qu'il protege, je connais son secret, ou tout du moins sa teneur. Mais il me faut ruser pour l'emmener a parler sans partir en adoration. Allez hop, un peu de concentration. Son nom, commencons par la. Il a l'air surpris que je le connaisse, je ne lui laisse pas le temps de se reprendre, vite, je lui pose des questions sur ce que nous devons proteger, et je finit par y arriver. A l'interieur de ce fameux coffret en jade se trouve des plaquettes en bois gravees. Il a couche sur ses plaquettes son recit du fabuleux combat qui se deroula entre GongGong et Elle. Ainsi c'ets donc ceci, Elle c'est NuWha, donc il a ete temoin de ce combat ! Tu m'etonnes que l'historien royal veuille absolument y mettre la main dessus ! C'est une reputation assuree, et probablement une richesse historique tres importante qui pourrait renforcer la position de tout roi les possedants ! Il a de plus en plsu peur, il ne sait s'il doit laisser ses ecrits partir. J'essaye de le convaincre tout en le rassurant que, si NuWha et les autres dieux ont finalement decide de laisser a l'homme son propre destin, qu'il n'y avait peut-etre plus de raison maintenant de les cacher au prix de son ame. Je mets du temps mais il semble un peu plus serein maintenant, et son parfum revient nous hanter encore une fois... Le reveil et brutal et je suis toujours aussi gele. Hop j'enfile le fond de la bouteille, on ne sait jamais, ca peut rechauffer parfois. Ciu Mei Lin attend, comem les autres, que je puisse leur resumer encore une de mes histoires bizarres.
Quelques heures ainsi que quelques verres plus tard, alors que nous sortons tout juste de la taverne, au devant de nous, Bec Rouge marche tranquilement. Derriere lui, nous reperons un chapeau de paille a l'angle d'une rue, puis un autre sur le toit, assez discrets pour ne pas attirer l'oeil du passant, mais point pour ne pas deranger mon sens de l'harmonie d'une rue tard la nuit, et ce malgre les quelques verrres de trop qui m'embrument l'esprit. C'est amusant comme en ces moments la, aussi soudainement que l'aigle qui fond sur sa proie, le corps se purifie et l'ivresse recule face a la tention de l'action. Aussitot Ciu Mei Lin avise un petit muret et disparait sur les toits. Wang s'avance discretement dans la rue en suivant le chapeau de paille du bas. Et je me dis que mon sens inne de l'ordre de la rue tard la nuit est surement tres efficace, mais ne m'aidera pas des masses a courrir dans une seule direction a la fois. Pfft, de toute facon, y me remarqueraient a 200m a la ronde moi hips ! Bec Rouge entre quelque part sur sa gauche. ca s'anime sur les toits, dans la rue. Tous, chacun surveillant qui il pense, se rapproche un peu plsu de la cible, pressantant que la souris malicieuse pourrait echapper au faucon innatentionne. L'attente se prolonge, rien ne bouge hormis Jeune tigre et Anguille habile qui me soutiennent. Je les dirige tranquilement dans ce coin, m'appuyant sur eux, exagerant mon ivresse, chantant a tue tete meme. Bien plus pratique pour passer innapercu. rien ne se passe malgre une promenade infernalement longue pour parvenri jusque la. M'est avis que Bec Rouge a du filer par derriere et ils n'ont rien vu ! Il me semble avoir vu Ciu Mei Lin decrocher il y a quelques temps deja. Bof, il est temps de se coucher, il ne reste que peu de temps avant le matin.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:35

Pour une fois, le soleil me trouve tout sourire sur le toit. Pas moins fatigue pour autant, ni moins assidu a preparer mes rituels, mais la promesse de la journee a venir m'emplit d'une energie nouvelle. Nous ne sommes plus tres loin de la tombe, et ce sera alors a mon tour d'entrer en scene. Mon amis le coq finit par s'habituer a me trouver sur son toit, bien qu'il fasse toujours un detour prudent pour aller pousser la chansonnette. Apres un rapide gruau sans saveur, je me dirige vers le groupe d'ouvriers du chantier. Chose etrange, pour une fois et malgre l'heure matinale, Lao-Li est la ainsi que Bec Rouge. Mais le faucon du Zhao, Su Zuo manque a l'appel. Une certaine febrilite flotte dans l'air. Tout le mode sait qu'aujourd'hui sera le grand jour, la porte est en vue et la promesse de l'arrivee fait piaffer les poneys au devant de l'ecurie. Le chantier reprend bientot. A coup de palans et cordes pour deplacer les enormes blocs de pierre qui sont entasses sur le passage creuse dans la roche qui mene a la tombe. Lao-Li n'en peut plus et fait les 100 pas devant les travaux, plus impatient que jamais, comme s'il pouvait toucher son reve du bout des doigts, la convoitise rend presque son regard fievreux.
Il est maintenant proche de trois heures quand on se met a ebranler le dernier rocher qui a lui tout seul bloque les deux tiers de la porte. j'ai deja eu le temps au passage de reluquer quelques une des gravures sur le linteau et ca n'annonce rien de bon. Je me glisse pres de la porte et fait mine de la nettoyer tandis que les autres tire le gros rocher en arriere. Les inscriptions sont hors d'ages et polies par le temps et les elements, mais celles du haut du linteau sont vites reconnaissables. Il y a ici un avertissement puissant. Mais j'entends deja les pas precipites de Lao-Li venu examiner la porte. Celle-ci, bien qu'en pierre massive et visiblement lourde, est fendue sur un bon tiers, ce qui devrait faciliter la mise en place de leviers pour la deloger de ses rainures. Allez Deux Directions, courage, c'est le moment de sortir de l'ombre. Alors que Lao-Li et Bec Rouge me passent devant pour s'approcher de la porte, je lance un STOP sonore, tranquile, mais indubitablement assez fort pour que personne aux alentours ne puisse l'ignorer. lao-Li s'arrete surpris tandis que Bec Rouge se retourne d'un regard interrogateur. Je lit a haute et forte voie le texte du haut du linteau, texte addresse a ceux qui voudraient perturber le repos tranquille de l'occupant des lieux, une sorte de malediction qui apportera mort et oubli a ceux qui oseraient entrer en ces lieux ou les vivants ne sont pas les bienvenus. Lao-Li est d'abord choque puis semble nerveux et tres ennuye. Il m'apostrophe et me somme de m'expliquer, ce en quoi je me presente et reaffirme qu'il est dangereux de vouloir s'aventurer en ces lieux. mes avertissements ne sont pas passes innapercus, et le travailleurs du village commencent a se regarder avec crainte comme si leurs ancetres venaient soudain leur rappeler leurs devoir envers les disparus et leur implication dans les evenements actuels. Lao Li coupe court rapidement aux murmures qui grondent et decide alors de fermer le chantier jusqu'a demain ou nous ouvriront alors la tombe apres s'etre prepare correctement. Il l'air vaguement agasse, mais finit par revenir vers moi et mes compagnons qui se sotn ranges a mes cotes. Il veut nous voir demain avec lui et Bec Rouge pour poursuivre les fouilles, pretextant que les hommes du viallage ne peuvent comprendre l'importance de ce qui se passe ici. il me donne ensuite personnellement rendez-vous le soir meme pour "discuter" de la situation en un endroit plus propice a la reflexion. bec Rouge semble s'accomoder avec facilite du revirement de l'historien royal. le chantier se vide donc de tout son petit monde, restant sous bonne garde jusqu'au lendemain. Je suis content, ca s'est bein mieux deroule que je ne pensais... Peut-etre que Lao-Li a eu le temps lui aussi de traduire la malediction et d'y reflechir un peu mieux ? je verrai bien ce soir.
Je decide de rentrer en ville directement me preparer a l'entretien de ce soir.
C'est ici que parle Ciu mei Lin par ma bouche, m'ayant rapporte par la suite ce qui devait arriver durant mon repos a l'auberge.
S'en rtournant en ville de leur cote, Wang, Anguille habile, Ciu Mei Lin et Jeune Tigre sont rejoint par le lieutenant du tribunal. Son expression intriguee est vite remplacee par un feu roulant de questions. Il revient de l'ecole d'art martiaux pour enqueter sur ls disparition de Yii, mais toute l'ecole a semble-t'il ete rangee impeccablement par Main Gauche. Surpris, ils ne remarquent pas tout de suite la portee de ce qu'ils viennent d'entendre. Main Gauche ! il a vu Main Gauche ! Non seulement il l'a vu mais il lui a assure que tout allait bien qu'il n'y avait pas a s'en faire. Ils se precipitent vers l'ecole et trouvent Main Gauche assis en tailleur, meditant devant une tasse de the fumante. Fait etrange, Un Jian fin et delicat se trouve a cote ainsi qu'une panoplie de couteaux. Il les autorise a s'assoir d'un signe mais leur impose le silence. Pres d'un quart d'heure ainsi passe. Il rouvre enfin les yeux et detent tout son corps tel le heron qui s'ettire avant de s'envoler. Les questions fusent mais seule la tranquilite les accueillent. Une seule chose a d'importance en ces temps d'actions. Il leur fait promettre de n'intervenir en aucune facon, jamais, ainsi que de prendre soin de Yii si cela se passait mal. Il remet a Ciu Mei lin un parchemin contenant ses dernieres volontes. un doute perle dans sa voix et l'on sent bien que, pour la premiere fois devant nous, il n'est pas sur de ce qui va arriver. Un homme bizarre se presente enfin par l'arriere cour. C'est un soldat de la garde de Lao-Li. Ca n'a pas l'air d'etre un hero, jsute un soldat, calme, comme assure deja que toute se deroulera comme prevu. Aucun parole, Main Gauche aquiesce d'un signe de tete et le suit tranquilement, les autres lui emboitant le pas. Tous se dirigent tranquilement par l'arriere de l'ecole vers une petite porte camouflee cette fois entrouverte. Quelques pas et ils s'enfoncent aisni directement en plein coeur de la fort de bambous. En quelques minutes, les voila perdus en plein coeur des bambous, invisibles aux yeux du monde. Ainsi c'est donc la que Main Gauche se trouvait tout ce temps ! Il n'avait jamais disparu ! C'est pour cela que Yii ne semblait pas inquiete et laissait toujours un lampion allume dehors ! Main Gauche leur fait signe de s'assoir ici et leur renouvelle tres fortement de ne pas intervenir qu'aucun d'eux n'est de taille a faire quoi que ce soit. tres intriges, ils le regardent s'avancer vers le centre de la clairiere, pres d'un grand saule. Le garde s'eloigne sur la droite et emmet un petit sifflement. Su Zuo, une lueur demente dans le regard sort des bambous et s'avance au centre, Un Jian a la main. Il lache d'un ton negligeant qu'il n'a pas a s'en faire, sa petite protegee lui sera rendue aussi tot cette "petite affaire" reglee.
Main gauche pose la main sur son Jian et se met tranquillement en position, pret a degainer. Su Zuo, la voix chargee de haine et de colere lui rapelle qu'il ne pouvait de toute facon pas lui echapper eternellement, qu'il est maintenant tant de payer son du. Main Gauche serein ou peut-etre las, lui repond que ca en est fini, il ne fuira plus, qu'il est temps que cela s'arrete enfin. Su Zuo porte un coup, vif, rapide comme l'eclair que Main Gauche arrete d'un geste aussi rapide, son Jian ayant saute hors du fourreau comme par magie. Ils continuent a tourner l'n autour de l'autre. Un couteau vole, rapide et precis, a peine devie de sa trajectoire par un doigt le long du manche. Un autre coup part, une parade eclair. Chacun jaugeant son vis-a-vis, comme a la'ffut de la moindre faille. Soudainement, le temps semble ralentir, une attaque au visage esquivee d'une psoture bizarre sur le cote, suivi d'un coup de travers vers la jambe qui rencontre le Jian de Main Gauche place en opposition. Le Jian de main gauche remonte soudain vers la haut suivi d'une trainee d'etincelles et frappe volement la garde de Su Zuo, l'obligeant a marquer un pas en arriere. Il en profite et semble s'envoler vers la plus grosse branche du saule. Main Gauche, s'elance a son tour au milieu des branches tombantes. les coups commencent a siffler dans l'air. Attaque, parade, esquive retrait, les deux combattants font montre d'une dexterite et d'une complexite dans leurs passes impretionnantes. Su Zuo semble presse d'en finir, Main Gauche reste calme et pratique, il minimise ses efforts et economise les ripostes, preferant l'anticipation a la force et la rapidite. Le combat fait rage et la grosse branche ne'st plus siffisante. La cime du saule est bien plus attrayante. Ils semblent voler de feuille en feuille, tout en protant coup sur coup. Soudainement, un pas d'appel, un pas pique plus rapide, une vapeur d'energie qui entoure Su Zuo, un eclair semble suivre la lame de Su Zuo qui fend l'air pour frapper d'un grondement sourd l'epaule droite de Main Gauche. Il a accompagne le coup, mais une petite tache sombre transparait en quelques secondes, laissant un Oh muet sur les levres de mes compagnons. Main Gauche a recule sur l'impact et semble se concentrer, Su Zuo tente de profiter de l'effet de surprise mais tombe sur une garde d'autant plus fermee qu'il se retrouve vite oblige de reprendre un peu de distance, sautnat vers la cime des bambous. main Gauche le suit de pret et ne lui laisse pas l'occasion de s'eloigner, une poursuite infernale s'engage tout autour de la clairiere. Mais Main Gauche a bien prevu son coup et entourant Su Zuo de coups semblant inutiles, il l'oblige a sauter a bas vers le saule. Profitant de ce dernier saut d'echappatoire, Main gauche s'leance avec violence derriere lui, executant une danse complexe de sa lame, une tempate soudaine entourant son Jian qui semble dessiner un filet innextricable autour de sa proie. Su Zuo n'a pas d'element pour se rattraper et voit le filet se poser sur lui, aussi briullant que mortel. Son pas touche terre alors que ses habits sont en lambeaux, son corps cingle de coupures, mettant un genou a terre. Main Gauche reste la a le regarder, vainqueur mais essoufle. Soudainement, un rire infernal sort de la bouche de Su Zuo, son corps hoquetant sous les soubressauts, il se releve comme ampli d'une fureur encore plus forte, le corps pantin semble asspire vers l'interieur sous l'effort, se dessecher literalement tandis qu'une formidable energie semble luire s'une lueur rougeatre autour de lui, et d'un formidable coup grondant tel l'ouragan, il fracasse le Jian de Main Gauche, lui enfoncant son Jian en travers du corps. Main Gauche marque un temps d'arret, les yeux dans le vague et tombe a genoux la tete baissee, le Jian fiche en travers du corps alors que la lueur rouge semble s'extirper du corps de Su Zuo d'un rire dement et pitoyable, s'evanouissant dans les airs alors que le corps de ce qui fut autrefois le vrai Su Zuo retombe comme momifie dans l'herbe, sans vie.

Anguille habile est venu me chercher en catastrophe. Quand j'arrive sur les lieux, Wang est parti recupere Yii, guide par le soldat qui nous assure qu'elle va bien. Non loin de la, elle git dans une grange au milieu du foin, encore sour l'effet du produit qui la fait dormir. Wang la prend sur son epaule et la ramene dans le clairiere, tandis que Jeune Tigre commence a creuser une tombe. Quand j'arrive sur place, Ciu Mei Lin a pose a terre le corps inerte de Main Gauche au long de celui de Su Zuo, la tombe est presque creusee. Aide d'Anguille habile, je dispose les deux anciens camarades cotes a cote, le Jian de chacun a son cote. J'attaends que Wang ai finit de reveiller Yii. J'entends quelques murmures puis quelques sanglots. Elle s'approche enfin de nous tous autour de la tombe. Je pose deux bougies, deux batons d'encens et un peu d'herbe sechee dans un coupelle disposes sur un petit autel que Ciu Mei Lin a recupere dans l'ecole. J'approche une flamme de l'encens, puis des bougies, enfin de l'herbe sechee qui s'evapore doucement en une delicate fumee blanche lourde de senteurs. Je sors un pinceau, puis une fiole d'encre ainsi que deux bouts de parchemins viellis. Sur chacun je trace l'ideogramme de leurs noms et les deposes sur leurs corps, puis je croise leurs epees et leurs bras, les commandants a rejoindre ensemble leurs ancetres dans le grand tourbillon de la vie, leur souhaitant de ne plus se fourvoyer dans leurs incarnations futures.Je fais un signe a Jeune Tigre pour refermer la tombe ou ils reposeront en paix dans ce petit coin secret au calme. Ciu Mei Lin raccompagne Yii vers l'ecole tandis que nous finissons tasser la terre. Enfin je plante ici une pousse de saule, symbole de renaissance. Puis je me dirige vers l'autel des ancetres de l'ecole, emmeneage une petite place pour deux vasques sur lesquels je peints les noms de Deux Mains et Faucon du Zhao afin qu'ils soient respectes sous la forme des deux amis qu'ils auraient du rester.
Tong a bien finit par apprendre ce qui etait arrive, et il debarque suivi du lieutenant, representant de la loi en cet instant. Comme a son habitude il nous accuse d'avoir tue son maitre. Mais le sourire de Ciu Mei Lin a tot fait de rafermir les idees du jeune lieutenant et de le reconcentrer sur sa tache. Ciu Mei Lin lui presente alors le parchemin dont elle est depositaire sous le regard surpris et ebahi de Tong. La lecture a haute voix ne laisse pas de le surprendre au plus haut point. En effet, Main Gauche declare que l'ecole d'arts martiaux reviendra a Yii qui en fait en connait deja tous les secrets, ayant profite de ses longues annees pour s'entrainer rigoureusement, bien mieux que Tong n'en sera jamais capable. Cependant, elle devra verser a Tong tous les mois une rente poru lui permettre de se retourner durant l'annee d'apprentissage qu'il fera en s'inscrivant a l'academie militaire immediatement, les dipositions ayant deja ete prises avec Ting Sen Lia, grand magistrat du tribunal. Au terme de cette annee, Yii sera delivree de toute obligation envers son frere qui devra alors desormais faire ses preuves comme un homme qu'il a trop tarde a devenir. Pauve Tong, l'avenir le rattrape plus vite qu'il ne pensait. le lieutenant tient a verifier l'authenticite du document qui ne fait aucun doute apres quoi il met la main sur l'epaule de Tong pour le diriger un peu agard devant lui vers la caserne. Yii rougit un peu mais semble fiere derriere la petite larme qui perle a ses yeux, je ne peux non plus ignorer le petit regard cache que lui porte le lieutenant avant de partir. Cela n'a pas echappe non plus a Ciu Mei Lin je le sais bien ! Nous prenons tranquilement un repas dans le silence lourd de la presence encore visible du souvenir de Main Gauche.
Les augures de la journee ne devaient pas etre tres favorables pour nous. Il faut vraiment que je retourne voir cette petite au marche, je sens bien que les fils du destin me narguer pas tres loin de ma conscience, peut-etre sera-t'elle a meme de m'aider a y mettre la main dessus...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:36

Alors que nous rendons vers la taverne une fois le soleil couche, au detour d'une ruelle de traverse, un etrange spectacle me force a m'arreter, bousculant mes compagnons. Au mileu de la ruelle, bec rouge s'avance d'un pas sur au travers des ombres. Derriere lui, un chapeau de paille a l'angle, Jian sorti semble attendre un signal. Un autre chapeau de paille sur le toit attire mon regard, filet deploye a la main, juste aus dessus de bec Rouge. Que dois-je faire, qui sont-ils, qui est Bec Rouge, si intrigant ? En tous les cas, ils ne lui veulent pas du bien, tant pis pour eux. Je hele Bec Rouge qui se retourne surpris. Mais pas autant que ses poursuivants. Le premier lache son filet du haut du toit qui enchevetre bec rouge. Le deuxieme, surpris s'elance en avant en courrant sur le mur, defiant la gravite, Jian dresse vers l'avant. J'appercois enfin le troisieme an face de l'autre cote de la rue au fond, chargeant avec une lance. Jeune Tigre s'elance aussitot derriere notre courreur sur mur, empruntant sans gene la meme trajectoire improbable. Ciu Mei Lin saute lestement sur le mur et decoche violement une petite pique de ses cheveux qui vient se ficher dans la nuque de notre chapeau de toit. Bien tout ca, mais bon, moi je sais pas courrir sur les murs, je suis pas doue pour sauter, ni meme lancer une pierre. Alros je sors mon mirroir de poche. je sais normalement a quoi il sert, mais bon. je sais bien que la lumiere du soleil ne blesse que les creatures qui ne devraient pas se trouver en notre monde, mais... je vise et me concentre. un rayon de lumiere jailli et tel l'eclair vient frapper l'oeil du lancier, stoppant sa charge comme la lance stoppe le poney. Ebloui, ils s'avance au hasard le long de la ruelle. Ca le retardera un temps. Notre chapeau de toit, surpris par l'impact de la flechette est desequilibre et tombe lourdement du toit sur Bec Rouge, l'empechant de se debarasser du filet. Jeune tigre porte un rapide coup a son adversaire pour l'obliger a faire volte-face, tandis que Bec Rouge se degage, puis saute d'un bon leste mais un peu court vers le toit. Ciu mei Lin est la plus rapide et saisi sa main pour le hisser a l'abri en haut. Jeune tigre feinte et porte un coup terrible de la main gauche qui seche le deuxieme chapeau de paille. Celui du toit se relevant, c'est Anguile habile qui le charge a cheval, l'envoyant balader a trois metre de la. Le lancier, recuperant un peu de sa vision semble pris de fureur devant ce carnage. Soudainement, Bec Rouge d'un saut puissant et lourd tombe du toit vers le bas de la ruelle, un genou et un poing a terre, faisant trembler le sol. Il enjoint alors au dernier de recuperer rapidement ses freres et de se'n aller prestement sans demander leur reste,avec la chance qu'ils soient encore vivants. Des coups de sifflets retentissent, quelqu'un a du entendre l'altercation. Bec Rouge, d'un petit sourire en coin reconnait nous devoir la vie , qu'il s'en souviendra, mais nous averti de ne pas le suivre ou il se rend, que cela serait extremement dangereux, et s'eloigne rapidement vers les bas fonds de la ville. Nous partons d'un autre, faisant attention de ne pas croiser les sifflets. Mais qui est Bec Rouge rellement, et qui sont ces chapeaux ? Encore un mystere de plus.
Eh bien, pour une fin de journee tranquille, c'est assez charge comme programme finalement. Mais le vieux singe a plus d'un tour dans son sac et sait s'economiser. Je retourne a l'auberge passer ma plus belle tenue, enfin c'est beaucoup dire, mais bon, un rendez-vous au palais du gouverneur ne se prend pas a la legere. Je file comme le vent pour ne pas arriver trop tard. les gardes sont un peu surpris de voir un mendiant un peu rond leur assurer avoir audience avec Lao Li, historien royal. Ils exagerent un peu, je ne suis pas si mal que ca, elle est presque neuve cette tenue, enfin un peu rapiecee, mais bien mieux que les autres, et puis elle n'a pas tache d'alcool ! L'un d'entre eux, surement lasse de ma prseverance, daigne aller se renseigner. Finalement, c'est un serviteur de lao Li qui vient m'accueillir et me guider dans le palais. C'est beau et agreable. Des jardins interieurs raffraichissent l'atmosphere et coupent la durete du palais. D'innombrables fragances montent laissent deviner un jardin de plantes aromatiques et maintes reveries au soir dans ces parterres tranquilles. Au plus haut du palais, on me fait entrer dans le suite de Lao Li. Il est attable et m'enjoint de me joindre a lui, ce que je fais tres volontier au vu du tas icommensurables de petits plats delicieux qui hornent la table ainsi que de la carafe de vin qui titille mon "appetit". D'un ton affable, il engage la conversation sur son sujet favori. Sous le feu roulant des questions, j'ai peine a contenir son rythme. Il ne me semble pourtant pas foncierement mechant, juste obnubile par ces objets qu'il recherche, il me montre la fameuse plaquette ainsi que d'autres ecrits qui l'ont menes sur la piste de la tombe, et je le conforte dans son entrain, le laissant s'enfoncer dans ses explications. il finit par avouer que l'idee ne lui est pas venue toute seule. Un bonhomme denomme Orage du Nord avait ramene a son predecesseur le morceau de plaquette qu'il possede. Apres ceci, il devait ramener contre une petite fortune les ecrits de Souvenirs immemoriaux a son predeccesseur. Malheureusement, il disparu sans plus aucune nouvelle. Son predecesseur mourrut sans avoir retrouve sa trace, lui enjoignant a lui, Lao Li de reprendre le flambeau. Je comprend alors qu'il est vain de tenter de le raisonner ou de l'arreter. Ca ne sert a rien, je le met en garde tout de meme et l'enjoint de ne pas tenter quoi que ce soit sans que je ne sois present, lui rappelant que les esprits sont rarement content d'etre deranges. J'ai tout de meme l'etrange pressentiment que ce qui l'interresse le plus, c'est la renommee que lui apportera cette decouverte, bien plus que la decouverte en elle meme qui l'interresse. J'espere me tromper. Je fini par le quitter non sans avoir bien profite de la carafe et des moults breuvages interressants qui trainent dans le coin. Demain sera donc le jour de la grande confrontation.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:36

Bien des choses ont changees. Allez hop, ca merite un ch'tit coup...Rrrrr puree de flasque, d'ou c'est-y qu'elle est passee encore ? Ahhh, sauve ! A la tienne main Gauche, puisses-tu mieux discener ta route et eviter les embuches de l'envie et du pouvoir. La lecon est rude, mais parfois une vie de bonnes actions ne suffit pas a reparer un seul egarement... Flute ! vide ! Bon ben y'a plus qu'a se lever. De toute facon, le soleil va pas tarder et ce matin a plus besoin encore de preparation. Je me leve et prend mon attirail avec moi. je parcours le couloir jusqu'a la fenetre, l'enjambe et grimpe aussitot sur le toit, marchand a pas de renard. J'enfile enfin tout mon equipement une fois la-haut, pose l'epee de saule au sol devant moi, position de tailleur, fasse au soleil, miroir a ma droite. Un peu de tranquilite dans une journee qui promet bien des rebondissements.
Une bonne heure plus tard, je decroche vite et redescent faire remplir ma fiole a l'aubergiste pour presque la moitie des quelques pieces gagnees sur le chantier. Chuis trop gentil... je suis paye des clopinettes et malgre cela, je vais quand meme aller m'assurer que les vivants restent parmi les vivants et vice-versa. Vi d'accord, y'a Souvenirs immemoriaux certes. il est gentil tout plein, mais c'est pas lui qui rempli ma gourde ! Pffft, j'vous jure. trop gentil je suis... A la troupe montante ! C'est bien ce que je pensais, on est en comite restreint cette fois. Plus que quelques gardes sous les ordres de Bec Rouge, Lao-Li, et notre fine equipe. C'est quand meme tres exitant et Lao-Li trepigne d'impatience durant tout le trajet jusqu'au site de fouilles. Rien n'a bouge, la porte toujours au tiers fissuree garde l'entree millenaire de ce tombeau, surmontee de la mise en garde. Quelques efforts nous permettent de degager une belle ouverture. Une torche pour eclairer et devant nous s'ouvre l'espoir et la crainte. Un petit vestibule mal taille mene a un escalier en colimasson qui s'enfonce dans les ombres. Tout le monde regarde avec apprehension. Apres un petit frisson difficilement reprime, j'entame la descente en faisant tres attention de ne pas glisser sur ces marches anciennes et inegales. Cela descend et descend encore. Soudainement, derriere moi tout s'affole. Sbling blang, un soldat rate une marche, s'ecroule dans l'escalier, rattrappe de justesse par la main ferme et puissante d'Anguille habile. Je n'ose imaginer ou ca nous aurait conduit cette betise. Cela fait deja cinq minutes que nous descendons, la surface est loin au dessus, cela ne m'etonnes plus de n'avoir pu localiser quoi que ce soit depuis l'entree du chantier. Et ca continue... cent dix-sept marches plus bas et trois poses, l'escalier debouche sur un spectable ahurissant. Un petit promontoire s'avance sur une immense salle aux reflets miroitants eblouissants. Des myriades de colonnes de glaces forment un dedale gigantesque d'images, baigne d'une etrange lueur bleuatre rayonnant a travers les stalagtites et se reflechissant dans tous les sens. Quelques marches sur la droite menent en contrebas au debut de ce fantastique paysage. Ca en est tellement irreel que je m'approche du sol gele et tente a nouveau de percevoir l'endroit ou reside l'esprit de Souvenirs immemoriaux. Peine perdue, c'est encore trop loin, cette salle est vraiment immense. ne sachant par ou aller, et pour ne pas nous perdre dans cette foret glacee, nous commencons a chercher sur notre droite. Deux passages sortent de la grotte mais aucun ne va bien loin et absolument rien d'interressant. On dirait des galeries annexes abandonnees. En revenant par le cote, on appercoit vers le centre de la caverne un cadavre congele au sol. M'approchant prudemment, je n'arrive pas a lui trouver d'autre symptome que le teint bleu si caracterisqtique du froid intense. Ciu mei Lin extrait une petit plaque en saule dans sa main gauche gelee. Lao-li le reconnait comme l'aventurier qui lui avait promis le reste du tresor. Les yeux de Lao-Li brillent de convoitise et il se precipite plus avant dans la grotte. Cupdite aveugle toute prudence. Ce bonhomme n'est pas mort tout seul ici. Son crane toutefois laisse apparaitre un peu de sang congele sur le cote. le soulevant, l'autre face est exageremment enfoncee. Il n'a pas du souffrir longtemps. La tombe est intacte ou presque. S'il a pu entrer, ce n'etait pas par l'entree normale. Quelqu'un a pu le suivre, mais je persiste a soutenir que quelque chose d'etrange est ici a l'oeuvre. Lao-Li hurle de le rejoindrer. Quelques stalagtites plus loin, la fin de la grotte revele plusieurs grandes portes menant a de petites salles annexes. Une enorme porte de glace bleutee bloque l'acces de chacune. Etrange ceci. Avant que je ne reagisse, Lao-li ordonne a un soldat de fracasser la glace avec sa lance. Le temps semble se suspendre, l'air se rarefier. le coup de lance resonne a travers la glace millenaire et la lueur bleutee semble reagir par cercles concentriques. Cela n'augure rien de bon...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:37

Une..bom-bom..Deux..bom-bom..Trois..bom-bom le tremblement s'estompe dans le fond de la glace..Quatre..bom-bom..Cinq..bom-bom..Six..bom-bom..Sept..bom-bom les regards se croisent, le moindre sens en alerte..Huit..bom-bom..Neuf..bom-bom..Dix..bom-bom..Onze..bom-bom..Un petit relachement, une crispation en moins, le stress redescent..Douze..bom..Treize..bom on dirait que le sol tremble..bom-bom..Une ombre bizarre transparait dans le bleu de la glace, comme une tache bleu concentrique qui s'aggrandit en des proportions enormes..Je commence a comprendre avec effroit la taille de la caverne et des portes ! je fais un pas en arriere comme si ca pouvais me proteger de ce qui arrive. Le temps semble reprendre son court. Tout le monde est sur le qui-vive, anxieux. Soudainement, de la paroi congelee sort un bras de glace enorme, porteur d'une stalagtite en guise de massue. C'est beau et dangereux, un corps immense de pret de trois metre de haut suit le bras, monolithique, comme si la glace avait ses propres protecteurs. et ils n'ont pas l'air tres amicaux. D'autres sortent des portes. La reaction ne se fait pas attendre, tout s'accelere soudain a un rythme effrene. Avec l'inconscience du sot, les gardes s'elancent courageusement sur ces monstres de glace. Ciu Mei Lin entame la dance. Elle degaine d'un coup vif et rapide et porte un coup aussi bref que devastateur sur celle qui s'approche de moi, s'interposant entre moi et la creature. Malgre quelques eclats de glace qui volent, ca ne semble pas trop l'ebranler. Jeune tigre s'elance ensuite et porte un formidable coup retentissant sur un des monstres de glaces qui s'avancaient sur lui. Mais la surprise lui fait lacher un juron en voyant les quelques rares eclats de glace arraches en rapport a la formidable puissance de son coup. Anguille habile decroche sa masse et assene un coup qui ripe un peu sur le torse de glace de son adversaire, faisant voler lui aussi son lot d'eclats de glace. Certes, il me faut bien me rendre a l'evidence, je ne suis pas une foudre de guerre. Pourtant, j'ai le choix. Que vaut-il mieux, mon epee de saule ou le mirroir ? Le mirroir me semble une meilleure option. Chaleur contre glace, ca devrait aider. Wang attire l'attention de deux creatures. je degaine le mirroir en le serrant fort dans ma main comme si ca pouvait conforter ma capacite a en faire une arme fabuleuse. Jeune tigre est dans une posture particuliere. non que je ne le crois pas capable de s'en sortir, mais il est le plus proche et le plus capable de porter secours a Lao-Li et ses gardes, dont l'un vient tout juste de se faire embrocher par un formidable epieu de glace. Je pointe le mirroir et conceptualise dans le chi la cible a atteindre. Je ne sais pas si vous avez deja essaye, mais un mirroir n'est pas l'objet le plus facile du monde a pointer, c'est la aussi toute une partie de la technique de l'exorciste... Le rayon part et fauche l'esprit des glaces en plein elan. il s'ecroule sur le sol en milles reflets de glace. Un grondement secoue la grotte ainsi qu'un grand cri de joie ayant franchi mes levres subrepticement juste apres la chute de la creature, sous le regard admiratif de Jeune tigre. Mais les autres ne se laissent pas faire. Ma soeur fait des prodiges et entraine les deux creatures devant nous dans sa dance effrenee, les obligeant a frapper toujours avec quelques secondes de retard. Heureusement, qu'elle attire leur attention, je ne sais si j'aurais soutenu un seul des coups d'une telle massue. Jeune Tigre en profite pour redoubler d'efforts sur l'autre qu'il a devant lui. Anguille Habile encaisse coup sur coup mais ne bronche pas. Je peux voir la glace des stalagtites s'effriter a quelques centimetres de son corps. Riche idee que d'utiliser le bouclier invisible pour encaisser, malheureusement, ca ne suffit pas a erreter completement les coups. Son courage redouble, et il rend coup pour coup a ses adversaires. Wang place de temps a autre un coup puis esquive royalement les autres, les occupant a lui courrir apres. Je braque mon mirroir sur l'un des deux qui tente d'assomer ma soeur. Concentration et arreter de trembler, le rayon part et ce n'est qu'un tas de cristaux de glaces qui fume a terre. Ma soeur peut maintenant se debrouiller seule. le combat redoube de violence. Chacun fait ce qu'il peut. j'essai de tout suivre mais tout devient flou, chacun bouge dans son combat. Je me retourne et constate que Lao-Li est a terre ainsi que son garde du corps qui git dans une flaque de sang. Il n'est peut-etre pas trop tard pour l'historien royal. Seul Jeune tigre est a meme de l'aider. je dirige le mirroir miracle vers celui qui lui reste et d'un coup bien ajuste qui le cueille dans son elan, le monstre de glace s'ecroule a son tour. On sait jamais vraiment pourquoi tout le temps on s'embete a recharger ce foutu mirroir, mais la, je me felicite de ne l'avoir jamais neglige ! Jeune tigre en profite et s'elance occuper l'attention du monstre qui a terrasse Lao-Li et ses gardes. Wang, Anguille Habile et Ciu Mei Lin arrivent a se debarrasser chacun d'un des monstres. Le combat tourne enfin a notre avantage, nous rassurant sur le fait qu'ils puissent etre vaincus par des armes normales. Je continue et lance un autre rayon sur un des montres de Wang tandis que ma soeur va preter main forte a Anguille habile. Le rayon part et pour ma plus grande joie atteint sa cible. Mais Oh surprise, il tient toujours debout...enfin...jusqu'a ce que Wang l'acheve d'un coup bien place qui envoie des morceaux de glace jusqu'au plafond ! Oh humble de moi, je m'en veux, dans toute ma suffisance, j'ai pense avoir degaine l'arme ideale contre ses creatures malefiques. Mais, il est vrai que je ne suis qu'une chiure de mouche au travers de la creation et je realise que, certes, il est efficace le mirroir, mais pas plus qu'une epee de saule bien chargee. Le combat tourne court. Nous avons repris le dessus et submergeons les monstres maintenant. Pourtant, chaque fois que l'un d'eux tombe, c'est comme si un trembleent de terre secouait la caverne, un peu comme si on tuait la caverne de glace un peu chaque fois. Jeune tigre est aupres de Lao-Li. Il est mal en point mais vivant. Par contre on ne peut plus rien pour Lee et Zian-Ho, les deux gardes du corps. Je commence a relever la tete pour faire un rapide tour de la scene et plusieurs choses me sautent aux yeux. La caverne de glace derriere nous disparait de plus en plus vite. Les grondements sporadiques sont en train de devenir constants. C'est un peu comme si toute cette caverne de glace n'etait presente que grace a ces monstres de glace, et avec leur disparition, elle disparait aussi, laissant une vaste grotte vide fragilisee qui s'apprete a s'effondrer ensevelissant a jamais tout ce qu'elle contient d'important. Bec Rouge a disparu, je l'aurais pense coince a combattre dans un coin, mais il a disparu etrangement. Comme Wang et Ciu mei Lin achevent le dernier, des miettes de roche commencent a tomber du plafond, le grondement semblant s'amplifier encore. Nous somme a quelques metres des coffrets tant recherche et... l'un d'entre eux git grand ouvert dans la tombe centrale, vide. Sur le mur de droite, je reconnais le petit coffret de Jade vert que me decrivait souvenirs immemoriaux, intact. Tant mieux, au moins une chose qui finira tel qu'il le voulait. Il sera a jamais tranquille maintenant, et meme peut-etre aura-t'il la chance de repartir dans le grand cycle de la vie, maintenant que son oeuvre de gardien est achevee et que ses ecrits sont revenus entre les mains des vivants. Malheureusement aussi, je sens filtrer lentement en moi quelques verites, et pas pour ma plus agreable impression... J'ai effectivement convaincu Souvenirs Immemoriaux que ces ecrits representaient un charge et une relique appartenant au passe du temps ou l'humanite etait encore guidee par les dieux. Ce temps est revolu et il temps pour nous d'accepter aussi tout ce qui fut. Cependant, visiblement Bec Rouge a profite de ces moments critiques pour derober ces fameux ecrits, ecrits dont l'importance pourrait faire pencher la balance, notament si, par hasard une certaine secte,du ciel incline pour ne pas la nommer, peut y puiser des informations pour ramener un dieu parmi l'humanite, surtout tel que Gong-Gong ! Et nous venons de leur fournir ces ecrits sur un plateau. heureusement que Ciu Mei Lin a ramasse une des plaquettes sur le cadavre. Sans elle, leur tache sera plus compliquee. Cependant, la realite est la pour nous rappeler a elles. Deja des blocs de roche commencent a tomber, des fissures apparaissent un partout autour de nous. Jeune Tigre a charge Lao-Li sur son epaule et s'elance, suivi de peu par tous les autres. Je cours, a perdre haeine ! Mais qu'elle est grande cette caverne, me souvenais pas que le trajet aller fut si long ! Harg, c'est de plus en plus dangereux, je suis pas un coureur moi, vite a gauche le rocher la, mince, je ne peux plus avancer, l'escalier est si loin encore ! Soudain, au detour du rocher, Ciu Mei Lin est la, m'attrape par le col et m'entraine dans une danse folle avec la mort. Je ne sais d'ou elle tire la force de faire ceci, mais c'est impressionant de fluidite et rapidite, c'est plus que de l'anticipation, on dirait presque un sixieme sens ! Les escaliers enfin... ce ne'st pas fini, il y a cet horrible escalier a remonter, le bruit est assourdissant, tout le monde monte, certains soutenant ceux qui ratent une marche, l'odeur est penible, on a du mal a respirer. Cela semble interminable, mes poumons brule, mais il faut continuer. Une lumiere enfin, on se jette en avant au dehors pour voir la porte s'ecrouler sur nos pas. je regarde autour de moi, tout le monde est la, en etat, mais la, hormi les deux pauvres gardes pour qui ce sera malheureusement le dernier tombeau.Ciu Mei Lin, nos regards se croisent un instant. Un doute affreux m'envahi. Dans une quinte de toux, je lui dmeande la tablette. Elle cherche, ell cherche, pourtant, il faut se rendre a l'evidence, meme celle-ci il l'a recuperee ! Et pourtant je croyais Ciu Mei Lin capable de dissimuler un tigre en un chat !
La desillusion est dure, j'ai un peu l'impression d'abvoir trahi Souvenirs Immemoriaux en fait... pas consciemment mais le resultat est la... Nhuwa protegeait la derniere sa derniere demeure, car maintenant que j'y reflechi, bien sur, ces monstres etaient des gardiens de la deesse de la nuit charges d'empecher ces ecrits de tomber entre de mauvaises mains ! Oui, enfin, jusqu'a ce que nous nous en mellions... triste journee en fait... ma flasque n'est pas vide, mais ca ne suffira pas...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Mar 14 Sep 2010, 17:38

Le retour se fait dans le silence et l'introspection, un peu abasourdi par la conclusion innatendue. Nous deposons Lao-Li au palais du gouverneur et faisons immediatement intervenir le medecin du gouverneur tandis que nous rentrons chacun de notre cote reprendre un peu nos esprits.
Le lendemain, Lao-Li me fait mander aupres de lui. Il a l'air vieux et fatigue, enfin bien plus qu'a son arrivee. il est allonge sur sa couchette et malgre une toge assez large, je distingues des bandages qui lui enserrent le corps. Il survivra, mais je gages que ces cotes se souviendront longtemps de ce traitement. Il arbore un pauvre sourire et m'engage sur une conversation envers notre premiere rencontre. Je l'ecoute et ne dis presque mot. Parfois des regards sont plus expressifs et les miens sont lourds de sous-entendus. Il finit par s'excuser humblement pour avoir confondu sagesse et vanite, aveugle qu'il etait par les promesses mirifiques d'un avenir de gloire eternelle s'il avait pu retrouver ces tablettes. Il n'a pas su voir que Bec Rouge avec consciencieusement entretenu ce penchant, nous entrainant dans toute cette mascarade, au peril de nos vies meme, sans compter la disparition facheuse de cet innestimable tresor. Le pire c'est que, finalement, je le crois sincere dans la volonte qu'il avait d'en faire un objet de croyance, de bien, de devotion. Au lieu de cela, je crains que le but de Bec Rouge et de ses acolytes n'en soit bien plus sombre. Mais ce n'est pas a moi de lui pardonner, seul le temps et les hommes pourront peut-etre le faire.
En attendant ma place n'est plus ici. Une chose me reconforte, malgre une belle tentative de vidage de bouteille hier soir, Souvenirs Immemoriaux n'est plus revenu. Peut-etre un espoir pour lui. Il va finir par me manquer finalement...
Il est onze heures, une taverne plus loin. Jeune tigre, Wang et Anguille habile paraissent errer pitoyablement et finissent par venir s'assoir. La vie a continue sans nous ces quelques jours, et les rumeurs concernant le chantier de fouille commencent a circuler. Le cortege de l'historien royal s'apprete a repartir rapidement. Plus de fanfare ni de commemoration cette fois. Anguille Habile semble inquiet. Son paternel menace d'un jour sur l'autre de le conscrire dans l'armee. Il lui faut partir. Wang acquiesce petitement. Il est embringue ici dans trop d'histoires sulfureuses qui se croisent et ne peut plus mettre un pied dehors sans risquer un probleme. Il nous dit meme qu'il s'est renseigne tot ce matin et a trouve un caravane qui part vers la capitale Hang-han. Il peut encore negocier notre passage contre protection pour la caravane. Je sens Ciu Mei Lin qui nous observe derriere moi. Elle a du arriver durant la conversation subreptissement, comme a son habitude. Elle aussi voudrait remonter vers Hang-han. Elle a un dangereux compte a regler avec Bec Rouge ainsi qu'avec nos amis chapeaux de paille.
En ce qui me concerne, c'est enfin la paix finale, succession a tous ces evenements for troublants. J'ai deja fait mon deuil et ne trouve rien a regretter de particulier. Ici, il n'y a plus d'avenir pour nous, mais l'avenir nous appartiens, et il ne tient qu'a nous d'en profiter. Soit, partons visiter la capitale !

Ainsi se finit le premier episode des tribulations d'un exorciste en Qin
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

En route vers Handan

Message par Fafi » Lun 04 Oct 2010, 17:37


Ainsi reprirent les plegrinations de deux directions


On m'appelle Ni Zai Wang (2 directions), et je contemple avec fascination cette lame qui brille d'une belle lueur laiteuse sous l'effet des rayons de lune. Impossible de ne pas la reconnaitre, mon maitre me la décrite maintes fois. C'est le Jian légendaire de Premiere Lune, croc de lune est son nom. Une petite note chiffonnée l'accompagne. Il semblerait que Lune noire ai besoin de l'aide de cette lame quelque part dans le Chu au plus pressé, et que la jeune fille qui dort près du feu soit son porteur, mandaté par Lune de sang.
Ahhh Lune noire, une légende parmi les miens, aussi belle qu'énigmatique, divinatrice légendaire, exorciste non moins connue, un rayon de lune incarne sur terre. Mais que peut bien faire cette lame ici ? Elle devrait être enfermée et gardée au plus profond du temple de la lune, quelque part dans les ombres du Zhongguo...
La journée a été particulièrement étrange, mais ce n'est pas comme cela qu'elle a commencé.
Quelques jours auparavant, alors que nous nous apprêtions a Nao, l'avenir de Wang a basculé, j'aurais peut-être pu le voir s'il m'avait laissé lancer quelques carapaces dans un feu, mais... le temps nous a manqué. Un serviteur est venu le chercher la mine grave, l'air pressé. Quelque chose de grave est arrivé et requiert sa présence dans sa famille. Ciu Mei Lin l'accompagne. Wang s'était quelques jours plus tôt <<arrangé>> avec son père et devait prendre la tète d'une caravane vers Handan, que nous aurions accompagnée comme protecteurs. Mais il est dit dans mon destin que les chemins les plus faciles ne seront jamais les bons, croyez-moi, ce n'est pas forcement a ma démarche que je dois mon surnom... enfin, pas seulement...
Ces temps-ci, une recrudescence des attaques de convois marchands a obligé le père de wang a faire escorter ses caravanes. Le Zhao a lancé une vaste campagne de recrutement militaire, dépeuplant parfois les commanderies. Les brigands n'ont alors que beau jeu de piller les convois impunément quand la milice n'est plus la pour les poursuivre. Malheureusement, comme nous l'apprend Wang le soir-même autour d'un petit verre, Son frère y a laissé la vie en défendant sa caravane. Wang est terriblement sérieux, ce n'est plus le Wang insouciant et rieur que j'ai connu ces jours-ci. Il a pris dix ans en un jour, Il nous parle de mariage sérieux, question de se trouver une femme capable de l'aider a tenir sa maison et ses affaires durant ses absences. Je n'aurais jamais cru entendre ca de sa bouche il n'y a ne serait-ce que trois jours, quand nous parcourions les ruelles poursuivi par les regards envieux des femmes de Nao. Mais il est maintenant l'héritier direct, et avec l'age de son père, il doit maintenant remplir son nouveau rôle d'ainé. Il nous parle ainsi de missions importantes loin de chez lui. Ça doit être une façon de nous dire qu'il ne fera pas route avec nous. Quelque part je suis un peu triste, il mettait du baume au cœur a toutes les situations. Il charge même Anguille Habile de la mission officielle de conduire notre caravane a Handan, puis vers un poste frontière du nord du Zhao, par delà les montagnes. je sens la tristesse sous la lucidité, la résignation sous le sérieux. Nous espérons bien entendu le croiser bientôt, mais rien n'est moins sur. En tout cas, c'est sans lui que nous partirons le lendemain.
Rien a dire de particulier, tout le monde est un peu sous le coup, et le départ se fait dans l'agitation des affaires de la caravane. Visiblement, Anguille Habile prend sa responsabilité de chef de caravane très au sérieux et se découvre une aptitude surnaturelle a l'organisation. Ça ne m'empêche pourtant pas de trouver un recoin ou pousser discrètement quelques bouteilles bien cachées, nécessité fait loi, on ne sait jamais combien de temps on peu rester loin de toute <<source>> et je m'en voudrais de devoir m'abreuver de certains liquides au gout fort terne...
Que dire de la suite. les kilomètres s'enchainent, et je me découvre un très bon ami dans le cuistot. Malgré son petit air rustre, rondouillard et un peu rougeot, il m'a juste fait un clin d'œil habile en désignant le coin du fond du chariot ou il a du tomber sur mon <<chargement>>. Depuis, je discute tranquillement avec lui sur le ban de conduite, un bouteille calée entre nous deux.
Je me demandais notamment comment le destin pouvait bien trouver quelque chose a redire a ce nouveau voyage qui commençait... Ça n'a pas été long, ca m'apprendra a trop boire la veille d'un départ au point de ne même pas chercher un petit avertissement dans les astres
Le soir tombait, nous étions en quête d'un endroit un peu tranquille au bord de la route pour parquer les chariots et nous installer pour la nuit... Mais il est dit quelques fois que le repos n'est pas pour les voyageurs...
Soudainement, je manque défaillir sous l'assaut d'un cri perçant et poignant qui fait vibrer tout mon être. Pas un son, rien, juste une sensation de danger, d'urgence qui traverse directement le chi, au point que le cuistot dusse me rattraper par le col afin de ne pas me laisser choir a terre. Je cherches vainement au delà des arbres, ca ne peut être très loin. Anguille habile a perçu quelque chose aussi et je le presse d'avancer au plus vite. Maintenant que j'ai repris mes esprits, l'alcool prolonge mes sens de façon extraordinaires, et j'entends pas très loin des bruits de ferraillages, suivis d'une explosion brutale, comme une brulure dans le tao.
La caravane dépasse le tournant et près de la rivière, un étrange spectacle.
Sur la rive, un vieux moine désarmé dégouline de sang face a trois combattants expérimentés qui le menacent. Deux d'entre eux pourtant sont encore fumants et leurs habits a moitié calcinés. Le moine, malgré son état, parvient a maintenir une vivacité dans ses gestes étonnante. Non loin de la, deux autres combattants armés de vouges sont occupés sur une petit jonque a essayer de déloger une extraordinaire gamine juchée au sommet du mat. Elle s'accroche comme elle peut pour reste hors d'atteinte des armes, mais semble visiblement exténuée. C'est elle, je le sens qui a hurlé dans le tao son désespoir, je ne sais comment, mais le chi en garde encore trace.
Ciu Mei Lin fait preuve d'une étonnante rapidité et s'élance le long de la berge a une vitesse impressionnante. Jeune Tigre dégaine son Bangshu et de l'autre main, une flèche apparait. Anguille habile jète son cheval au galop et vole vers le moine. Je saute a bas du dernier chariot, manque de choir de tout mon long, titubes sur les premiers mètres, puis commence a courir. J'y arriverai jamais a temps, plus vite, pfff pfff. Au loin tout s'enchaine. Ciu Mei Lin plonge sa main dans ses cheveux durant les derniers mètres qui la séparent de la berge et d'un geste rapide et sur, projète un brindille sur le gars qui vient de tenter d'abattre le mat de la jonque. Une flèche siffle a mes oreilles et vient se ficher dans l'épaule du même gars, le faisant tituber. Son collègue énervé, assène un magistral coup sur le mat qui fait gronder le tonnerre et fendille celui-ci sur tout sa longueur, au grand désarroi de la fillette en haut. Le moine entame un élégant geste des deux mains, comme s'il concentrait tout son chi au milieu des deux, puis libere tout cela en une énorme langue de feu qui vient s'exploser sur un de ses adversaires, le laissant a terre, cuit comme un poulet. Anguille habile arrive alors, saute a bas de cheval et dans une magnifique roulade se retrouve dans le dos des deux autres combattants, masse dégainée. Mais rien n'y fait, sans aucune pitié ni même un moment d'hésitation, les deux autres abattent des coups précis et mortels sur le vieux moine. Il en esquive un, mais le deuxième touche, le troisième l'envoi valser a terre. Il ne s'en relèvera pas, j'ai trop vu de blessures de ce style pour savoir que c'en est fini pour lui.
Pfff, pfff, je cours aussi vite que je peux. Anguille habille est maintenant seul contre eux deux. De l'autre cote, l'urgence n'est pas moindre, un soldat est encore debout, et le mat descend lentement mais surement vers l'eau, ce qui terrifie la gamine. Pfiooout, une flèche part, ainsi qu'une dague, l'autre combattant s'écroule, comme le mat en fait.
Anguille habile fait mouche, mais ce ne sont pas ici des débutants, ceux-la sont mieux protégés et plus aguerris.
Pfff pfff, sont malins eux, j'ai jamais appris a courir comme ca moi, les démons y se sauvent rarement, en général ils sont trop trop imbus d'eux-même pour ca... pfff pfff
Ciu Mei Lin déploie tous ses talents pour sauter sur la jonque en perdition, et repêcher la gamine.
Anguille Habile se défend bien, mais deux coups portent quand même. Pfff pfff, une flèche me frôle de l'autre coté. Jeune tigre n'aura pas le temps d'arriver, il ne peut que tirer, mais fait mouche. un autre tombe. Le dernier a le temps de passer un dernier coup qui entaille Anguille habile avant de se rendre compte qu'il aurait du fuir. Sa tentative désespérée ne le met pas a l'abri de mes attaques, ni de celles d'Anguille Habile, dommage pour lui.

Voila... comment on se retrouve auprès d'un feu, avec le corps d'une vieux moine, une gamine endormie très profondément près du feu, et un deux-directions perplexe et émerveillé qui tient cette magnifique lame entre les mains, pièce que cachait la gamine sous ses vêtements enveloppée d'un grand voile. Voila probablement ce qui explique cet acharnement des assassins lances sur leurs traces, ainsi que le message froissé, glissé a même la lame.
Ça va être dur demain d'expliquer a Anguille Habile que je vais accompagner la gamine dans le Chu. Pas moyen de faire autrement...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Ven 08 Oct 2010, 17:20

Ce matin, je suis d'humeur boudeuse. Le réveil a été dur. Pourtant, hier, j'étais devenu le dragon blanc, celui a qui on confie la mission importante de sauver le monde... Mais voila, comme d'habitude, le réveil est douloureux. Et pourtant, j'ai trouvé ma petite fiole, parce qu'il faut savoir qu'il n'y a rien de plus énervant, au petit matin, que de se réveiller la tête qui bat comme un tambour, et de s'apercevoir qu'un plus poivrot que soi a subrepticement profité de l'occasion pour vider la topette... Si y'a pire, se réveiller avec la tête d'une gamine adorable qui vous regarde d'un air faussement navré, sourire en coin, alors que la topette n'est toujours pas arrivée aux commissures des lèvres. Notamment quand cette pauvre malheureuse devrait être en pleur, triste ou éplorée et qu'en fait, il n'en est rien. Non en fait, il y a encore pire, mais bon, je vous laisse le plaisir de savourer la suite.
Donc a ce moment la, ca na va pas, un truc qui cloche, comme si le ciel se foutait de ma tronche ouvertement sans que rien ne soit vraiment différent. Et pire, la topette n'y peut pas grand chose. La gamine me regarde et me demande d'un charmant sourire candide de la lui rendre. Ben évidemment que je vais la lui rendre, mais l'incertitude me fait quand même douter de sa compétence a se défendre vu l'acharnement des opposants. Je crois que c'est la que ca a vraiment commence a me taquiner la patience. Elle s'est fendue d'un gracieux sourire, d'un air désarmant de franchise et m'a sorti tout du long que son maitre savait ce qui allait arriver, qu'ils savaient qu'on serait a l'heure au rendez-vous, que tout allait pour le mieux, et qu'il fallait se dépêcher de donner une sépulture correcte a son maitre, que ca allait prendre du temps pour trouver le bon endroit. Je crois que la, j'ai probablement du arborer une tête a faire peur. J'imagine un bref instant ce qu'aurait pense Ciu Mei Lin si elle lui avait sorti ce discours tout du long comme cela !
Mais je n'ai pas eu a m'en faire longtemps pour cela, j'ai eu a peine détourné le regard qu'elle avait récupère la lame, et l'avait aussitôt rangée dans son dos, comme invisible, puis m'avais tire par la main chercher d'autres compagnons, leur expliquant avec le même ton autoritaire, non autoritaire n'est pas vraiment le terme, je dirai plutôt le ton de la certitude et de l'évidence, qu'il fallait partir enterrer son maitre dans la foret.
Et elle est partie devant, comme cela, réapparaissant de temps a autres entre les arbres, cherchant visiblement quelque chose. Vingt minutes plus tard, nous la trouvons assise dans une clairière en tailleur, calme et tranquille, nous indiquant un endroit comme le meilleur endroit ici pour que le vieux maitre continue son cycle de réincarnation.
Un peu dubitatif et de mauvaise grâce, je m'assieds a quelques pas, poses mes mains en terre et m'absorbe dans ma concentration, fermant les yeux. La terre est la, immuable, tranquille. Elle me parle d'un long chemin parsemé de feuilles tombantes, d'arbres qui poussent, de tranquillité et de contemplation. Rasséréné sur l'endroit, je lui recommande les os du vieux maitre.
La gamine n'a pas bougé, elle est toujours assise, concentrée, puis se lève d'un coup, gaie comme un pinson, fait quelques pas, se retourne et nous enjoint de repartir, avec presque comme un reproche de trainailler dans le ton alors que l'avenir nous attend a Han Dan.
Un peu surpris, je l'interroge suspicieux. Ne devrions nous pas aller dans le Chu apporter la lame a Lune Noire ?
Et voila, elle recommence. Grand éclat de rire. C'est déjà fini le Chu, c'est de la qu'ils venaient. Maintenant la suite c'est Han Dan, pour rendre la lame au temple de Nuwha afin que Lune de sang la récupère ! Quel idiot ! Le message, il peut être lu dans les deux sens ! Ben voila pourquoi on m'appelle deux directions !
En route pour Han Dan donc !
La fin de la route est un peu morne, ponctuée juste par une attaque de quelques malheureux bandits, rien de très glorieux, quelques coups, une même idée qui traverse jeune tigre et votre serviteur, grand cri agrémenté de la fameuse posture de l'épouvantail, technique très rodée des exorcistes pour effrayer l'emmerdeur commun et pfiout, plus un chat, ne reste plus que quelques blessures à recoudre là ou quelques flèches ont troué le chang-pao de Jeune tigre.
Le soir une pause a l'auberge est la bienvenue, peu avant la capitale, nous régalant d'une superbe vue sur Han Dan et sa plaine parcourue de troupes éparses en rassemblement. L'air sent la poussière, et la tension palpable qui se dégage du paysage sent la guerre qui se prépare.
Bienvenu a Han Dan...
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Ven 15 Oct 2010, 11:32

Aujourd'hui est un peu nouveau pour moi. Je ne sais trop comment l'interpréter. Les oracles sont muets, ou trop flous pour me dire grand chose. Allons, un petit coup de courage en bouteille devrait faire l'affaire, d'autant que hier, j'étais trop fatigué pour même penser à profiter de la soirée. Mal m'en a pris, ce matin est un peu fébrile et je n'ai pas le temps d'y remédier, j'entends déjà Anguille Habile qui exhorte son monde.
Je regarde une dernière fois Handan de loin et son agitation effrayante. Bien que tôt, une longue fille de chariots attend pourtant devant la porte est, et au loin je distingue un chapelet similaire a la porte nord, va falloir être patient. Je dois bien avouer que je n'ai jamais pénètré dans une ville aussi grande, et une sourde boule d'inquiétude germe au creux de mon estomac. En même temps, l'excitation me gagne, tout un monde nouveau à découvrir ! Allez une dernière gorgée, je distingue le pas léger mais pressé de Ciu Mei Lin qui s'en vient me chercher. Ne pas oublier mon miroir qui se charge tranquillement au soleil ainsi que mon vieux Jian en saule dans mon dos. Sous le regard impérieux et quelque peu surpris de ma sœur, j'ouvre la porte avant qu'elle n'ai même touché la poignée et dévale l'escalier au mieux pour me retrouver sur les fesses en bas, sous le regard amusé de la serveuse. Bon ben, autant faire un grand sourire...
C'est long et ennuyeux, les bœufs s'en accommodent facilement, mieux que le cheval d'Anguille Habile qui commence à s'énerver quelque peu. A quelques dizaines de mètres de là, deux officiers s'activent à contrôler, interroger, voire fouiller certains des voyageurs qui attendent depuis des heures. Un petit bonhomme au visage chafouin et renfrogné assis près d'une table semble la source ininterrompue de toutes les attentions, penché sur un tas de parchemins, plume à la main, encrier ostensiblement posé sur le devant de la table, semblant crier de tout son être son dégoût pour ce tas de gens qui n'ont aucune idée de l'importance du rôle primordial de son travail.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Ven 14 Jan 2011, 15:44

Pffft que d'histoires pour quelques bouts de papiers, comme si trois lignes d'écriture pouvaient résumer le passage de quelqu'un dans la ville. En tout cas, ce bureaucrate semble bien le croire. Malheureusement, rien de bien particulier pour nous à déclarer. Je me demande bien qui ils peuvent bien vouloir trouver, je suis à peu près certain que les personnes qu'ils semblent vouloir débusquer ont bien d'autres moyen de rentrer plus discrets que cela ! Grand bien lui fasse, l'empereur Jaune m'est témoin qu'il n'a jamais demandé autant de zèle ! Et Vertue de la Lumière qui, je ne sais comment, s'est soudain changée en statue de sagesse alors que quelques temps auparavant, même Anguille Habile ne pouvait s'empêcher de la sermonner, insupportable sur son cheval, galopant partout comme un poney fou.
Enfin, nous voila enfin stockés quelque part dans le caravansérail. Je crois qu'on nous a attribué un emplacement entre les marchands de chevaux et les marchands de poteries. Il faut dire que Han dan se prépare pour la foire annuelle, et l'entassement va bon train, je ne saurais trop dire ou l'on peut bien être. Sitôt installés, Anguille Habile réquisitionne Ciu Mei Lin qui connait bien la ville pour nous mener au temple de Nuwha. Il est sage de mettre cette arme à l'abri au plus vite, ainsi que sa jeune porteuse. Je ne me sens vraiment pas de taille a l'éduquer une journée de plus. En fait, je ne sais pas qui apprend le plus de l'autre, je dois bien l'admettre.
Quelques allées poussiéreuses, un pont gardé, sur la droite les rives d'une petite ile qui semble barricadée avec pour seule ouverture un ponton pour accoster et une cahute de taxe. Ciu Mei Lin nous explique que c'est le quartier des amusements qui s'y trouve, quartier certes attrayant, mais aussi fortement... taxé. Je me disais aussi...
Quelques rues, maisons, carrefours plus loin, je ne sais trop bien, un grand toit aux formes de barque indique la présence d'un temple près d'ici. Vertue de la Lumière sautille comme une gamine. Oui certes, je vous l'accorde, c'est une gamine, enfin je le crois. Disons une gamine qui a soudain des accès très perturbants de grande sagesse. Étrange petite.
Le temple de Nuwha est une petite enclave dans la ville. A peine pénétré la grande porte que le bruit et l'excitation pressante de la ville s'effacent. Une sœur nous accueille d'un sourire empreint de sérénité et s'en va aussitôt chercher la sœur principale. Je suis a peu près certain qu'on aurait pu s'abstenir de se présenter, rien que la présence de Vertue de la Lumière aurait suffit à nous en ouvrir les portes. Une dame rayonnante s'approche à pas feutrés. Je suis on ne peut plus surpris de tant de prestance dans l'attitude, que de douceur dans le regard. Sous le charme, elle nous fait accueillir autour d'un thé dans un petit salon simple mais agréablement meublé. Un patio non loin de là apporte de multiples fragrances de fleurs ainsi que le bruit d'un moulin à eau au bruit si caractéristique, régulier, tac plouf, tac plouf...
La sœur principale nous remercie chaleureusement de nous avoir ramené l'une comme l'autre. Et comme Vertue de la Lumière, la mort du vieux fangshi semble lui être comme connue de tout temps, comme il lui semble tout à fait dans l'ordre des choses qu'une bande d'aventuriers inconnus vienne remettre tout en ordre. C'est assez agaçant en fait. Je sais que je ne devrais pas m'en soucier, que la vie du vieux fangshi n'est pas finie, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il aurait pu, avec son immense expérience, apporter bien plus encore ici-bas. Vieux démon que de vouloir voir s'attarder les gens ici-bas,ne jamais y succomber, il est certain que moi, j'en connais le prix à payer !
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Ven 21 Jan 2011, 17:13

Notre arrivée ici n'a pas été aussi discrète que j'aurai pu croire. Pourtant, cette période de festivités a invité à Han Dan bon nombre de personnes étrangères qui obstruent un peu les rues et animent confortablement la cité. Quelque part, ca à du bon, personne ne prête trop attention à mon accoutrement, mais je déteste qu'on me bouscule ou qu'on me marche sur les pieds, non mais, un peu de respect quand même, que diable, je sors ma fiole et me remonte l'estime d'une grande lampée. Pourtant, ce n'est pas une hallucination que cette enfant qui s'est discrètement approchée de Ciu Mei Lin et lui a murmuré quelques mots. D'ailleurs, en prêtant un peu plus d'attention à mon œil intérieur, elle n'est pas toute seule la gamine, il y en a quelques autres qui nous suivent, nous espionnent tout autour de nous. En tous les cas, Ciu Mei Lin sourit, ca ne l'inquiète pas, faisons lui confiance, ce sont les « hirondelles » comme elle les appelle. Ciu Mei Lin, nous conduit pour cette première nuit dans un petit « pavillon » discret près des berges du fleuve. Pas très reluisant, mais propre. Personne pour nous accueillir, personne dans les couloirs bien que certains logements soient occupes. C'est assez effrayant ces maisons entassées sur plusieurs étages autour de petites ruelles sombres. Ciu Mei Lin nous laisse dans un petit appartement et nous fait monter un repas. Elle a des affaires a régler ce soir et s'éclipse rapidement. Effectivement, c'est bien ce qu'il me semblait, elle nage comme un poisson dans l'eau, ou plutôt comme une louve la nuit.
En attendant, le repos est appréciable, tout comme un lieu tranquille pour méditer un peu et se mettre en harmonie avec les énergies du Tao. Je dois avouer pourtant que l'excitation de cette ville est communicative. Il y a tant a découvrir, tant de personnes a rencontrer, tant de nouveautés, tant d'opportunités d'agrandir ses connaissances, et tant de personnes a guider aussi... ca vaut bien une petite lampée pour assoir tout cela.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Jeu 27 Jan 2011, 11:20

Le lendemain nous voit avec la délicate mission de rencontrer le marchand avec qui Anguille Habille doit concrétiser le contrat de vente d'une partie de la caravane pour Wang. Ça peut être intéressant tiens. Pour l'occasion et pour être de bonne composition, j'ajoute quelques gouttes de liqueur à mon thé du matin. Il y a surement là-bas une mission pour moi. Les hirondelles nous suivent toujours, et l'une d'elle nous guide carrément vers la guilde des marchands. J'avais dans l'idée que les marchands devaient être des notables puissants, mais je ne croyais pas que c'en était à ce point là ! Le bâtiment de la guilde des marchands tient plus du palais que d'une maison. C'est certes plus petit que le palais du roi qui dépasse quelques rues plus loin, assis indolemment sur sa colline, mais à ce que j'en vois là , il n'a probablement aucun faste à lui envier. L'accueil est au niveau, impeccable mais froid et distant au vue de notre équipage quelque peu bigarré. Je ne sais pourquoi, mais le petit gars coincé qui nous a ouvert jette régulièrement un œil bizarre et choqué dans ma direction. Ben quoi, je tiens droit tout seul, c'est déjà bien non ? Heureusement, il semblerait que le nom de Wang nous ouvre les portes, et c'est sous le regard bovin des deux gardes armés de hallebardes que nous pénétrons dans ce saint lieu, haut temple du sou et de l'or. Quelques pas plus loin sur un luxueux tapis feutré, un petit salon avec rafraichissements nous fait attendre le maître marchand en personne. Diantre, que nous vaut tant d'importance...
Le personnage daigne faire son apparition quelques importantes minutes plus tard. Il est à la hauteur de son poste, pour sûr. Même le plus gras des taureaux du troupeau n'a plus de vacuité que ce bonhomme. Et son ton est aussi mielleux que la main qu'il doit tendre vers les bourses. Certes le contrat l'intéresse, mais il semblerait que l'ouverture un peu haute du chang pao de ma sœur ainsi que son accoutrement de grande dame y soit pour quelque chose, au point qu'il finisse par vouloir discuter en particulier avec elle de la conclusion de cette affaire. Ses minauderies me laissent à penser qu'elle doit y être habituée. Quelques minutes d'aparté plus tard et deux petits verres, ils s'en reviennent et nous enjoignent de les suivre vers le salon des conciliations pour signer le contrat. Je crois que c'est l à que ca a dérapé.
Malencontreusement, une porte légèrement entrouverte m'a laissé entrevoir deux hommes fort soucieux, tapant du point sur la table. Je suis intervenu pour dire au vieux grisonnant qu'il ne devrait pas conclure ce contrat, son destin n'étant pas favorable ce jour. Ils ont eu l'air surpris, puis le jeune rondouillard s'est jeté vers moi en explosant de colère. Bien évidemment, je lui ai claqué la porte au nez, faut pas être aussi impoli. Se départir de son calme lors de négociations, c'est comme tourner les talons devant un tigre, l'idée que l'on va y perdre quelque chose... J'ai a peine eu le temps de me retourner qu'un garde me prend par le bras et me ramène vers le groupe d'une manière fort peu aimable, moi qui ne faisait qu'aider, ça m'apprendra. Mais ce n'est pas pire que la suite.
Alors que nous traversons une vaste salle où toutes sortes de gens tiennent d'âpres discussions par petits groupes, l'un d'eux se met à hurler en gesticulant quelque chose comme « A l'assassin, arrêtez le! A l'assassin! » tout en se précipitant dans notre direction, finissant par se prosterner aux pieds de Jeune Tigre dans un épouvantable méli-mélo de draperies et sandales. Ils sont étranges ces marchands quand même, si étranges qu'aucun d'entre nous n'a même esquissé un quelconque signe de surprise.
Le maître marchand, très ennuyé et soudainement très sérieux, donne l'ordre au gardes de nous mener dans une salle un peu plus loin tout en s'attachant à ramasser ce pauvre vieux bonhomme empêtré dans sa belle tenue. On nous mène séance tenante vers un petit « boudoir » près de la salle de garde, ce qui ne laisse rien augurer de bon, surtout quand l'un des gardes reste avec attention près de la porte. Jeune tigre, avec une nonchalance calculée, s'appuie à la fenêtre, l'entrebâille discrètement et, d'un joli bond saute dans la rue sous le nez du garde ébahi. Celui-ci se précipite à son tour vers la fenêtre avec la ferme intention de le suivre, mais rencontre inopportunément mon pied au milieu du chemin pour s'étaler de tout son long, laissant une confortable marge d'avance à Jeune tigre.
Il a eu du flair, c'est certain, car il ne faut pas plus de quelques minutes pour qu'on nous passe à la question. Bon certes, c'est la question moelleuse et confortable des marchands, pas celle de la milice, mais quand même. J'apprends donc que le marchand en question se trouve être le doyen d'une des plus riches familles de Han Dan, et qu'il a perdu sa fille quelques mois auparavant dans des circonstances troubles et scabreuses, et qu'il semblerait que Jeune tigre soit l'assassin qu'il a formellement reconnu. C'est ennuyeux certes, d'autant que le petit portrait gravé qu'on nous montre ressemble furieusement à Jeune tigre, c'est indéniable. Heureusement, ma sœur ayant un esprit fort d'à propos pour ce genre de situation, nous a concocté une petit mensonge, dans lequel Jeune tigre n'est qu'un mercenaire que nous avons payé pour protéger la caravane. La réputation indiscutable de la maison Wang nous sauve probablement du cachot, mais on nous enjoint fortement de le livrer s'il refait surface. Je sens que le contrat d'Anguille habile va être beaucoup plus dur à finaliser, d'autant qu'on nous fait bien comprendre que nous ne sommes plus les bienvenus à la guilde des marchands. Bon ceci dit, ils sont obséquieux, raffinés, mais de bien bizarres personnages que je n'ai pas franchement envie de côtoyer plus longtemps. Je ne serai pas très étonné de leur future réincarnation en fourmi ou quelque autre insecte au dur labeur. Reste que le séjour va se révéler sous un jour bien plus rocambolesque.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Re: Les tribulations d'un exorciste en Qin

Message par Fafi » Lun 31 Jan 2011, 12:12

De retour à notre pied à terre, une messe basse surprise entre ma sœur Ciu Mei Lin et le grand baraqué Murmure qui sert de porte m'apprend que Jeune tigre a été subtilement et discrètement ramené ici même, mais aussi qu'une certaine Joyau souhaite s'entretenir « aussi vite que possible » avec elle. Les informations vont vite dans cette ville. Comme nous pénétrons cette fois dans ce bâtiment par la grande porte, l'atmosphère change du tout au tout. A l'intérieur, c'est une ambiance feutrée et luxueuse qui nous happe dès le premier pas posé sur le lourd tapis rouge qui court dans le couloir. Une bouffée d'encens, les bougies tamisées, les tableaux et décorations audacieusement salaces sont assez surprenantes pour un bâtiment assez misérable vu de l'extérieur. Une délicieuse jeune femme au chang pao délicieusement échancré nous accueille et nous dirige à petits pas délicats vers un salon d'accueil. Mouaip, finalement, je vois bien d'où proviennent les façons raffinées de ma sœur. Rien à voir ici avec le quartier des plaisirs de l'île, je soupçonne bien des gens influents de connaître ce lieu, qui n'oseraient pas mettre un pied sur l'île. Dans le salon nous attend un repas complet d'un goût exquis. Pour dire, ils ont même prévu une bouteille d'eau de digestion qui attire de suite mon regard. Jeune tigre nous attend, sur le qui-vive, un peu inquiet au demeurant. Ciu Mei Lin s'excuse, mais elle se doit de discuter avec notre hôtesse rapidement et s'éclipse avant même qu'une question ne survienne. Il n'est pas de trop du repas pour résumer ce que nous savons et déterminer comment nous sortir de ce guêpier. Les idées vont bon train, mais aucune n'est pleinement satisfaisante. Alors que nous entamons enfin ce délicieux liquide qui réchauffe les humeurs et déglace toutes les âmes, et que Ciu Mei Lin, silencieuse, s'attable enfin, quelques petits coups redoublent a la porte. Une autre délicieuse jeune fille tend un petit plateau argenté sur lequel trône une missive portant le sceau de l'historien royal. Ciu Mei Lin la décachette et adresse un petit signe à la jeune beauté qui s'efface pour laisser entrer deux personnages aussi dissonants que possible. Ils nous sont visiblement adressés par le bibliothécaire royal qui a eu vent de nos problèmes et se devait de s'acquitter de la dette qu'il avait envers nous. Le premier d'entre eux est assez étonnant. Il est assez grand, entièrement imberbe avec de grands tatouages qui dépassent sur les épaules, portant une ample tunique de lin et des sandales impeccablement lacées. Il respire le sérieux et impose de par sa présence un silence tout spécial, renforcé par son air dédaigneux et supérieur. Il se présente comme Hun Ti So , au service de la bibliothèque royale, chargé de nous faciliter les démarches dans la ville durant notre séjour, refuse de prendre part au repas d'un air faussement navré et refuse ensuite le verre de bienvenue que je lui tend pour nous sortir un discours un tant soit peu moralisant sur les vertus d'une vie saine et claire où l'alcool et la bonne chaire ne doivent venir polluer notre quotidien. Il me prend d'ailleurs mon petit verre des mains et le pose sur la cheminée d'un air particulièrement réprobateur, voire un tant soit peu dégouté. Je me précipite bien sûr le récupérer, arborant mon air le plus offusqué possible devant cette folie que de se mettre entre moi et mon petit verre de liqueur.
L'autre personnage est des plus énigmatique. C'est une jeune adolescente visiblement timide et très agile qui profite de Hun ti so pour se faire oublier dans un coin. Étrange, cette gamine est tout en mouvements graciles et mimiques. Je discerne comme une impression fugace, comme une prémonition qui me dirait « celle-ci a un destin spécial sur lequel il te faut te pencher ». Il semblerait qu'elle soit envoyée pour nous aider a trouver des traces au delà de la compréhension normale. Aux yeux de tous, je sors quelques plantes et me concentre assez pour essayer de sentir les influences et la nature des gens. Le nouveau grand gaillard n'a strictement rien d'intéressant si ce n'est sa passion pour les écritures. Mais autant Jeune tigre ne me surprend guère quand une vague silhouette de tigre se manifeste au travers de ses gestes, autant la petite Yun Tao semble empreinte de la grâce et la malignité du singe. Ces deux-la, va falloir faire gaffe, c'est de l'explosif, et pourtant, c'est probablement avec leur complicité que l'avenir se clarifiera, j'en suis certain. En discutant un petit peu avec elle, cela confirme ma première impression, c'est une jeune fangshi, adepte de l'alchimie interne qui nous sera certes très utile, et bien évidemment, Jeune tigre la fascine. Mais déjà Anguille Habille, Ciu Mei Lin et Hun ti so s'absorbent dans de sombres conversations de contrats, d'informations, tandis que je surveille Yun Tao et Jeune tigre. Celle-ci semble irrésistiblement attirée par un besoin de soigner Jeune tigre, qui d'ailleurs ne demande pas tant d'attention. Mais patient et de toute façon condamné a se terrer ici quelques temps, il consent a se laisser examiner sous plusieurs coutures. La jeune fangshi finit par détecter comme une perturbation dans le chi de Jeune tigre qui pourrait bien être liée a son amnésie. Par contre, le débloquer ne sera pas chose aisée d'après elle. Je suggère que de le confronter aux souvenirs qui ont put engendrer son amnésie pourrait se charger de cela, mais il faut avant tout en apprendre plus sur son passé, et il semblerait bien, qu'étrangement sa mise a prix soit une bonne nouvelle pour cela.
Elevons un peu le debats messieurs, ne nous en tenons pas a ces insultes de tavernes, faites preuve d'intelligence et reglons ce different a la pointe de notre verve
Avatar de l’utilisateur
Fafi
 
Message(s) : 900
Inscription : Lun 21 Sep 2009, 09:56
Localisation : Nice

Suivant

Retour vers Ecriture

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.